Tahiti Infos

Les interrogations dès la rentrée


La rentrée scolaire en pleine crise sanitaire suscite inquiètudes et interrogations.
La rentrée scolaire en pleine crise sanitaire suscite inquiètudes et interrogations.
Tahiti, le 18 août 2021 - La rentrée scolaire 2021-2022 en pleine crise sanitaire est quelque peu mouvementée. Entre inquiétudes des parents, fermetures successives d'établissements ou encore appels au confinement… les informations affluent de tous bords et la situation parait confuse.
 
Avec une rentrée scolaire qui coïncide à une période très critique de la crise sanitaire au fenua, au moment-même où les annonces de restrictions de déplacement se multiplient, la situation est confuse. Dans certaines écoles, les dates de rentrée, notamment chez les plus petits, ont été reportées ou échelonnées, les traditionnelles réunions de rentrée pour les parents n'ont pas pu avoir lieu et ces derniers, pour la plupart, n'ont pas pu pénétrer dans l'établissement accompagner leurs jeunes enfants.
 
Depuis lundi, la liste d'établissements scolaires ou de classes fermés s'allonge chaque jour (voir notre article à ce sujet). Un nouveau casse-tête pour les parents qui travaillent et qui doivent trouver un moyen de garde pour leurs enfants. Comme nous le précisions hier dans nos colonnes, les fédérations de parents d'élèves du public et du privé ainsi que des syndicats d'enseignants du public et privé ont appelé hier, lors d'une conférence de presse, à la fermeture de tous les établissements scolaires et à un confinement strict de deux semaines, renouvelable. Un appel réitéré par la fédération des syndicats de l'enseignement privé (FSEP) dans un communiqué diffusé mercredi.
 
Fermetures au cas par cas
 
Thierry Delmas, le directeur de cabinet du ministre de l'Éducation, a indiqué ce matin à nos confrères de Polynésie la 1ère qu'étant donné que 85% du personnel enseignant, 80% du personnel non enseignant et 75% des élèves étaient présents, il n'y a avait pour l'heure pas de raison de fermer les établissements. Le ministère souhaite "fermer de manière ponctuelle et ciblée (…) et laisser ouverts ceux qui peuvent rester ouverts." Il précise que "l'important, c'est aussi que nos enfants suivent une scolarité. On a vu lors du dernier confinement que la fermeture était vraiment néfaste pour nos élèves. C'est pour cela que la politique mise en place avec le ministère de la Santé, c'est de fermer au cas par cas". En parallèle, le ministère souhaite "mettre un coup d'accélérateur sur la vaccination" avec la mise en place de vaccinodromes dans les lycées dès cette semaine.

Rédigé par Julie Barnac le Mercredi 18 Août 2021 à 18:30 | Lu 1189 fois