Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49



"La peur, moteur de notre santé" par Frédéric Précloux, chiropracteur à Papeete



"La peur, moteur de notre santé" par Frédéric Précloux, chiropracteur à Papeete
Par Frédéric PRÉCLOUX, D.C.(Doctor of Chiropractic) Chiropracteur diplômé de Los Angeles (1986) exerçant au Centre Polynésien de Réhabilitation Vertébrale

La peur de la mort nous hante. En réalité, ce qui nous fait peur c’est la fin de notre propre histoire. « Combien de temps me reste t’il vraiment ?
Du fait que nous sommes ignorants du moment de notre mort, le temps qui nous est imparti demeure un mystère. C’est pourquoi chacun évite de se poser cette question, probablement par peur que ce soit la question qui tue…
Quoiqu’il en soit, lorsqu’un médecin annonce à une personne qu’elle a développée une maladie chronique, qu’il s’agisse du diabète, d’une maladie cardiovasculaire ou bien du cancer, etc…, l’individu prenant peur, peut décider subitement de tout modifier dans sa vie. Les gens aiment penser qu’il sera possible d’effacer 50 années de malbouffe, de manque d’exercice, de tabagie, d’alcoolisme et de pensées négatives et malfaisantes. On ne peut que saluer néanmoins, ce revirement subit d’attitude et cette lueur d’espoir, chez tout être humain… La peur peut s’avérer structurante, puisque de la peur nait la raison !

Il y a aux Etats-Unis chaque année, 650 000 décès dus aux maladies cardiaques, 550 000 décès dus aux cancers, 135000 dus aux accidents vasculaires cérébraux, 120 000 à cause d’accidents, 60 000 décès dus aux grippes et aux pneumonies, 0,5 décès dus aux attaques de requins, 0 suite à la grippe aviaire, et 0 suite à la maladie de la vache folle.
Or, la population est terrorisée par les requins, la grippe aviaire, tout comme à l’époque par la vache folle. Il semblerait que les attitudes que nous ayons par rapport aux risques n’aient aucun sens ! Actuellement, ce sont les maladies chroniques qui sont responsables de la majorité des hospitalisations et des décès de la population planétaire.
Pourtant, l’Organisation Mondiale de la Santé a clairement établit 5 règles d’or à suivre :
1- Ne pas fumer.
2- Maintenir un poids normal.
3- Manger abondamment fruits et légumes frais.
4- Chaque jour, durant 30 minutes pratiquer une activité physique.
5- Limiter sa consommation de produits sucrés, salés et riches en matières grasses.

Tout le monde devrait être capable de suivre ces règles. Il est même établi que si elles étaient appliquées, le diabète de type II serait réduit de 90%, et les maladies cardiovasculaires se réduiraient de 82%. Les hôpitaux se désengorgeraient, et on résoudrait les insolubles problèmes financiers de notre système de santé.

La perspective de vivre vieux et de survivre longtemps aux maladies ne stimule pourtant pas l’ensemble de la population. Les gens s’imaginent affalés dans un fauteuil roulant et grinçant, dans un état de décrépitude avancé, poussés par un infirmier au sourire figé. Voilà en effet, un programme peu enthousiasmant… Personne bien sûr, ne peut souhaiter finir ses jours dans de telles conditions, et il n’en est pas question !

Mais, le citoyen lambda plane au dessus de toutes ces considérations. Il veut juste profiter et surtout, ne pas se poser de questions, afin de ne pas modifier ses confortables habitudes. Le plaisir représente son unique et apparemment inestimable ambition !
On nous a d’ailleurs suffisamment répété, que nous avions « droit à la santé ». Aurions nous tous raté la partie, où l’on expliquait que nous avions aussi des devoirs ? N’étant pas des spécialistes de la santé, nous ne pensons pas avoir autorité pour nous occuper de la notre. La méconnaissance se généralisant en règle absolue ! Nos congénères seraient juste préoccupés à jouir en mangeant gras, en fumant, en buvant de l’alcool de façon immodérée, et en ayant maints rapports sexuels non protégés…
L’être humain serait-il simplement irresponsable, ou juste insouciant de son avenir?

Lorsqu’on conseille aux gens de surveiller leur alimentation, de faire du sport, de ne pas fumer et d’éviter de boire de l’alcool, c’est dans le but d’obtenir des résultats dans 20, 30 ou 40 ans, afin de devenir un vieillard en bonne santé. Ça intéresse qui ?
En effet, la société de consommation nous a habitués à obtenir des satisfactions instantanées. J’ai travaillé dur, je mérite mon chocolat ! J’ai décroché ce contrat, à moi le double whisky ! Il s’agit donc d’un problème d’attitude relatif au plaisir immédiat.
Par ailleurs, les budgets consacrés à la publicité des produits de l’agroalimentaire, peu favorables à l’épanouissement de la santé, sont hors de proportion par rapport au budget consacrés par les états, à l’obésité par exemple.

Mais en réalité, chacun devrait pouvoir obtenir un topo précis et rigoureux concernant sa santé. La société devrait utiliser une communication pédagogique du risque, qui inciterait les gens à user de leur responsabilité individuelle. Cela permettrait à tout un chacun de pouvoir faire un choix éclairé.
L’homme est le seul animal censé être dans la recherche du développement personnel. C’est pourquoi, si vous considérez que votre vie a été d’une certaine inconséquence, vous pouvez toujours vous ressaisir et devenir un acteur essentiel de votre santé et de votre vie. Si c’est le cas, votre peur se sera révélée instructive et mobilisatrice. Elle vous aura permis de vous réveiller et de vous obliger à réagir, afin de préserver l’essentiel ; votre vie et votre intégrité.
La notion de capital santé rend parfaitement compte de la préciosité de la santé.
Notre amour de la vie est il suffisamment fort, pour qu’on la place sur le piédestal quelle mérite ? Pourtant, en décidant de choisir notre vie, nous allons devoir user d’un minimum d’organisation et d’auto discipline. Si notre désir de vivre prime plus que tout, si notre désir de nous rapprocher de l’immortalité est un moteur important à nos yeux, alors cette discipline intérieure devra être mise en place, pour nous permettre d’accéder au plaisir suprême de se sentir le Maître de sa vie.

Le titre du prochain chapitre sera : C’est décidé, j’agis !
P.S. : Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le transmettre à vos amis, votre famille ou vos collègues, susceptibles également d’apprécier les informations qu’il contient.
Tel : 42 23 30 – Website : chiropratiquedoucetahiti.pf

Rédigé par () le Samedi 12 Octobre 2013 à 06:15 | Lu 1419 fois

Tags : Précloux






1.Posté par J.M. le 13/10/2013 13:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les principales boissons produites industriellement en Polynésie sont des soft-drinks d'une grande marque U.S. de cola, hyper-sucrées. C'est devenu la deuxième boisson des bébés, juste après le lait maternel. Et l'industriel en question est hyper-protégé par la TDL, qui affecte -et renchérit donc- pratiquement tous les jus et boissons de qualité alternatifs et concurrents de ce cola, et qui ont le malheur d'être importés. Donc la population ne peut accéder à des boissons saines, étant maintenue "en captivité" afin de rester pâturer dans le périmètre imposé par cet industriel. Buvez sucré, c'est bon pour l'industrie locale !

Signaler un abus

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies


















ranktrackr.net