Tahiti Infos

Les bars et restaurants surpris par les restrictions du 31


Tahiti, le 31 décembre 2021 – Les restaurateurs, bars et boites de nuit ont assez peu goûté la brutalité de la décision du haut-commissariat jeudi soir de restreindre certains évènements festifs prévus pour le réveillon du Nouvel an. Même si la plupart des professionnels se montrent très compréhensifs vis-à-vis des autorités, certains accusent le coup et appellent au refus de payer leurs charges.
 
Décision tardive, changement de programme, réorganisation et manque à gagner… Les organisateurs de soirées festives, bars, restaurants et boîtes de nuit ont été pris au dépourvu. À la veille du réveillon de la Saint-Sylvestre, les mesures exceptionnelles prises par le haut-commissariat concernant la dernière soirée de l’année ont bouleversé le secteur de l’événementiel ainsi que les secteurs indirectement concernés. Alors que ces soirées ont été prévues il y a déjà deux mois de cela, les gérants de restaurants, bars et boîtes de nuit ont dû revoir toute une organisation en moins de 24 heures. Malgré tout, bien que surpris, la plupart des gérants sont restés compréhensifs et respectent la décision des autorités. Certains ont toutefois regretté que cette initiative ait été prise à la "dernière minute".
 
La Brasserie Hoa et le X-Bar à Fare ute avaient prévu de fermer toute une ruelle pour organiser une soirée sans limite de nombre et avec pass sanitaire obligatoire. L'événement sera "réaménagé" pour "sauver les meubles", expliquent les responsables de la brasserie, qui néanmoins disent comprendre la décision des autorités. Stéphane Gay, le président du syndicat des bars et dancing et gérant du Bora Bora Lounge à Papeete, tempère lui aussi : "Nous avons eu de la chance de ne pas être fermé. En métropole tout est fermé, les gens passent le réveillon chez eux. On a le droit d’être assez libres ici."
 
Une pétition des commerçants en colère
 
D'autres commerces de restauration notamment sont moins compréhensifs avec les décision du haut-commissariat. Une pétition a même été lancée vendredi matin par la gérante du Black Garden, Maheata Banner, pour que les restaurateurs s'unissent pour refuser de payer leurs charges en 2021, notamment de CPS, patentes et TVA… "Des mesures doivent être prises au niveau des frontières et il est inacceptable que les commerces considérés comme "non-essentiels", par le gouvernement et le haut-commissariat, soient tributaire de mauvaises décisions". Puisque leurs commerces sont considérés comme "non essentiels", leurs gérants disent estimer de leur côté que leurs bénéfices ne devraient "pas être essentiels" à la contribution de l’économie du pays.
 

Rédigé par Meleana CHE FAT le Vendredi 31 Décembre 2021 à 18:11 | Lu 4468 fois