Tahiti Infos

Le Li-Fi dans les communes d'ici fin 2016 ?


Le Li-Fi dans les communes d'ici fin 2016 ?
PAPEETE, le 27 avril 2016 - Dans le cadre de la 20e édition de l'assemblée générale de la Pacific Islands Telecommunication association (Pita), l'OPT a annoncé l'arrivée du Li-Fi en Polynésie d'ici la fin de l'année 2016.
Après le Wi-fi, le Li-fi va révolutionner notre quotidien, ou du moins c'est ce qu'il prétend. Deux ans après que le la technologie de communication qui passe par la lumière (Li-Fi) ait commencé à se déployer dans le monde, l'OPT annonce une arrivée sur le territoire d'ici la fin de l'année 2016.
L'arrivée du Li-Fi en Polynésie concernerait la zone urbaine dans un premier temps, soit les communes de Papeete, Faa'a, Pirae, Arue, puis le secteur privé d'ici 2017 et enfin les particuliers en 2018. Les parties seraient en cours de négociations. Tearii Alpha, le maire de Teva i Uta s'est montré intéressé par la technologie et envisagerait d'installer le Li-Fi sur les lampadaires du territoire de la commune.
En Octobre 2015, l'OPT avait signé un contrat de distribution exclusif avec Sed Océanie, le distributeur local d'Oledcomm.
Le principe du Li-Fi est de se servir d'ampoules LED pour distribuer de la connexion internet. "C'est un moyen écologique et économique de mettre à disposition de la connexion" indique Suat Topsu, fondateur de la start-up Oledcomm. En effet, selon le fondateur, le simple fait de mettre des LED à la place d'ampoules normale permet de baisser de 50% la consommation d'énergies. "Baisser la puissance de l'éclairage de 20% permet également de faire baisser la facture énergétique de 50%. Sans compter qu'en faisant de l'efficience énergétique les communes peuvent réaliser jusqu'à 80% d'économies sur leur facture énergétique", continue Suat Topsu. Pour ce fait, il faudrait mettre en place un système de télégestion de l'éclairage public.
Par ailleurs, si ce système est moins gourmand en énergie que le wifi traditionnel, il n'est fonctionnel que si l'utilisateur se place directement sous la lumière.
Par ailleurs, les données appartiennent au fournisseur de service, là encore se pose donc la question de la sécurisation des données. Si le fournisseur décide de confier les données à un tiers pour la gestion et le stockage ces données peuvent être exploitées. À ce niveau-là, rien n'est encore décidé et la question est en cours de négociation entre les différents acteurs.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Mercredi 27 Avril 2016 à 17:30 | Lu 2666 fois