Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


"Le Hara, centre de gravité: notre essence même", par Frédéric Précloux, Chiropracteur à Papeete



"Le Hara, centre de gravité: notre essence même", par Frédéric Précloux, Chiropracteur à Papeete
Par Frédéric PRÉCLOUX, D.C.(Doctor of Chiropractic) Chiropracteur diplômé de Los Angeles (1986)

Le centre de gravité humain est situé dans le bas ventre, entre le nombril et la 3ème vertèbre lombaire. Nous avons en permanence conscience des centres de gravité des divers objets que nous manipulons au quotidien : On ne saisit pas son trousseau de clé, comme on soulève une bouteille d’un litre et demi. A l’identique, nous allons redoubler de prudence pour empoigner une lourde bonbonne de gaz. Chacune de ces choses possède un centre de gravité familier, qui nous fait anticiper son ressenti avant même de la saisir.
Néanmoins, pourrions-nous affirmer que nous maîtrisons notre propre centre de gravité ? Nous aurions sans doute intérêt à avoir davantage d’expertise en la matière.

Sur notre planète Terre, les maîtres du centre de gravité humain, sont sans conteste les Japonais. Ils ont même un nom pour le nommer : le Hara. Mais, vous n’êtes pas sans savoir que les Japonais ont inventé des sports, dont la flexibilité de la colonne vertébrale et la maitrise du centre de gravité, sont les bases indispensables : Le Judo, le Ju-Jitsu, l’Haïkido, le Kendo, le Karaté, sans parler du « sport champion du monde de l’enracinement » : Le Sumo. Mais, il faut savoir que le peuple nippon utilise la maitrise du Hara, au travers d’activités diverses et variées, telles que le tir à l’arc, la calligraphie, l’art floral, ou encore la surprenante cérémonie du thé…
En réalité, les Japonais considèrent le Hara comme le centre vital de l’homme. S’il est vrai qu’en Physique, un centre de gravité ne représente pas une entité palpable, on peut néanmoins le calculer mathématiquement, l’imager par des figures, ainsi que se le représenter mentalement. Mais alors, puisqu’il s’agit de notre centre de gravité, il devrait être possible de nous entrainer à le ressentir afin de le maîtriser au quotidien. Ce contrôle serait-il à même, de nous apporter talents ou qualités insoupçonnés ?

Notre corps devrait, tout comme l’arbre, reposer sur de solides racines, afin qu’il puisse se maintenir sans effort à la verticale. Notre centre de gravité étant bien réel, il n’est pas à inventer, il faut simplement en prendre conscience dans le but de le renforcer. Pour les Japonais, la maitrise du Hara est un symbole de maturité intérieure, pouvant amener à accomplir de véritables exploits. Le Hara leur donne une capacité certaine à rester d’aplomb, que ce soit dans l’action, ou au travers d’évènements quotidiens.

Toute fourmi ou abeille qui vient de naître, porte en elle sa destinée. En effet, peu de temps après sa naissance, elle se trouve déjà guidée par son intelligence innée qui lui permet d’accomplir l’action parfaite, au moment approprié. Il devrait en être de même, pour tous les êtres vivants. Chaque personne porte en elle sa destinée, ainsi que des talents innés, propres à chacun : Pourquoi en serait-il autrement ? Chaque être humain est particulier, notre ADN le prouve scientifiquement. Malheureusement, les connaissances actuelles ne permettent pas encore de décoder de façon précise et détaillée, ce qui fait notre unicité. Lorsque nous aurons mis à jour la technique permettant de décoder à coup sur notre génome, à l’instar des codes barres de nos produits ménagers, nous serons alors certains du type de génie qui se trouve tapi au fond de nous.
Pour l’instant, le souci des êtres humains, c’est que contrairement aux abeilles, nous disposons d’un cerveau énorme capable d’accomplir de multiples tâches, et de nous donner la possibilité de vivre de multiples expériences. Au fil de la scolarité, on nous adresse tant d’informations, on nous envoie sur tellement de pistes différentes, que cela nous fait perdre notre fil directeur, celui de notre essence inscrite sur notre génome.
Si le bébé porte en lui son destin, les aléas de la vie en feront bien souvent un adulte, devenu tristement étranger à l’être essentiel qui est en lui.

Les Japonais nous ont montré que la conquête du Hara permet de renouer avec cette précieuse partie de nous même. On l’obtient grâce à une pratique méditative dite « d’assise en silence », qui sera facilitée par une colonne vertébrale ordonnée.
En effet, dans la société occidentale, nous sommes soit tendus vers le haut ; le fameux « tiens-toi droit » dans le but d’aller vers la connaissance et le respect, soit nous sommes courbés, avachis sur nous même, notre posture venant confirmer notre désenchantement. Or, pour que la vie puisse circuler librement du cerveau vers la moelle épinière, et de celle-ci vers l’ensemble des nerfs du corps, il serait judicieux d’avoir un alignement vertébral, en parfaite adéquation avec la force de gravité.
La vie est un mystère dont nous sommes issus. Mais il est possible d’écouter cette voix intérieure qui nous encourage à renouer avec notre centre originel. La pratique du Hara mène peu à peu à l’harmonisation de ce que nous sommes au plus profond, avec ce que nous sommes déjà au quotidien : Ce voyage peut changer radicalement une personne, qui découvrira qu’elle est beaucoup plus qu’elle n’osait l’espérer, l’amenant à la paix intérieure nécessaire à la réalisation de soi.

La quête du Hara, centre de gravité, donnera les fondations nécessaires pour trouver cet axe intérieur, qui est la seule référence concernant l’alignement de notre colonne vertébrale avec notre système nerveux, l’authentique siège de notre être profond.
L’essence même de l’homme se trouve en son centre. Tout comme l’abeille, nous possédons au tréfonds un destin à l’état embryonnaire, méritant d’être découvert et révélé. Cette percée vers notre être essentiel permettra de nous ouvrir à notre vraie nature, découvrant ainsi nos qualités innées ainsi que les talents d’exceptions, qui nous ont été donnés au départ avec le don de la vie.
En réalité, le trésor caché de l’humanité repose en chacun de nous. Il suffit de s’ouvrir et de se connecter à soi même, pour réaliser l’intelligence infinie qui est en nous.
Celle-ci nous connecte à notre être essentiel qui permet l’épanouissement tant mérité.


Prochain chapitre : L’esthétique posturale.
P.S. : Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le transmettre à vos amis, votre famille ou vos collègues, susceptibles également d’apprécier les informations qu’il contient.
Tel : 42 23 30 – Website : chiropratiquedoucetahiti.pf

Rédigé par () le Samedi 30 Août 2014 à 09:48 | Lu 1414 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies