Tahiti Infos

La ministre des Armées répond à Teva Rohfritsch sur le nucléaire


Tahiti, le 24 septembre 2021 – La ministre des Armées a répondu jeudi à la question écrite posée en mars dernier par le sénateur polynésien Teva Rohfritsch après les révélations du média Disclose et du livre Toxique sur les essais nucléaires. Pas de révélations, la ministre se contente de recenser les actions engagées par l'Etat ces derniers mois avec la table ronde organisée à Paris.
 
La ministre des Armées Florence Parly a répondu à la question écrite posée en mars dernier par le sénateur polynésien Teva Rohfritsch, qui l'avait interpellée à la suite des révélations du média Disclose et du livre Toxique sur une "sous-évaluation" des données dosimétriques des retombées des essais nucléaires par l'Etat français. Une réponse apportée six mois après la question du sénateur, mais qui se contente finalement de recenser les dernières annonces du Président de la République sur le sujet, notamment avec l'organisation de la table ronde sur le nucléaire en juillet dernier à Paris.
 
"Les archives (…) seront ouvertes à l'exception de celles pouvant contenir des informations proliférantes", rappelle donc la ministre. "Pour ce faire, un groupe de travail, regroupant l'ensemble des services d'archives du ministère des armées, sera créé dès le mois de septembre. Il aura pour but de repérer les fonds d'archives relatifs au fait nucléaire en Polynésie, en priorisant dans un premier temps deux thématiques proposées aux Polynésiens : les données scientifiques de santé et le centre d'expérimentation du Pacifique. Si ce travail de recensement a déjà débuté, le rôle du groupe de travail sera d'identifier les informations proliférantes qui ne pourraient être communiquées. La Polynésie sera associée à ce groupe de travail et un chargé de mission placé directement auprès du Premier ministre assurera le contact entre l'État et la collectivité polynésienne."
 
Pour ce qui relève des dossiers médicaux et des relevés dosimétriques, la ministre affirme que la table ronde "a permis de réexpliquer la procédure de demande d'accès, qui demeure un droit, afin de permettre à toute personne ayant bénéficié d'un suivi médical, ou ses ayants droit si elle est décédée, d'en demander la reproduction". Elle rappelle également que la constitution des dossiers d'indemnisation va faire l'objet d'un "accompagnement" avec le déplacement des services de l'Etat "auprès des personnes les plus éloignées dans les archipels afin de les aider et de les conseiller". Enfin, Florence Parly évoque les contrats de redynamisation des sites de défense (CRSD) qui seront "reconduits afin de permettre aux communes de la collectivité polynésienne de poursuivre leur redynamisation économique".
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Vendredi 24 Septembre 2021 à 13:18 | Lu 3728 fois