Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



« Le retard scolaire de la Polynésie est d'environ 20 ans »



Aux Marquises, les enfants sont parfois séparés très jeunes de leur famille pour continuer leur scolarité. La CTC recommande de retarder cette séparation à l'âge de 14 ans ou après la 5e.
Aux Marquises, les enfants sont parfois séparés très jeunes de leur famille pour continuer leur scolarité. La CTC recommande de retarder cette séparation à l'âge de 14 ans ou après la 5e.
PAPEETE, le 11 décembre 2014. « Le retard scolaire de la Polynésie est l’équivalent d’une génération », indique la chambre territoriale des comptes qui examiné la politique éducative du Pays. Pour y remédier, la chambre préconise d’affecter les meilleurs enseignants dans les écoles où les élèves sont le plus en difficultés.




« Le retard scolaire de la Polynésie est (…) d'environ 20 ans, soit l'équivalent d'une génération », indique la chambre territoriale des comptes (CTC) qui a examiné la politique de l'éducation du Pays à partir de 2004. Son rapport était ce jeudi au programme de la séance des représentants à l’assemblée. « La performance actuelle de la Polynésie est (…), tous bacs confondus, du niveau de celui de la métropole de 1992. » Ainsi, la CTC indique que le taux d'accès au baccalauréat général dans une classe d'âge est d'environ « 16,5 %, soit le niveau métropolitain de 1970 ». Le taux d'accès au bac technologique est d'un niveau comparable 15,5 % alors que le taux d'accès au bac professionnel approche d'un point celui de 2011 en métropole (19%).
Le système scolaire polynésien ne parvient pas à résoudre les difficultés posées par l'inégalité des conditions sociales des élèves. La CTC note ainsi « que la déscolarisation précoce, dès la 5e, touche en majorité les élèves issus de milieux modestes et atteint un niveau quatre fois élevé qu'en métropole ».


• « Les meilleurs profs pour les élèves en difficultés »

Les problèmes de lecture touchent encore beaucoup de nombreux Polynésiens, dont des très jeunes hommes et femmes. Chaque Polynésien de 17 ans doit réaliser des tests lors de la Journée défense et citoyenneté. Il en ressort que le pourcentage de jeunes détectés en difficulté de lecture s'élève à plus de 40 % selon la CTC. En comparaison, en France, DOM compris, 9,6 % des jeunes sont en difficulté de lecture. Pour faire face à ces difficultés, la CTC recommande donc de conforter le socle des connaissances et des compétences « en restaurant les horaires de français et de mathématiques dans les classes primaires ». La CTC souhaite aussi que les enseignants les plus diplômés soient dans les écoles où les élèves ont le plus de besoins. La chambre préconise aussi de mettre en place une langue vivante obligatoire dès le CP.

• Favoriser les classes de 6e et de 5e près du domicile

La séparation entre les élèves et leurs familles et son caractère plus ou moins précoce a un impact sur les résultats scolaires de l'enfant. Aux Marquises, cette séparation peut avoir lieu avant que les enfants soufflent leur dixième bougie. Le plus souvient, cette séparation survient à l'entrée au collège, vers l'âge de 11-13 ans. La CTC propose donc de définir un « âge-cible, en deçà duquel la séparation sera impossible ». « L'âge de 14 ans (ou la fin de la 5e) pourrait servir de référence selon la CTC. A partir de cela, « un nouveau déploiement des classes pourrait dès lors être envisagé et priorisé ».
Ce redéploiement des classes pourrait être complété, grâce aux progrès de l'école numérique, par le « télé-enseignement, des cours du CNED (Centre national d'enseignement à distance) » et « une organisation de classes virtuelles ».

• Un partenariat « conflictuel » entre l’État et la Polynésie française
Pour la chambre territoriale des comptes, le partenariat entre l’État et la Polynésie française est devenu « conflictuel ». « Les difficultés du système éducatif viennent en grande partie du fonctionnement défectueux du partenariat Etat-Polynésie française ». Cela s'expliquait en partie par l'existence de deux services distincts traitant des questions éducatives au fenua : la direction des enseignements primaires (DEP) et direction des enseignements secondaires (DES). La création récente de la direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE) constitue, selon la CTC, « une première réponse aux difficultés de gouvernance ». Mais cela ne répond qu'à une « partie du problème ».



Lire le rapport de la chambre territoriale des comptes

Créer une direction associant vice-rectorat et Pays

Pour mettre fin à la « confusion » et à la « conflictualité » entre les services, la CTC propose de créer une direction des services associant les services du vice-rectorat et ceux de la Polynésie. Le vice-rectorat et le Pays ont fait part de leur accord, selon la CTC, en juillet dernier. Cette direction pourrait être dirigée par un haut-fonctionnaire de l'Education nationale, détaché auprès de la Polynésie, précise la CTC. Elle serait placée sous l'autorité du ministre de l'Education. Cela permettrait de lever « toute ambiguïté sur le circuit de décision en matière d'éducation », souligne la chambre territoriale des comptes.

Des infrastructures en mauvais état

« L'état des bâtiments scolaires et des équipements du premier degré n'est pas satisfaisant », souligne la chambre territoriale des comptes. Mais un état des lieux est difficile à connaître puisque « statistiquement, le bilan est largement méconnu, même par le ministère de l'Education », souligne la chambre territoriale des comptes. En matière de sécurité, nombre d'écoles sont encore non conformes comme celle de Papara ou de Tehurui, à Tumaraa. Ces écoles « ne sont pas dignes d'accueillir la population scolaire (norme sécurité) » et « l'enseignement ne peut être correctement assuré (norme pédagogique) », met en avant la CTC. « Dans l'ensemble, les bâtiments sont donc à considérer comme sous-entretenus et parfois dans un état très vétuste, comme aux Marquises. »

Dans le second degré, le bilan de la CTC n'est pas plus positif. La chambre rappelle qu'un « effort considérable de construction d'établissements nouveaux a été effectué entre 1994 et 2004 pour faire face à la croissance des effectifs scolarisés ». Ainsi, la majorité des enveloppes budgétaires disponibles ont été consacrées à cet objectif au détriment de l'entretien des bâtiments et de la maintenance des équipements déjà existants. Pour la CTC, les « 35 établissements du second degré, leurs internats et leurs équipements sont aujourd'hui dans un état de sous-entretien notoire, voire vétustes ». « Même les lycées les plus récents sont dans des situations délicates », note-t-elle.


Rédigé par Mélanie Thomas le Jeudi 11 Décembre 2014 à 16:18 | Lu 6805 fois






Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

40.Posté par teaki tetai le 15/12/2014 15:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A quoi cela peut-il servir de s’interroger sur les raisons du retard lorsque les institutions du pays et de l’état n’agissent pas, même devant l’évidence ? Lorsqu’un chef d’établissement part dans les vallées éloignées du nord des Marquises pour faire du prosélytisme auprès des familles en expliquant que dans son établissement du sud c’est 100% assurés au DNB, quels moyens donne-t-on aux parents pour comprendre qu’il s’agit d’une supercherie et éviter ainsi la séparation? N’est-il pas du rôle des institutions de contrôler cela ? La bienveillance dont on nous parle doit d’abord commencer par l’arrêt de la malveillance organisée. La situation d’Atuona est à ce titre totalement scandaleuse, elle est pourtant connue de tous!!!

39.Posté par Miria le 14/12/2014 08:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La roue tourne et revient à son point de départ : la hiérarchie, encore et souvent les mêmes qui en clair, ne font pas cas des enfants et des parents de notre Pays et mieux, des enseignants!!!!! Cherchez et vous trouverez des enseignants et autres personnels de l'éducation qui ont choisi ce métier par vocation et qui donnent vraiment pour notre Pays
et ses enfants.
Les meilleurs profs pour les élèves en difficultés, donc pour les archipels éloignés, oui mais sous quelles conditions? (pour ces enseignants "volontaires" )
Force est tout de même de constater que certains ont oublié d'où ils viennent et qui ils sont, dès lors qu'ils détiennent un PETIT pouvoir!!!!! Pouvoir, pouvoir quand tu nous tiens...................

38.Posté par manua987 le 13/12/2014 15:40 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ces messieurs de la CTC n''ont qu''à aller dans une classe au lieu de nous balancer des stats. Et lorsque l''on voit nos étudiants tahitiens revenir barder de diplômes et ne pas trouver d''emploi, ça personne n''en parle

37.Posté par Phil le 13/12/2014 15:14 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ post 36 : Y a pas besoin de le nomer pour que tout l'archipel le sait. Y parait que dans son école, tous les élèves passent en classe supérieure... sauf si il manque d'élèves dans le même niveau l'année prochaine. Son ministre Leboucher était très content car il a viré presque tout les popa'a de l'école. Y a même plus d'élèves popa'a, tous partis au collége public. Alors on fait semblant de très bons résultats : cela fait plaisir au ministre, à sa direction, aux parents et puis quand les enfants arrivent à Tahiti, c'est échec scolaire pour presque tous. Mais les parents pensent que ces à cause que ils sont loin des Marquises, pas à cause du collège comme y avaient tous entre 12 et 19 de moyenne générale...

36.Posté par ENA le 13/12/2014 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Post 24 ...
Feriez vous référence à un certain M. P....Thierry, directeur d'un collège au sud des Marquises, secrétaire du Tavini par ailleurs qui mène également un combat contre les profs popa'a, à coup de déclarations mensongères parfois graves.
Chef d'établissement protégé par monsieur le ministre Leboucher.
A quand un contrôle administratif.
Les enfants se retrouvent avec des moyennes générales frisant l'indécence, il s'oppose à des orientations pour garder des enfants en classe de 6ème et percevoir les "rentes annuelles" contre souvent l'avis de ses professeurs et parents.

35.Posté par Popoti le 13/12/2014 08:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Complément aux posts : sans oublier les interventions politiques malveillantes pour virer un ou des professeurs des écoles performants. Je cite comme exemple :l'atoll de TAKUME (l'institutrice de l'an dernier qui a été virée alors qu'elle mettait tout en oeuvre pour la réussite des élèves, comme la mise en place d'une bibliothèque avec des dons privés).

C'est minable, pitoyable, ect.......

34.Posté par Honu DEMER le 13/12/2014 01:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

P 29. TAHITI
Attention, on parle ici d’admissibilité, c'est à dire que ces personnes ont eu le droit de passer les épreuves orales d'admission. Cela ne veux pas dire qu'elles ont été admises/reçues au concours. Pour mieux comprendre, ex: 4000 personnes s'inscrivent à un concours. A la suite des cessions écrites, 600 personnes environ seront admissibles pour passer les épreuves orales. A la fin des dernières épreuves, les 170 premières personnes au classement (moyenne écrits + oraux) seront reçues/admises au concours. Les places se jouent au 100ième de point...donc partir en général avec une note trop basse à l'écrit n'est jamais bon. De plus, les sujets des concours ont un niveau très élevé car les correcteurs sont des Me de Conf. ou Enseignants Chercheurs. Un niveau largement plus élevé que le premier ou second cycle donc il faut tout de même relativiser ;)

33.Posté par Honu DEMER le 13/12/2014 00:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DEMER
(Fin)
« Des nouveaux calendriers pourraient être mis en place, enseignants du primaire en classe que la matinée, l'après midi des encadrants en sport, arts plastiques, musique, etc… » Concernant votre idée de redessiner les emplois du temps en primaire, je crains malheureusement que celle-ci n’est déjà été évoquée par M.PEILLON. La réforme des rythmes scolaires est en application depuis la rentrée 2014 :)

32.Posté par Honu DEMER le 13/12/2014 00:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DEMER
(suite)
« L'enseignement est devenu élitiste, on exige de nos professeurs d'être BAC + 4, 5 ou 6 » L’École de la République a toujours été élitiste. Il aura fallu passer par maintes réformes (FERRY, BERTHOIN, SAVARY, JOSPIN, FILLON, DARCOS…etc.) pour la rendre un peu plus égalitaire. Même aujourd’hui, elle encore très inégale. Recruter des enseignants à BAC +5, Bac +6 il n’y a rien d’absurde à cela…je vous rappel que le concours d’enseignant est un concours de catégorie A, ils sont de hauts fonctionnaires ! A ma connaissance, il n’y a aucune propagande servant à enrôler les jeunes diplômés ! On devient normalement fonctionnaire par choix et non pas par dépit, même si certains occupent cette fonction par stratégie (sécurité de l’emploi) et non pas pour ce que cela représente.

31.Posté par Honu DEMER le 13/12/2014 00:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

DEMER
@ Prof P.18.
« Le taux de réussite au BAC n'a AUCUN intérêt si 83% des gosses n'arrivent pas en classe de terminale???? » Je suis entièrement d’accord avec vous ainsi que P.19 (Zorro). En l’occurrence, je répondais à une remarque assez puérile. Maintenant et sur le fond, ces valeurs ont tout de même un intérêt pour les enseignants puisqu’elle valide/sanctionne leur méthode d’enseignement. Si par votre remarque vous souhaitez les rendre seuls coupables de l’échec scolaire, de l’absentéisme, de la déscolarisation, alors vous vous trompez ! Ceci est la faute d’une équipe pédagogique et plus particulièrement du Principal, de son adjoint et du CPE.

30.Posté par santucci le 12/12/2014 23:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cela ne m'étonne pas j 'ai une petite fille qui à 18ans et qui m'a sorti que les gens manuels n'avait pas de cerveaux ,heureusement que sont père est un manuel qui lui paye ses études car elle ne sait à peine parler le français et lorsqu'elle parle on ne comprends rien et elle voulait venir en france faire des études quelle rigolade

29.Posté par Tahiti le 12/12/2014 19:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Analphabétisme, 4/20 suffit pour être admissible au concours de professeurs des écoles

Difficile de recruter des enseignants? Pour parvenir à pourvoir les postes ouverts, dans certaines académies, les jurys sont contraints d'abaisser jusqu'à 4/20 la barre d'admissibilité aux concours. Plus de profs, mais à quel prix?
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/education/education-4-20-suffit-pour-etre-admissible-au-concours-de-professeurs-des-ecoles_1267473.html#OtDMcEPjIFqlzoLg.99

28.Posté par Tiare le 12/12/2014 18:43 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et sinon ça ne vous choque pas quand l''éducation nationale et le parlement disent qu''ils sont obligés de rabaisser le niveau scolaire dans les îles (Tahiti, Guadeloupe, etc) pour qu''un majorité puissent avoir leur diplôme ?

27.Posté par tortue verte le 12/12/2014 18:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour améliorer ces résultats, que faut-il ?

1/ Des parents qui éduquent leurs enfants, qui s'intéressent à eux, qui les aiment, qui leur donnent un cadre de vie stable et rassurant, qui leur fixent des limites sans pour autant les rosser.
2/ Un établissement aux normes, propre, en bon état, non surpeuplé
3/ Des enseignants formés, motivés, contrôlés, qui travaillent en équipe
4/ Une classe pas trop nombreuse, afin que l'enseignant puisse réellement s'occuper de chaque élève.
5/ des structures adaptées à chaque degré de la scolarité pour les élèves en difficulté : et pas des structures en dehors des établissements et qui excluent. Non, des structures qui se trouvent au coeur des établissements et qui permettent à tout le monde de vivre ensemble.

Voilà, quand on voudra réellement faire ces efforts, alors aucun élève ne sera laissé au bord du chemin.
Je ne parle pas seulement pour la Polynésie, mais aussi pour la Métropole.

26.Posté par tortue verte le 12/12/2014 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pooino post 6

Si tu considères un enfant comme une voiture, comme un poisson, comme une maison, ou comme un malade, alors, je t'en prie, ne fais pas d'enfant.

25.Posté par restonzen le 12/12/2014 17:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

spectacle de fin d'année de maternelle l'année dernière dans une école de Mahina, la maitresse toute fière de montrer ses élèves en train de se tortiller dans des positions suggestives sur un air de gnamgnam style pour les garçons et les filles sur une m...des spices girls!!! franchement il y a tellement de jolies choses à faire avec des enfants de 6 ans sur des aires tahitiens ou même français... allez soyons fous!!! on nous colle de la saleté américaine...bienvenue dans la fabrique des cretins

24.Posté par Phil le 12/12/2014 17:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

à Zorro, post 19 : Oui les stats on leur fait dire ce qu'on veut . Surtout on a aussi réussi à tricher légalement la valeur du diplome en DNB. J'connais un collège aux Marquises où le directeur annonce 100%de réussite cette anée et demande aux jeunes profs (les vieux sont pas en mis en classe d'examen) non titulaires de mettre que des notes hautes ! Rien qu'avec leurs moyennes de l'année, le dirlo sait qu'ils auront tous le DNB... avec un niveau minable puisque ce qui compte c'est la bienveillance et pas l'exigence. Et avec le Pays qui contrôle profs et inspecteurs, tous doivent la fermer pour ne pas dénoncer la nullité du niveau car sinon le ministre te vire de l'île ! Circulez, y a rien à voir !

23.Posté par Simone Grand le 12/12/2014 16:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Lors d'un concours littéraire à l'Ecole normale, il me fut demandé de participer à la distribution des prix.
Je fus sans voix en entendant le 1er prix attribué à un "poème" en français à une enseignante popa'a qui s'était contentée de reprendre la vieille chanson française: "Nous n'irons plus au bois les lauriers sont coupés...."
Le prix de poésie ma'ohi fut attribué à celui qui récita: "Et tau to te mau mea ato'a..." = Il y a un temps pour tout" qui sont les versets bibliques d'Ecclésiaste chapitre 3 verset 1.
Ils avaient tous l'air très fier les uns de leurs productions et les autres de les avoir distingués, chacun semblant ignorer les plagiats français et pseudo- ma'ohi.
Je fus ahurie par tant d'inculture fière de l'être et hissée au plus haut poste de responsabilité formatrice. Simone Grand

22.Posté par zozo le 12/12/2014 14:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

de la vaisselle a 60000 euro d'un coté ,des augmentations de budget de 18%, des élus très grassement payé et de l'autre des dortoirs collectifs et des classes sans clim par manque de budget! trouvé l'erreur, tant qu'on continuera à mettre des incompétents pour diriger le pays rien ne changera. Nos elus et nos fonctionnaires refuserait de siéger et de venir au travail dans les conditions d'étude de nos enfants ! Imaginez le retard quand la polynesie sera indépendante ! c'est quoi le retard à MADAGASCAR et au VANUATU TUTUA ?

21.Posté par boran le 12/12/2014 14:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vive l'independance , oscar pourra transformer l'education nationale Francaise "anthichrist" a ""l'education "mahoienne""ancestrale.

Vive les vacances chretiennes ( approuvees par holande l'anthicrist), grace a la celebration chretienne et non laic de la naissance de Jesus Christ.

vive le sinistre de l'education nationale, vive la laicite francaise, vive satan ....
bref , aide moi , je suis perdu dans ce monde plitico-satanico-educatio, nos enfants recoivent une education approuvee par des enfoires de politiciens .

20.Posté par etienne le 12/12/2014 14:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Avant de pointer du doigt le corps enseignant (à tort ou à raison), il faut peut-être se tourner vers les premiers responsables c-à-d les parents!!! Beaucoup se déchargent sur le système quand à l'éducation de leurs enfants, soit parce qu'eux même n'ont pas le niveau ( yà mettre en lien avec le milieu défavorisé?? ), soit parce qu'ils sont fiu!!!
Y en a des choses à dire et à faire pour remonter le niveau, ce qui est sûr c'est que ce ne sera pas facile car plusieurs maillons de la chaine à faire évoluer : parents, corps enseignant, transports, infra, etc...
Mais surtout les PARENTS, car un enfant même doué et intelligent peut très vite mal tourner à cause de mauvaises fréquentations...

19.Posté par Zorro le 12/12/2014 14:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour info, il y a eu (au Fenua) en moyenne 87,96% de réussite pour le bac général, 83,24% de réussite pour le bac technologique, 74,80% de réussite pour le bac professionnel, mais seulement 65% de réussite au DNB (toutes filières confondues), je le concède.

Sur une population donnée. Cette statistique signifie simplement que sur la population qui est arrivée a ce niveau d'étude il y a un taux de succès correspondant. Maintenant il faudrait avoir les statistiques sur l'ensemble de la population en age d’être scolarisée. Bref les stats on leur fait dire ce que l'on veut.

18.Posté par prof le 12/12/2014 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Honu post 11
Le taux de réussite au BAC n'a AUCUN intérêt si 83% des gosses n'arrivent pas en classe de termine?????
Une société moderne se qualifie et glorifie à la manière qu'elle prend soin des laisser pour compte, et qui s'efforce à "créer" un minimum de décrochage.
L'enseignement est devenu élitiste, on exige de nos professeurs d'être BAC + 4,5 ou 6
A quoi bon si l'école n'a plus aucun sens à présent, ne satisfait pas ce pourquoi elle existe?
Depuis des décennies, l'EN est un gros ministère en charge ....des enseignants.
Des nouveaux calendrier pourrait être mis en place, enseignants du primaire en classe que la matinée, l'après midi des encadrants en sport, arts plastiques, musique, cet..
Les enseignants en classe, pour formation, préparation des cycles, accompagnement scolaire MAIS pour cela il faudrait raccourcir les vacances ...et touche pas à mes acquis.
Le mammouth PERSONNE n'a jamais réussi à le dégraisser!!!!

17.Posté par prof le 12/12/2014 13:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Honu Demer
A 100 % d'accord.
De toutes façons, la meilleure façon de ne pas voir le problèmes, c'est de ne plus se poser les bonnes questions.
Depuis quelques années, on annule les test de niveau qui existaient auparavant.
Pourquoi?
Connaissait-on les résultats, et nous ne voulions pas avoir à les commenter, les justifier?
@ maté
Et les syndicats de l'EN, à quoi servent-ils?
A défendre les intérêts de nos enfants, ou seulement maintenir des acquis issus des années 50, et des méthodes si décriées?

16.Posté par prof le 12/12/2014 13:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ maté post 9
Oui, d'accord avec toi, de la discipline et du suivi à la maison...ce que l'on retrouve dans très peu de familles polynésiennes.
Et 66 milliards par an d'argent public, on se doit tout de même de savoir comment il est utilisé.
Une grande responsabilité doit être donnée au service de l'état qui envoie à grand frais des inspecteurs de tout genre pour des résultats si ahurissants.
Ce retard ne date pas d'hier, impossible sans la complicité naïve du personnel enseignant de passage (expat) et locaux (en attente de la paie ou retraite)
Dans le privé, une société qui ferait un tel audit virerait sur le champ ses DRH et responsables.
Mais ce ne sont que nos impôts et nos....enfants

1 2
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 29 Novembre 2020 - 18:30 Mov : "Je me suis laissée flotter"

Dimanche 29 Novembre 2020 - 17:26 ​La gendarmerie, un "formidable escalier social"

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus