Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


La Papouasie-Nouvelle-Guinée, championne de la corruption ?



LONDRES, jeudi 4 décembre 2014 (Flash d’Océanie) – La Papouasie-Nouvelle-Guinée a une nouvelle fois été classée parmi les pays les plus corrompus au monde, selon la vingtième et dernière édition de l’Indice de perceptions de la corruption, publié chaque année par l’ONG Transparency International et rendu public mercredi.
Dans ce classement, qui passe en revue 174 pays, cet État océanien est placé à la 145ème place, avec comme voisins de tableau des pays comme le Kenya, le Laos, la République centrafricaine ou encore le Paraguay.
Dans ce classement, en haut du tableau, figure un autre pays de l’Océanie : la Nouvelle-Zélande, qui décroche la seconde place mondiale en tant que pays le plus « propre » en matière de corruption.
Au niveau mondial, le seul pays ayant devancé la Nouvelle-Zélande est le Danemark, qui décroche la première place, comme meilleur élève.
Viennent ensuite la Finlande, la Suède, la Norvège, la Suisse, Singapour, les Pays-Bas, le Luxembourg et le Canada (10ème).
Pour la zone Océanie, l’Australie est classée onzième, Samoa 50ème, le Timor oriental 133ème.
Les autres pays du Pacifique ne sont pas répertoriés.

La France est classée 26ème.

Tout en bas du tableau, on trouve cette année la Lybie (166ème), l’Ouzbékistan (166ème), le Turkménistan (169ème), l’Irak (170ème), le Sud-Soudan (171ème), l’Afghanistan (172ème), le Soudan (173ème), la Corée du Nord (174ème) et, bon dernier, la Somalie (174ème).

La Nouvelle-Zélande aux anges

En Nouvelle-Zélande, ce nouveau classement a été accueilli par des applaudissements de la part ders autorités.
Amy Adams, ministre néo-zélandaise de la justice, a rapidement réagi à la publication de ce classement, qu’elle a considéré comme le reflet d’un « fort engagement du gouvernement et de la fonction publique en vue de protéger les droits et les libertés des Néo-zélandais ».
« Notre gouvernement travaille sans cesse en vue de prévenir le risque de corruption. Notre cadre juridique solide encourage la transparence, criminalise la corruption et facilita la collaboration avec d’autres pays pour s’attaquer à de telles pratiques », a-t-elle affirmé.
Jeudi, la Parlement néo-zélandais adoptait un texte ayant désormais force de loi, sous forme d’amendement à la loi criminalisant les délits de truquages de compétitions sportives, en particulier lors des prochains événements que sont la Coupe du Monde de Cricket et la Coupe du Monde FIFA de Football pour les moins de 20 ans.


Papouasie-Nouvelle-Guinée : amers constats

En Papouasie-Nouvelle-Guinée, par contre, ce classement n’a fait que rappeler les carences d’un système souvent gangréné par les affaires de pots-de-vin, à tous les niveaux et jusqu’au sommet.

Lors de la présentation locale de ce classement, en milieu de semaine, dans la capitale papoue Port-Moresby, Lawrence Stephens, qui préside l’antenne locale de Transparency International, a attribué ce mauvais classement à une incapacité des autorités locales à faire appliquer des lois qui, pourtant, sur le papier, sont « parmi les meilleures du monde ».
Il a notamment pointé du doigt l’incurie des pouvoirs exécutifs et politique à affirmer une volonté claire de lutter contre une corruption jugée endémique, y compris au sein de la fonction publique.
Le responsable local a notamment cité, parmi les services les plus corrompus, ceux de la police, de la justice, des affaires foncières et du cadastre.
« Il suffit de regarder les grands titres de nos médias nationaux pour se rendre compte que dans ce domaine, les défis restent énormes », a-t-il lancé.
Dernière affaire en date à avoir défrayé la chronique : le Vice-président du Parlement, Gordon Wesley, député de la province de Milne Bay, a été déchu de son mandat électif après qu’un tribunal l’ait reconnu coupable, la semaine dernière, de corruption active lors des législatives de 2012.
Pendant la campagne qui a mené au scrutin, M. Wesley aurait en effet fait don d’un véhicule, acheté sur fonds publics, à un village, en échange du soutien de cette communauté.
Le juge Ere Kariko a estimé que ces faits étaient assimilable à de la corruption.
En vertu de cette décision de justice, c’est désormais le rival de M. Wesley, Isi Henry Leonard, d’abord arrivé second dans les suffrages, qui reprend le siège de cette circonscription.

« L’indice de perceptions de la corruption est élaboré à partir de l’opinion d’experts sur la corruption dans le secteur public. Les pays obtenant une note élevée disposent souvent d’une administration transparente permettant aux citoyens de demander des comptes à leurs responsables. À l’inverse, une mauvaise note dénote un recours systématique à des pots-de-vin, l’absence de sanctions en cas de corruption et une inéquation entre les activités de l’administration et les besoins de la population », rappelle l’ONG.

« L’Indice de perceptions de la corruption 2014 montre que les abus de pouvoir des responsables politiques et des hauts fonctionnaires entravent la croissance économique et les efforts de lutte contre la corruption », a déclaré en milieu de semaine José Ugaz, président de Transparency International.

pad

La Papouasie-Nouvelle-Guinée, championne de la corruption ?

Rédigé par PAD le Vendredi 5 Décembre 2014 à 06:17 | Lu 612 fois






1.Posté par Roro LEBO le 05/12/2014 12:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La Nouvelle-Zélande va être contente...
avec son citoyen arrêté pour introduction de drogue en Indonésie.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués