Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Le débat sur la peine de mort fait rage en Papouasie-Nouvelle-Guinée



Kerenga Kua
Kerenga Kua
PORT-MORESBY, lundi 29 avril 2013 (Flash d’Océanie) – Le gouvernement de Papouasie-Nouvelle-Guinée a indiqué ce week-end considérer sérieusement une remise en vigueur de la peine de mort, spécifiquement pour endiguer une nouvelle vague d’homicides et exécutions sommaires de présumées « sorcières ».

Le gouvernement papou, exhorté par l’ONU et de nombreuses ONG comme Amnesty International de faire cesser ces actes qualifiés de barbares, a rappelé qu’en théorie, la peine de mort figurait toujours dans l’arsenal juridique du pays, mais n’a pas été appliquée depuis des décennies.

L’Attorney General, Garde des Sceaux et chef des services juridiques du gouvernement papou, Kerenga Kua, a réitéré son intention de remettre au goût du jour cette pratique, concernant les crimes liés aux accusations de sorcellerie, mais aussi les viols et d’autres crimes considérés comme particulièrement graves, rapporte ce week-end la radio nationale publique NBC.
L’Attorney General a affirmé avoir désormais donné des instructions précises à une Commission des Lois pour commencer l’ébauche d’un texte en ce sens, destiné à être inséré au code pénal.
En prenant ces mesures, le ministre a affirmé agir en réaction à des centaines de courriers reçus, parfois sous forme de pétitions exigeant le retour de la peine capitale.

Déjà, début janvier 2013, M. Kua s’était exprimé à ce sujet.
Il rappelait alors que même si cette pratique n’a pas été appliquée depuis des décennies, elle figure toujours dans le code pénal du pays.
Selon M. Kua, sur les dix peines capitales déjà prononcées, mais non exécutées, au moins une pourrait avoir lieu courant 2013.
« Tant que la peine de mort demeurera dans le Code Pénal papou, et tant que les tribunaux appliqueront cette peine en (…), alors le système judiciaire de notre pays est dans l’obligation de l’appliquer. Dans ce domaine, nous n’avons pas le choix (…) On ne peut pas choisir d’obéir à un ordre et pas à un autre », confiait-il alors au quotidien Post Courier.

Outre les nombreux cas d’exécutions sommaires de femmes accusées de sorcellerie, des viols et agressions récents de femmes, dont il y a quelques jours une universitaires américaines, ont aussi contribué à sensibiliser l’opinion locale et internationale à la condition et aux violences faites aux femmes dans ce pays.


Quel mode d’exécution ?

En matière de méthode, concernant les dix condamnés à mort connus à ce jour, une décision prise en conseil des ministres, en 2005, a suspendu de fait toute exécution par pendaison (la pendaison étant la méthode prescrite dans les textes).

Motif : cette méthode avait été jugée cruelle et inhumaine.

Depuis, d’autres méthodes ont été suggérées, comme l’injection létale ou le gaz, rapportait la presse locale fin 2012.
Dans le domaine des peines passibles de la mort, les textes distinguent jusqu’ici la haute trahison et le meurtre.

Manuels du petit bourreau

Selon une première étude réalisée courant 2012 et présentée par l’Attorney General lors des débats parlementaires sur ce sujet, en novembre 2012, il a été estimé que la mise en place d’une nouvelle méthode d’exécution de type injection létale engendrerait des coûts pouvant atteindre le million de dollars US.
« Ce que nous allons faire maintenant, c’est de réactiver cette étude. J’ai demandé à notre gouvernement de se mettre en contact avec des pays qui pratiquent la peine de mort, en particulier les États-Unis. Nous les contacterons via leur ambassade ici, pour qu’ils nous fournissent des détails et même des manuels concernant la façon dont ils le font. Ensuite j’en rendrai compte au conseil des ministres qui aura alors la possibilité d’entériner cette procédure et ensuite, nous enchaînerons avec l’étape suivante », a expliqué M. Kua devant les députés.
L’Attorney General a même assuré que de nombreux volontaires s’étaient d’ores et déjà manifestés pour « participer à ce processus » en devenir, de fait, des bourreaux.

Rédigé par PAD le Lundi 29 Avril 2013 à 06:14 | Lu 858 fois






1.Posté par liberté le 29/04/2013 09:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La pendaison cruelle ?? et inhumaine??? et ces sauvages ils sont humain eux???? une injection c'est de la rigolade c'est comme une anesthésie a par que l'on ne se réveille pas . Non c'est trop doux

2.Posté par Le vieux le 29/04/2013 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce n’est pas le débat pour ou contre la peine de mort, non ! Ils débattent pour savoir de quelle façon ils doivent exécuter les condamnés ! Vaste sujet si l’en est ! Ma fois, si je peux être d’une quelque conque aide. On pourrait, je ne sais pas, je n’ai pas d’idées là, ils me prennent un peu au dépourvu. Je n’ai pas réfléchi, leur tirer une balle dans la tronche ? Non ? Ce n’est pas cher, et en les alignant on pourrait faire d’une pierre deux coups. Ou la hache, c’est bien aussi la hache. Il y a même des reines et des rois en Angleterre qui …enfin vous comprenez. C’est délicat comme sujet, je comprends leur désarroi. Le vieux con.

3.Posté par Shaymin le 12/05/2013 03:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La peine de mort pourrait sans doute calmer tous ces hommes qui tuent et violent des femmes soi-disant "sorcières" en toute impunité. Il est vrai que l'injection létale serait une mort trop douce face à la barbarie de leurs crimes.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués