Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Le SAV du tourisme en Polynésie



Le SAV du tourisme en Polynésie
Tahiti, le 3 juillet 2020 - Le groupe Facebook "Les Passionnés de Tahiti et ses îles" a été créé en 2013 afin de réunir tous les amoureux de la Polynésie à travers le monde. Aujourd’hui, cette communauté atteint 60 000 membres et est devenue une ressource indispensable pour de nombreux visiteurs de nos îles.

"Les Passionnés de Tahiti et ses îles" a été créé par Max Bianco, qui réside en métropole. L’autre personne-clé de projet est Jean-Marc Castillo, administrateur de la page et basé en Polynésie.
"Les Passionnés de Tahiti et ses îles" a été créé par Max Bianco, qui réside en métropole. L’autre personne-clé de projet est Jean-Marc Castillo, administrateur de la page et basé en Polynésie.
Les Passionnés de Tahiti et ses îles viennent de souffler les sept bougies de leur groupe Facebook, créé le 20 mai 2013. Ils seront bientôt 60 000 membres. Un magnifique parcours pour une initiative 100 % bénévole et sans aucune ressource financière. La force de cette page est entièrement constituée de ses membres, tous animés par une même passion brûlante pour le fenua.

Sur les 59 209 membres de cette communauté, 60 % sont Métropolitains, 35 % sont Polynésiens et le reste est constitué de francophones du monde entier. Ils échangent leurs bons plans pour voyager en Polynésie, obtenir nos produits, suivre l’actualité du fenua, leurs plus belles photos, etc.

"Les Passionnés de Tahiti et ses îles" a été créé par Max Bianco, qui réside en métropole. L’autre personne-clé derrière ce projet est Jean-Marc Castillo, administrateur de la page pratiquement depuis sa création, basé en Polynésie. Nous l’avons rencontré.
 

Jean-Marc Castillo

Comment s'est créé ce groupe ?
"C’était en 2013. Max Bianco est passionné de la Polynésie, il a une connaissance des îles polynésiennes incroyable, beaucoup plus que moi qui vis ici depuis 20 ans, et même que beaucoup de locaux. Il a vraiment ça dans la peau. Il a donc créé un groupe pour réunir les autres passionnés comme lui, qu’ils soient locaux ou extérieurs à la Polynésie. Aujourd’hui nos membres sont principalement de métropole et de Polynésie, mais il y en a aussi de Belgique, du Canada, etc.
Personnellement, j’ai rejoint la page au tout début. Rapidement, quand Max a eu besoin de quelqu’un pour gérer la page depuis Tahiti, je me suis proposé. On se partage les tâches, cela permet de toujours avoir quelqu’un de disponible."

En quoi consiste le groupe ?
"Dans ce groupe on parle de tout ce qui a trait à la Polynésie française. Il y a des bons plans, des photos de paysages, des partages d’expériences, beaucoup de conseils et de réponses aux questions. Ça peut être où trouver et comment remplir une fiche ESTA, quelles agences de voyage proposent la Polynésie, comment était telle ou telle pension de famille… C’est vraiment très varié, il y a aussi des articles de presse, des coups de cœurs, des coups de gueule…"

Quel est le profil des Métropolitains sur cette page ?
"Il y a ceux qui sont déjà venus et qui sont "piqués au tiare" pour citer un livre connu. La Polynésie leur manque et ils prévoient de revenir. Mais il y a aussi ceux qui veulent venir découvrir nos îles pour la première fois, qui se posent beaucoup de questions et qui cherchent des informations."

Vous allez atteindre les 60 000 fans. Y a-t-il une célébration de prévue ?
"Nous serons 60 000 dans quelques jours, donc c’est pratiquement fait. Nous voulions organiser un rassemblement en métropole et ici, mais avec le Covid-19 on a dû laisser tomber…"

Qu’est-ce que cela implique comme travail de gérer un groupe de 60 000 personnes ?
"C’est du boulot quand même, il faut surveiller. On y est plus ou moins tout le temps. On y va 10, 20 fois dans la journée, que ce soit pour 2 minutes ou une demi-heure… C’est dur à quantifier. Mais il faut toujours une présence. On vérifie toutes les publications pour supprimer celles qui sont contraires à notre règlement. Ce sont beaucoup d’arnaques, comme les propositions de prêts classiques sur Facebook. Et après on enlève aussi tout ce qui n’est pas en rapport avec la Polynésie. Il y en a qui partagent des photos qui leur ont plu, de La Rochelle ou autre, tout ça n’a pas lieu d’être et est refusé. On fait aussi attention aux commentaires, les personnes qui commencent à insulter sont virées tout de suite, elles n’ont rien à faire sur notre groupe. C’est un groupe pour se faire plaisir, pas pour se faire insulter. Donc on veille à ça et ça fonctionne.
En trois ans, on est passé de 30 000 à 60 000 membres. La progression a toujours été rapide, mais elle s’est accélérée."

C’est d’avoir maintenu la qualité du groupe qui explique ce résultat ?
On l’a même amélioré. On a arrêté de fêter les anniversaires par exemple, on a viré les gens qui ne sont là que pour leur intérêt personnel. Même moi qui ai un magasin, je ne me permets pas de mettre des publicités "Le Kiosk fait ci, le Kiosk fait ça...". Tout est bénévole sur le groupe, personne n’en tire de bénéfice financier. Donc toutes les personnes qui essaient de se servir du groupe dans ce but sont virées. Par exemple on avait un membre qui contactait les gens qui arrivaient à l’aéroport juste pour leur demander de lui rapporter une bouteille d’alcool… Quand le touriste arrive, tu l’accueilles avec un grand sourire et tu lui mets un collier de fleurs autour du cou, il ne va pas te dire que tu lui dois 2000 Fcfp pour une bouteille de Ricard. Donc ce style de personnes, non."

As-tu l’impression que la page joue un rôle pour l’économie polynésienne, surtout le tourisme ?
Je pense qu’on a un rôle. Le groupe est connu, beaucoup de gens le rejoignent juste pour voir, découvrir la Polynésie, se mettre au courant de la façon dont ça marche. D’ailleurs c’est dommage que personne ne soit venu nous voir pour nous demander si on pouvait aider pour relancer le tourisme après le Covid-19. Mais on le fait déjà, on informe la communauté sur la réouverture des vols, les procédures pour venir, on relaie tous les articles de presse, on répond aux questions… On fait bien plus que beaucoup d’agences, on pourrait dire qu’on assure le service après-vente du tourisme en Polynésie !
Par exemple, tous les membres ont accès à des fiches pratiques créées par la communauté avec de nombreuses informations comme des listes de contacts, des guides sur comment voyager dans les îles, les magasins qui font des promotions à la communauté, des recettes, des guides sur les cartes de paiement et la monnaie, les taux de change, etc. Pour ceux qui ne savent pas comment ça ce passe, tout est expliqué.

Est-ce que tu t’es fait des amis dans ce groupe ?
Oui, il y a des personnes que j’ai rencontrées dans le groupe qui sont devenus des amis dans la vie réelle. Surtout quand le groupe était plus petit. On est un groupe d’amis qui se sont rencontrés sur Les Passionnés, on mange les uns chez les autres, on sort… Facebook ce n’est pas que des relations virtuelles ! J’ai même recruté une vendeuse une fois sur le groupe. Et c’est vraiment pour ça que je fais tout ce travail, ça me plaît. Le contact avec les gens, partager ma passion pour la Polynésie, rendre service... Et de voir l’ampleur qu’a pris le groupe, ça nous rend vraiment fiers. On est le plus gros groupe destiné aux touristes en dehors de la page Tahiti Tourisme [950 000 fans, ndlr], mais on n’a aucune subvention !

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Vendredi 3 Juillet 2020 à 23:14 | Lu 2852 fois





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Août 2020 - 11:26 Cinq nouveaux cas Covid confirmés depuis mardi

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus