Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Le masque obligatoire dans les espaces publics



Tahiti, le 24 août 2020 - Un renforcement des mesures de restriction sanitaires adoptées mi-août est annoncé jusqu’au 15 septembre au moins, en Polynésie, pour endiguer une propagation du coronavirus. Les rassemblements festifs de plus de 10 personnes sont interdits. Le masque est rendu obligatoire dans les espaces publics de plein air et "de forte fréquentation"
 
Depuis début août, les chiffres explosent : 8 cas positifs au Covid-19 le 7 août, 50 le 10 août, 77 le 12, 104 le 14, 155 le 18, 236 le 21 pour totaliser, lundi, 310 personnes infectées en l’espace de trois semaines par le coronavirus en Polynésie  française. La collectivité est officiellement passée vendredi au stade épidémique de niveau 2, en raison d’un "risque de diffusion des clusters". Dès lors le passage au stade 3 était annoncé "dans un délai assez court", par les autorités sanitaires. 
 
"C’est sûr que si les chiffres devaient augmenter encore, nous prendrions des mesures plus fermes", a annoncé lundi Dominique Sorain, lors d'une déclaration officielle commune avec le président Edouard Fritch. 
 
Et les chiffres n’annonçaient rien de bon. Avec 74 nouveaux cas diagnostiqués ce week-end, c’est-à-dire plus en deux jours que de mars à mai derniers, lors de la première vague épidémique, les annoncent du président de la Polynésie française et du haut-commissaire étaient très attendues lundi après-midi à la présidence. Pour l'instant elles se résument à un durcissement des mesures déjà en cours depuis mi-août (voir ci-dessous) et à un nouvel appel à la vigilance de tout un chacun dans le respect des gestes barrières.
 
En mars dernier, le passage au stade 3 s’était accompagné d’un ordre de confinement général de la population. Si la solution de confinements "partiels" et localisés est aujourd’hui privilégiée, le représentant de l’Etat en Polynésie française rejette catégoriquement l’option d’un nouveau "recroquevillement sur soi". Selon lui, la vague épidémique que connait actuellement la Polynésie française est le fait du "comportement inapproprié de certains : ce qui pose problème, ce n’est pas notre ouverture sur l’extérieur mais ces rassemblements"
 
Le dispositif sanitaire en place pour les personnes en provenance de l’étranger fonctionne, pour les autorités du Pays. Il repose sur un test RT-PCR négatif 72 heures avant l’embarquement, l’obligation de renseigner le formulaire Etis et un autotest 96 heures après l’arrivée. Sur cette base, près de 12 000 personnes ont été testées et seuls 16 nouveaux cas dont 11 touristes détectés.
 
Pour l’instant, la réponse apportée par les pouvoir publics à la situation épidémique polynésienne se borne donc à renforcer jusqu’au 15 septembre les restrictions sanitaires qui ont déjà cours depuis mi-août. 
 
Ainsi, la jauge autorisée des rassemblements "spontanés" et festifs dans les espaces publics est abaissée de 50 à 10 personnes. Tout regroupement de plus de 10 personnes est interdit au moins pour les trois prochaines semaines. En ce qui concerne les événements organisés, l’obligation est maintenue d’une déclaration préalable en mairie. Ils ne pourront se tenir que sous couvert d’une autorisation par arrêté municipal. Les promoteurs devront faire la démonstration que l’organisation est faite dans le respect des mesures barrières. 
 
Le port du masque obligatoire est généralisé "dans les espaces de forte fréquentation", annonce en outre le haut-commissaire sans plus de précision, notamment à proximité des établissements scolaires. Un arrêté doit encore éclairer la portée exacte de cette mesure. "Nous sommes encore en train d’y réfléchir", annonce Dominique Sorain. Cette obligation ne concernait jusqu’à présent que les commerces, sur l’ensemble du territoire, les transports publics, les gares maritimes, routières et aérogares. Les contrevenants s’exposent à une amende pouvant aller jusqu’à 89 000 Fcfp.
 
La fermeture des discothèques est prolongée jusqu’au 15 septembre au moins.
 
Dans les restaurants et débits de boissons, la distance physique imposée de un mètre entre clients est maintenue, de même que l’obligation de port du masque, lors des déplacements. "Les contrôles seront renforcés", annonce le représentant de l’Etat. "Nous faisons appel à la responsabilité de tous. Nous n’allons tout de même pas tout fermer. "
 
Une rencontre est annoncée pour ce mardi avec les responsables des confessions religieuses pour discuter de la mise en place de gestes barrières lors des cérémonies religieuses et des cultes.
 
Aucune restriction supplémentaire n’est ordonnée au monde du sport. Dominique Sorain et Edouard Fritch annoncent de concert s’en remettre à la responsabilité des fédérations sportives. "Nous devons continuer à faire confiance aux présidents de fédération." 

Les plans communaux de sauvegarde sont réactivés dans les communes en liaison avec le poste de commandement Crise du haut-commissariat.  
 
Les autorités de l’Etat et du Pays ont en outre insisté encore une fois lundi sur leur "volonté sans faille de transparence dans les chiffres". Une rumeur tenace véhiculée par les réseaux sociaux prétend que les chiffres réels seraient minimisés pour éviter les effets de panique. Mais une telle politique serait insensée pour le représentant de l'Etat. Toutes les informations sont transmises dès validation par les services de santé, a assuré Dominique Sorain. Alerter et tenir informé la population "c’est le meilleur moyen de nous protéger contre l’épidémie".






Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Lundi 24 Août 2020 à 16:15 | Lu 4357 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus