Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



La BPCO, l'autre grande maladie du tabac



Tahiti, le 20 novembre 2019 - Maladie mal connue de la population, la bronchopneumopathie obstructive chronique, causée dans 80 à 90% des cas par le tabac, touche entre 10 à 15% des adultes polynésiens. Cette maladie, qui fait notamment tousser et qui essouffle, entraîne une gêne respiratoire à terme invalidante et mortelle.

Si le tabac est connu pour être responsable d'une grande partie des cancers du poumon, il l'est aussi pour une maladie moins connue du grand public : la bronchopneumopathie obstructive chronique (BPCO). Cette maladie respiratoire est une maladie des poumons et des voies aériennes (les bronches) caractérisée par une inflammation et une obstruction permanente et progressive des bronches. Quatrième maladie mortelle au monde, cette maladie ne cesse de progresser. Actuellement, entre 10 à 15% de la population polynésienne serait atteinte, sans forcément le savoir. Avec le développement du tabagisme féminin, cette maladie touche aujourd'hui autant les femmes que les hommes, la prévalence augmentant à partir de 40 ans.

LA TOUX, LES CRACHATS ET L'ESSOUFFLEMENT

"Tousser n'est pas normal, cracher n'est pas normal, être trop essoufflé n'est pas normal non plus. Cela peut être des premiers signes d'alerte. Il ne faut pas les sous-estimer et il est primordial d'aller consulter un médecin", explique le Dr Pablo Ferrer, à l'occasion de la Journée mondiale de la BPCO ce mercredi 20 novembre, dans un stand installé sous le fare pote dans les jardins de la mairie de Papeete.

Pour le pneumologue, il est essentiel de détecter le plus précocement possible cette maladie sournoise et silencieuse, qui entraîne la mort de 17 000 personnes par an en France. Pour cela, à l'occasion de cette journée mondiale, après un questionnaire de santé, le praticien proposait au public un test de dépistage, gratuit et très simple, de mesure du souffle par un spiromètre (dispositif de mesure des volumes et débits). En fonction des résultats, le spécialiste peut faire un premier diagnostic, qui pourra être suivi plus tard si besoin par des scanners ou autres...

Fumeur depuis une vingtaine d'années, Bruno est venu faire le test ce matin comme il l'avait fait l'année dernière. Si l'an dernier, les résultats étaient limites, ils montrent clairement cette année qu'il faut qu'il arrête de fumer. "C'est clair qu'il est grand temps que j'arrête rapidement", lance Bruno, conscient des conséquences néfastes du tabac sur sa santé et des risques qu'il a pris. Car effectivement, la BPCO est une maladie irréversible.
Le traitement sera évidemment différent selon le stade de gravité de la maladie, mais la première chose à faire reste l'arrêt immédiat et complet de la consommation de tabac.


Faites le test BPCO

-Vous êtes facilement essoufflé ?
-Vous toussez tous les jours ou presque, par exemple le matin ?
-Vous avez souvent des bronchites ?
-Ou bien vous avez des bronchites qui ont tendance à "traîner" ?

Si vous cochez au moins deux de ces cases, n'hésitez pas à consulter votre médecin.

Rédigé par Pauline Stasi le Mercredi 20 Novembre 2019 à 16:40 | Lu 13240 fois

Tags : BPCO





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 22 Septembre 2020 - 15:38 Freelove, hymne à l’amour, plaisir des sens

Mardi 22 Septembre 2020 - 15:30 Le concert Tu’iro’o va réveiller To’atā

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus