Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Le taux de réussite au bac progresse plus vite en Polynésie qu'en métropole



La ministre de l’Education et de l’enseignement supérieur, de la jeunesse et des sports, Nicole Sanquer-Fareata, s’est rendue ce jeudi matin avec le vice-recteur Jean-Louis Baglan à l’université de la Polynésie française pour l’ouverture du séminaire animé par Gilles Petreault, inspecteur général de l’éducation nationale, en mission en Polynésie française. Il intervient sur des thématiques relatives à la réforme du collège mais aussi sur la validation du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.
La ministre de l’Education et de l’enseignement supérieur, de la jeunesse et des sports, Nicole Sanquer-Fareata, s’est rendue ce jeudi matin avec le vice-recteur Jean-Louis Baglan à l’université de la Polynésie française pour l’ouverture du séminaire animé par Gilles Petreault, inspecteur général de l’éducation nationale, en mission en Polynésie française. Il intervient sur des thématiques relatives à la réforme du collège mais aussi sur la validation du socle commun de connaissances, de compétences et de culture.
PUNAAUIA, le 11 février 2016. Bataille de chiffres et mises au point après la publication, mercredi, du rapport de la Cour des comptes sur le système éducatif polynésien. La ministre de l'éducation polynésienne, Nicole Sanquer, remarque qu'en 2015, le taux de réussite au bac en Polynésie a plus progressé que celui de la France métropolitaine.

On peut faire dire aux chiffres presque tout ce que l'on veut. Tout dépend de la manière dont on les présente et du contexte dans lequel on le fait. Après la publication mercredi du rapport de la Cour des comptes sur le système éducatif polynésien, Nicole Sanquer veut surtout retenir les points à valoriser plutôt que de relever systématiquement les lacunes à combler. Elle commente ainsi les résultats issus du rapport : "La Polynésie française doit améliorer l’efficience de son système éducatif, c’est certain. Et elle le fait déjà. La proportion d’une classe d’âge atteignant le niveau Bac est de 54,79% en Polynésie française en 2015, qu’il convient de comparer aux chiffres du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche qui a officiellement publié un taux de 77,2% de bacheliers d’une classe d’âge au baccalauréat en 2015", a-t-elle indiqué. Il y a effectivement encore plus de 20 points de retard entre la Polynésie et la métropole du point de vue du nombre de bacheliers sur la classe d'âge, mais il faut rappeler que le premier bachelier polynésien était diplômé en 1965, il y a 50 ans, alors que la métropole a déjà 200 ans de tradition bachelière à son actif.

La ministre de l'éducation polynésienne poursuit sa démonstration positive : "Le ministère de l’éducation nationale a également publié un taux global de 87,8% d’admis au baccalauréat en 2015 contre 83,3% en 2007, soit une progression de + 4,5. En Polynésie française, le taux global d’admis au baccalauréat en 2015 est de 79,1% contre en 71,8% 2007, soit une progression de + 7,3. Si les résultats restent en deçà des références métropolitaines, ils s’en rapprochent peu à peu depuis ces dernières années, montrant par la même une progression de l’efficience du système éducatif polynésien". Au-delà de la progression du taux de réussite au baccalauréat qui sanctionne le cursus secondaire des élèves et leur ouvre la voie des études supérieures, c'est le nombre de nouveaux bacheliers polynésiens qu'il est intéressant de souligner. En 2015, 2630 élèves ont obtenu leur baccalauréat : ils étaient 82 de plus que l'année précédente. Voilà de quoi encourager le travail mené vers l'excellence sur le territoire, sans cesser pour autant de chercher des pistes pour solutionner les difficultés qui s'aggravent : la déscolarisation, le taux d'échec important des publics les plus fragiles.


Rédigé par D'après communiqué de la présidence de la Polynésie. le Jeudi 11 Février 2016 à 17:43 | Lu 1841 fois







1.Posté par tortue verte le 11/02/2016 18:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Plusieurs commentaires pour ma part :
d'abord il est normal qu'un taux plus faible progresse plus vite. En Métropole il va être difficile de faire progresser ce chiffre, sauf à donner le bac... qui n'aura de ce fait plus aucune valeur.
Ensuite c'est bien beau d'avoir le bac. Mais pour en faire quoi ? seul le bac pro ouvre à un emploi qualifié direct. pour le reste il faut poursuivre des études supérieures. Il faut bien voir que le marché de l'emploi ne nécessite pas en Polynésie 80% d'employés à bac +3 ou à bac +5. Il y a surtout besoin de gens qui sachent gérer leur propre parcours pro en petite structure, et passer des diplômes pro complémentaires sur leur métier. Donc les chiffres pour le bac général, on s'en fiche un peu si ça ne mène à rien niveau emploi.

2.Posté par Figueras le 12/02/2016 09:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Niveau plus bas progresse plus vite, rien d'extraordinaire là dedans.

3.Posté par il faut… le 12/02/2016 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@1 C'est pas faux !
@2 Effectivement en partant de 0, la progression est plus forte…

4.Posté par lebororo le 12/02/2016 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Meilleure image pour le Fenua... ♥

5.Posté par tutua le 12/02/2016 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

P3
un peu maladroit ton commentaire, par ailleurs il n'y a pas d'indigènes ex colonisés. Nous sommes toujours colonisés par la France vis à vis de la communauté internationale. La preuve : la reconnaissance par l'ONU de notre statut de colonisés.

La patrie des Droits de L'Homme est encore loin d'être en accord avec ses discours et sa propre constitution qui reconnait notre droit à la souveraineté.
Je suis curieux de savoir se que se diront Oscar et François ...

6.Posté par emere cunning le 12/02/2016 18:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je n’ai jamais trop compris ces batailles de chiffres et qu’on nous compare à la métropole qui a des siècles d’avance, bénéficie de moyens bien plus importants qui n’ont toujours pas été mis en place chez nous ou depuis peu (sans même parler de nos propres handicaps).
@ tortue verte,
Il n’empêche que, sans le bac, vous n’avez que peu de chance de décrocher un emploi du niveau dans le privé et a fortiori dans l’Administration vu le nombre de bacheliers qui postulent. De plus, combien font des complexes et hésitent à se présenter à un entretien d'embauche, aux concours externes et même internes alors qu’ils en ont les capacités. Alors oui, nos gamins peuvent et doivent l’avoir, bac général, ou bac pro si c’est leur voie.

7.Posté par Miri le 13/02/2016 10:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tutua, tu répètes toujours les mêmes phrases creuses ...Là t'es comme un peu hors sujet tu ne crois pas ?

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 24 Septembre 2018 - 19:17 Angélo Frébault exclu du Tahoera'a Huiraatira

Lundi 24 Septembre 2018 - 18:30 Un cas de tuberculose au lycée Gauguin

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués