Tahiti Infos

Le combat de Vahine Orama no Moorea contre les violences


©Vahine Orama no Moorea-Maiao.
©Vahine Orama no Moorea-Maiao.
Moorea, le 27 novembre 2022 - Une journée de sensibilisation aux violences faites aux femmes a été organisée samedi à Moorea sur le site du centre culturel Te Pū 'Ātiti'a avec la mise en place de plusieurs ateliers d’information, sportifs ou de bien-être. Le but pour l’association Vahine Orama no Moorea-Maiao, organisatrice de cet événement, est de faire connaître ses actions au public présent afin de mieux aider les femmes en détresse.
 
Dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, qui s’est déroulée vendredi, l’association Vahine Orama no Moorea-Maiao a organisé samedi une journée de sensibilisation sur les actions faites en faveur des femmes en détresse sur l’île de Moorea. Plusieurs stands ont été mis en place afin d’informer au mieux le public présent. On pouvait bien sûr y trouver les stands de l’association ainsi que ceux de ses partenaires habituels comme la gendarmerie nationale, la Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité (DSFE) ou encore l’hôpital de Afareaitu. De plus, des ateliers, notamment sportifs et de bien-être, étaient proposés avec par exemple de l'aïkido, du taï-chi, des massages ou encore du maquillage.
 
"Plus on va parler de notre association en leur disant qu’on est là, plus on pourra agir"

“C’est important pour une femme de se sentir bien et d’être en confiance afin qu’elle puisse parler de ses souffrances. Elle a besoin pour cela d’être bien dans son corps afin qu’elle puisse se reconstruire. Tout rentre en jeu en fait avec la santé, le sport, le bien-être... Il s’agit de prendre soin de soi, d’avoir un visage souriant, d’être coquette… Une femme bien dans sa peau et bien dans sa tête va pouvoir faire face à cette violence”, explique Caroline Durtshi, secrétaire adjointe de Vahine Orama no Moorea-Maiao. Malgré plusieurs années de présence sur l’île Sœur, ses membres militent encore pour notamment aider et faire parler les nouvelles victimes. “Il y a toujours des jeunes filles qui arrivent. À cause du tabou, les victimes ne vont pas parler. Mais plus on va parler de notre association en leur disant qu’on est là, plus on pourra agir. On commence à avoir beaucoup de victimes qui nous appellent. On en a eu cinq par exemple la semaine dernière”, assure la secrétaire adjointe avant d’ajouter “qu’elles se retrouvent souvent démunies si c’est leur mari qui travaille et non pas elles. Elles ne vont pas pouvoir porter plainte alors que c’est la solution pour qu’on puisse les aider. Notre rôle est d’écouter, de conseiller et de les orienter vers les bons organismes.” À noter aussi que les membres de Vahine Orama no Morea-Maiao ont également lancé, durant les jours passées, des actions pour récolter des fonds afin de pouvoir financer par exemple des logements d’urgence pour les victimes ou des moyens de transport.
 

De nombreux stands et des ateliers bien-être étaient mis en place.
De nombreux stands et des ateliers bien-être étaient mis en place.

Initiation à l'aïkido.
Initiation à l'aïkido.

Rédigé par Toatane Rurua le Dimanche 27 Novembre 2022 à 15:58 | Lu 687 fois