Tahiti Infos

KNKY se lance dans la risographie


TAHITI, le 13 novembre 2021 - L’artiste Kanaky (KNKY) est un adepte de la sérigraphie. Ses œuvres sont, en partie, le fruit de cette technique d’impression. Il s’est équipé il y a peu d’un risographe pour ajouter une corde à son arc. Le résultat est à voir au concept store Take me back to Tahiti.

Le concept store Take me back to Tahiti annonce vouloir organiser des expositions d’artistes de manière exceptionnelle. Il démarre avec l’artiste Kanaky (KNKY) qui présente ses derniers travaux : des techniques mixtes principalement, sur toile ou résine (sérigraphie et/ou collage et/ou linogravure).

Une quarantaine d’originaux est présentée jusqu’au 15 novembre. Ils sont accrochés aux murs, posés sur des étagères ou des tables, glissés derrière des vases ou autres objets de décoration à vendre. Dans la boutique, l’univers de l’artiste se mêle à celui du concept store. L’union est parfaite, interrogeant au passage sur la définition donnée à l’art, aux artistes, à l’œuvre et à son originalité.

Des impressions en séries limitées complètent l’offre de KNKY qui travaille depuis bientôt cinq années à l’abri des regards. Il ne s’est pas arrêté, bien au contraire, mais il a avancé à son rythme, sans délai ni pression. Sans contraintes non plus. “Ces derniers temps, j’ai fait quelques expositions collectives comme Fa’aiho Ta’u Tufa’a au Musée de Tahiti et des îles mais ma dernière exposition en solo remonte à 2017”, confirme l’artiste. “Je n’éprouve pas le besoin de montrer mes créations seul. Sans dates à respecter, je me sens plus libre.

KNKY a démarré par le graffiti lorsqu’il était adolescent. Très vite, il s’est lancé dans l’impression. Il s’est engouffré dans le monde de la sérigraphie qu’il fouille depuis sans relâche. Il s’exprime à l’aide de pochoirs, de tampons, d’impressions, de collage. Il ne laisse rien traîner, ne jette ni encre, ni papier. Il réutilise les chutes par exemple.

Surf, manga, pop art

Inspiré par la culture populaire américaine, passionné de surf, intrigué par les motifs polynésiens, séduit par les mangas japonais, il n’a de cesse de répondre à une question : “Puis-je me mettre dans le sillage de Warhol ?

Andy Warhol (1928-1987) est l’un des principaux représentants du pop art. “Il a montré à l’Amérique entière ce que les gens ne voyaient plus”, décrit KNKY en faisant référence à la Campbell’s Soup Cans. En 1962, Andy Warhol a fait exposer 32 posters sur une ligne horizontale représentant chacun une boîte de conserve de la fameuse soupe. Cet alignement faisant écho au rangement de ces mêmes boîtes sur une étagère.

KNKY, à ce propos, se lève, soulève une pile d’impressions et en sort deux compositions personnelles, l’une avec des boîtes de Punu puatoro, l’autre avec des boîtes d’allumettes. Deux objets du quotidien polynésien. “Je continue à faire vivre ce que Warhol a fait en son temps, enfin je l’espère ! Si j’y suis arrivé ? Je n’en sais rien du tout, en tous les cas, je fais de mon mieux !

KNKY saisit l’occasion de cette exposition pour présenter son nouveau travail. Il s’est doté d’un risographe pour enrichir son art. Le risographe est originaire du Japon, c’est un type de duplicopieur. Il s’agit d’une machine qui reproduit des dessins via des pochoirs. Ainsi des impressions au rendu très graphique peuvent être produites en grandes quantités. La risographie est proche d’une sérigraphie mécanisée. “Les artistes se sont emparés de cette technique dans le monde entier. C’est un véritable mouvement. En Polynésie, je dois être le premier”, précise KNKY.

Pour l’instant, KNKY ne dispose que de deux couleurs pour nourrir son risographe, le vert et le noir. Il dessine ou bien scanne des images et compose des ensembles qui sont ensuite dupliqués grâce à des pochoirs. Sorties du risographe, les œuvres sont ensuite complétées par l’artiste. “J’ai remis au goût du jour une technique que j’utilisais dans les années 2010 pour pouvoir ajouter des touches de couleurs supplémentaires. Il s’agit de la linogravure. Je créée des sortes de tampons avec du lino que je trempe dans des encres de couleurs différentes du vert et du noir.”

Contacts

Tél. : 40 85 76 82
FB : Take me back to Tahiti
[email protected]

Pratique

Entrée libre. Exposition jusqu’au 15 novembre. Celles et ceux qui ont acheté des œuvres de KNKY pourront les récupérer à partir de cette date. Les œuvres de KNKY restées sans propriétaires seront toujours visibles au concept store dans les jours à venir.

Rédigé par Delphine Barrais le Samedi 13 Novembre 2021 à 10:38 | Lu 1021 fois