Tahiti Infos

La Chine juge avoir été "diffamée" lors du sommet Etats-Unis-Japon


Pedro Pardo / AFP
Pedro Pardo / AFP
Pékin, Chine | AFP | jeudi 11/04/2024 - La Chine a estimé jeudi avoir été "diffamée" lors d'un sommet entre le président américain Joe Biden et le Premier ministre japonais Fumio Kishida, qui ont notamment annoncé un renforcement historique des liens militaires bilatéraux.

Réunis à Washington, les deux dirigeants ont égratiné à demi-mots la politique chinoise en mer de Chine méridionale ou vis-à-vis de Taïwan et des îles Senkaku/Diaoyu, disputées entre Tokyo et Pékin.

"Les Etats-Unis et le Japon, au mépris des graves préoccupations de la Chine, ont diffamé et attaqué la Chine sur Taïwan et les questions maritimes", a réagi jeudi Mao Ning, une porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères.

"Ils se sont immiscés de manière éhontée dans les affaires intérieures de la Chine, en violation grave des normes fondamentales qui régissent les relations internationales", a-t-elle souligné lors d'un point presse régulier.

Les Etats-Unis et le Japon ont décidé mercredi de profondément renforcer leurs liens de défense, déjà très importants depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, dans un contexte de tensions grandissantes en Asie-Pacifique.

Le sommet Biden-Kishida était centré sur le renforcement des liens de défense entre les deux nations du Pacifique face à la Chine.

Les armées américaine et japonaise vont oeuvrer ensemble pour plus "d'interopérabilité", tandis que les Etats-Unis s'engagent à soutenir certains projets militaires japonais, sur le plan matériel et technologique.

Concrètement, le but est de rendre leurs forces armées plus agiles en cas de crise, notamment en cas d'hypothétique invasion de Taïwan par Pékin, selon des experts.

"Ferme opposition" 

Joe Biden et Fumio Kishida ont ainsi manifesté mercredi leur "ferme opposition à toute tentative" de la Chine de "modifier unilatéralement le statu quo par la force ou la coercition en mer de Chine orientale", où Pékin revendique les îles Senkaku/Diaoyu administrées par Tokyo.

Sur la question taïwanaise, MM. Biden et Kishida ont affirmé "l'importance du maintien de la paix et de la stabilité" et encouragé "la résolution pacifique des problèmes" entre Pékin et Taipei.

Sans nommer la Chine, les deux dirigeants ont par ailleurs dénoncé "les actions déstabilisatrices en mer de Chine méridionale", semblant rejeter sur le géant asiatique la faute de plusieurs incidents récents entre Pékin et Manille autour de récifs disputés.

"La Chine est fortement mécontente et fermement opposée à (ces propos). Elle a solennellement protesté auprès des parties concernées", a indiqué jeudi Mao Ning.

"Les relations entre les Etats-Unis et le Japon ne doivent ni cibler d'autres pays, ni nuire à leurs intérêts, ni compromettre la paix et la stabilité régionales."

Tout en défendant les revendications territoriales de Pékin dans les mers de Chine orientale et méridionale, Mao Ning a accusé Washington et Tokyo de "déformer les faits et la vérité" afin de dépeindre une Chine aggressive.

Les activités de Pékin dans ces mers sont "pleinement conformes au droit international", a-t-elle déclaré.

Sommet avec les Philippines

Pékin entretient un différend historique avec Tokyo en raison de la violente occupation d'une grande partie du territoire chinois par les troupes japonaises avant et pendant la Seconde guerre mondiale.

La Chine estime que Taïwan est l'une de ses provinces, qu'elle n'a pas encore réussi à réunifier avec le reste de son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise en 1949.

Elle dit privilégier une réunification "pacifique" avec l'île peuplée de 23 millions d'habitants et jadis colonisée par le Japon (1895-1945). Mais elle n'a jamais renoncé à employer la force militaire.

Joe Biden a assuré que la collaboration militaire avec le Japon était "purement défensive".

Mais le président américain est en train de tisser un réseau d'alliances en Asie afin de contrer la montée en puissance militaire de la Chine et ses prétentions maritimes ou vis-à-vis de Taïwan.

Un sommet tripartite inédit est ainsi prévu jeudi à Washington entre Joe Biden, Fumio Kishida et le président philippin Ferdinand Marcos.

Les trois pays viennent de mener des exercices militaires conjoints en mer de Chine méridionale. La Chine, en réponse, a mené ses propres exercices en mer de Chine méridionale, dans une zone non précisée.

le Jeudi 11 Avril 2024 à 07:15 | Lu 531 fois