Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



La canicule persiste jeudi sur la majeure partie du pays, alerte à l'ozone



Toulouse, France | AFP | jeudi 21/06/2017 - La canicule qui a frappé mercredi le pays dans des proportions records pour un mois de juin, avec 67 départements placés en vigilance orange, persistera encore jeudi sur la majeure partie du pays, créant un nouvel épisode de pollution à l'ozone.

Le mercredi 21 juin 2017 pourrait "devenir le premier jour de l'été le plus chaud depuis 1945", avec une température moyenne nationale qui devrait se situer autour de 27°C, a indiqué le prévisionniste François Gourand à l'AFP. Le chiffre exact sera connu jeudi.

Des records de chaleur pour un mois de juin ont été battus dans une quinzaine de localités de la moitié nord du pays, dont Le Mans et Orly, selon Météo-France.Le thermomètre a grimpé à 37,4°C au Mans, battant le record de 37,1°C du 27 juin 2011. A Orly, on a enregistré 37,1°C contre 37°C le 26 juin 1947.

Des records mensuels ont aussi été battus notamment à Tours (36,8°C contre 36,7°C en 1976), Dieppe (34,9°C, contre 34,2°C en 2001) ou Cherbourg (31,6°C contre 30,7°C en 2005).

La canicule persistera jusqu'à jeudi sur la majeure partie du pays, et des orages éclateront dans l'après-midi sur la moitié est. Le rafraîchissement ne s'amorcera qu'à partir de vendredi par l'ouest du pays pour s'étendre progressivement au reste du pays.

Circulation différenciée en Ile-de-France

La canicule a créé un épisode de pollution à l'ozone dans près de 30 départements. En Ile-de-France, la circulation différenciée sera mise en place dès jeudi. Les véhicules les plus polluants seront interdits de circuler à Paris et en proche banlieue.

La Mairie de Paris a pris des mesures de gratuité des services Velib’ et du stationnement résidentiel. La région Ile-de-France activera jeudi "le tarif réduit anti pollution", un forfait jour à 3,80 euros dans les transports en commun.

Dans les Bouches-du-Rhône, le préfet a déclenché la procédure d’alerte niveau 1 impliquant une réduction des vitesses maximales de 20 km/h sur l’ensemble du réseau routier. La métropole européenne de Lille (Mel) a aussi mis en place un "ticket pollution" sur l'ensemble de son réseau de transports.

L'attention va vers les plus vulnérables: ainsi à Paris, un numéro d'appel gratuit a été mis en place. L'association parisienne Les Enfants du Canal distribue des bouteilles d'eau aux SDF tandis qu'Eau de Paris offre des gourdes et installe des points d'eau en plus des 1.200 fontaines déjà accessibles gratuitement.

A Bordeaux, une trentaine de personnes sont exceptionnellement mobilisées (contre quatre habituellement) dans le cadre de la plateforme téléphonique mise en place par la mairie pour prendre des nouvelles des personnes âgées.

A Bordeaux-Lac, Sylviane Simonnet, chef de poste plage, explique "informer les parents de ne pas mettre les enfants au soleil, casquette, t-shirt, bien se mouiller avant d’entrer dans l’eau, voilà, on fait beaucoup de prévention pour limiter les accidents".

Difficile pour les élèves

Cette chaleur fait souffrir les élèves des petites classes, dont les écoles ne sont pas équipées de climatisation. 35 degrés: c'est la température relevée à 08h00 ces derniers jours à l'école Marengo-Périole à Toulouse, dont les parents se sont mobilisés devant l'établissement mercredi pour réclamer des "conditions de vie convenables".

En attendant, des parents ont décidé de ne plus mettre leurs bambins en classe. Même ras-le-bol, selon la FCPE 31, à l'école Alexandre Fourtanier à Toulouse où certains enseignants font cours à l'ombre à l'extérieur de l'établissement, dont la toiture est en verre.

Dans les départements voisins, en particulier dans le Tarn-et-Garonne, des parents retireront leurs enfants à partir de jeudi, comme à l'école primaire Jacques-Brel de Montauban. Dans le dortoir où les élèves font la sieste, il fait jusqu'à 38 degrés, selon Sophie Durran, une mère d'élève.

Plus insolite, aux Assises de Paris, magistrats et avocats ont été incités à "enlever la robe", "vu la chaleur".

En Creuse, les gendarmes ont mis en garde les automobilistes car la chaleur fait fondre le bitume.

Rédigé par Rémy ZAKA le Mercredi 21 Juin 2017 à 16:18 | Lu 276 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies