Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Les éléphants détectent les prédateurs humains au son de leur voix



WASHINGTON, 10 mars 2014 (AFP) - Les éléphants sont capables de reconnaître la voix de certains humains qui représentent un danger, une découverte qui tend à montrer que les pachydermes distinguent les groupes ethniques, le sexe et l'âge de leurs prédateurs, révèlent lundi des chercheurs britanniques.

Cette recherche a été menée dans le parc national Amboseli au Kenya. Les auteurs de l'étude ont fait entendre à des groupes d'éléphants des enregistrements de voix de deux groupes ethniques vivant dans la région.

Tout d'abord des Maasaï, des éleveurs de vaches et de chèvres qui se disputent périodiquement avec les éléphants l'accès à l'eau et aux espaces pour faire paître leurs animaux, et les Kamba ensuite, des agriculteurs qui représentent une menace nettement moins grande.

L'expérience montre que les éléphants faisaient preuve d'un comportement bien plus défensif, comme le fait de se regrouper et de renifler, lorsqu'ils entendaient des voix d'hommes Maasaï que lorsque des voix d'hommes Kamba leur étaient diffusées.

Ils étaient également moins défensifs en entendant des voix de femmes et de jeunes garçons Maasaï. Ces deux derniers groupes ne participent pas aux confrontations avec les pachydermes, ce qui indiquerait que les éléphants prennent en compte le sexe et l'âge des humains pour déterminer les situations les plus menaçantes.

Des études précédentes avaient déjà montré que les familles d'éléphants africains avaient davantage de réactions de peur à l'odeur de vêtements portés par des hommes Maasaï. Les éléphants devenaient également agressifs à la vue d'étoffe rouge, la couleur typique des vêtements des Maasaï.

"Reconnaître des prédateurs et évaluer le degré de menace qu'ils représentent est une capacité essentielle de survie pour un grand nombre d'animaux sauvages", souligne Karen McComb, une spécialiste de la communication des mammifères à l'Université du Sussex au Royaume-Uni, principal auteur de cette recherche parue dans les Comptes-rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS).

"Les prédateurs humains représentent un défi particulièrement intéressant dans le sens où différents groupes peuvent signaler des degrés de danger extrêmement variés pour les animaux vivant autour d'eux", explique-t-elle.

- "Subtilités vocales" -

Graeme Shannon, chercheur à l'Université du Sussex et l'un des co-auteurs de l'étude, souligne que cet attribut dont les éléphants sont dotés a aussi l'avantage de servir de système d'alerte précoce, surtout si le danger ne peut pas encore être repéré de visu.

"La capacité des éléphants à distinguer les hommes Maasaï des hommes Kamba lorsqu'ils prononcent la même phrase dans leur dialecte respectif laisse penser que les éléphants sont capables de saisir les subtilités vocales dont sont riches les langues humaines", relève ce chercheur.

Selon lui, "cette capacité sophistiquée doit probablement être acquise par les plus jeunes éléphants qui l'apprennent des femelles plus âgées conduisant le groupe".

Les éléphants sont organisés selon un système de matriarcat, les mâles quittant le groupe à l'adolescence, entre douze et quinze ans.

"C'est un apprentissage social: ils observent les autres éléphants du groupe plus âgés répondre à une menace à laquelle ils ont été confrontés dans leur vie, apprenant ainsi que certains groupes humains constituent un plus grand danger que d'autres", a-t-il expliqué à l'AFP.

Les éléphants testés étaient âgés de 25 à 60 ans et "tous semblaient très bons pour faire la distinction entre les hommes Maasaï et Kamba. Les plus vieux excellaient pour faire la différence entre les jeunes garçons et les adultes Maasaï".

Les vieux éléphants sont aussi capables de compter le nombre de lions dans un groupe et de distinguer les cris émis par un mâle et une femelle, a indiqué Graeme Shannon citant une étude passée.

"Les éléphants n'utilisent pas d'outils, contrairement à d'autres animaux, mais ils sont très sophistiqués car dotés de capacités d'amasser des informations sociales et écologiques complexes au cours de nombreuses années et d'appliquer ce savoir de façon très détaillée pour trouver la meilleure réponse pour éviter un danger", a-t-il dit, précisant que les dauphins et les orques ont des capacités similaires.

Rédigé par () le Lundi 10 Mars 2014 à 09:02 | Lu 1293 fois






1.Posté par jean pierre le 12/03/2014 13:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce ne sont pas les seuls, beaucoup d'animaux sont très sensibles aux timbres des voix, ce n'est d'ailleurs pas la seule réponse, nous n'en somme pas nous conscient mais nous dégageons en fonction des actions que nous voulons entreprendre, des ondes que certains animaux sont à même de capter. Il est surement arrivé à nombre d'entre vous de vouloir tuer un oiseau, celui ci ne se laisse que rarement approcher alors que quand vous passer sans mauvaise intention ce dernier ne bougera presque pas.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 15 Décembre 2017 - 05:20 Le chacal doré, un nouveau prédateur en France ?

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies