Tahiti Infos

La réforme fiscale se profile


Tahiti, le 24 octobre 2021 - Le gouvernement a lâché vendredi aux patrons et syndicats les premières pistes de sa réforme fiscale qui doit démarrer d'ici la fin de l'année, notamment avec la mise en place d'une TVA sociale à 1%.
 
Le gouvernement a présenté vendredi aux partenaires sociaux et chefs d'entreprises les grandes orientations de sa réforme fiscale, dont les premières mesures sont attendues avant la fin de l'année. Le président Édouard Fritch et son ministre de l'Économie et des Finances Yvonnick Raffin ont indiqué avoir planché avec plusieurs des “forces vives” économiques polynésiennes pour aboutir à cette première présentation.
 
“Rien n’est définitif, notre environnement est en révolution permanente, la société polynésienne se modernise à grands pas, les pratiques commerciales évoluent et les technologies modernes nous envahissent”, a débuté Édouard Fritch pour défendre la réforme. Indiquant que les “textes de référence” de la fiscalité polynésienne trouvaient leur origine à l'époque du CEP, le président du Pays a affirmé ambitionner de faire passer l'économie polynésienne à une “économie endogène, durable, inclusive, solidaire, créatrice de valeur pour tous”, après avoir hérité d'une économie de comptoir, puis de garnison et aujourd'hui “de transferts”. Moderniser, simplifier ou encore rendre plus efficace… Les mots sont revenus régulièrement chez le président du Pays pour décrire sa réforme, avec l'idée générale de mieux équilibrer les comptes sociaux.
 
TVA sociale à 1%
 
Si l'intégralité de la réforme fiscale n'est pas encore finalisée, le ministre de l'Économie et des Finances a déjà proposé de nombreuses pistes, évoquées notamment auprès de nos confrères de Radio 1. A court terme, la principale est celle d'une TVA sociale à 1%, d'une taxe sur les voyageurs entrants, d'une baisse de l'impôt sur les sociétés de 27 à 25% et à terme une réduction progressive du taux majoré d'impôt sur les sociétés de 35 jusqu'à 25%. Pourraient ensuite venir dans un second temps, une réduction de l'impôt sur les revenus des capitaux mobiliers pour les résidents, une réforme des patentes, la suppression de la fiscalité à l'export, un impôt foncier sur les propriétés non bâties, ou encore un impôt sur les successions et donations… L'impôt sur le revenu en revanche est exclu par le ministre de l'Économie et des Finances.
 
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Dimanche 24 Octobre 2021 à 17:22 | Lu 3940 fois