Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Jacques Chirac, "un amoureux des Outre-mer"



Paris, France | AFP | vendredi 26/09/2019 - Dépeint comme un "amoureux des outre-mer", Jacques Chirac, décédé jeudi, a marqué ces territoires par des décisions fortes, comme la création de la Journée de commémoration de l'abolition de l'esclavage, mais aussi parfois douloureuses, comme les essais nucléaires en Polynésie

Pour l'ancien chef de l'Etat, qui appréciait les ti punch et les accras, l'Outre-mer français, "c'est comme une femme, il faut l'aimer. Et quand on l'aime, on ne peut rien lui refuser", avait-il déclaré à La Réunion en 1994.
Il était "un grand homme d'Etat amoureux des Outre-mer", souligne l'ancien ministre PS des Outre-mer et sénateur de Guadeloupe Victorin Lurel, "un président engagé pour la cause ultramarine", pour Cyrille Melchior (LR), président du conseil départemental de La Réunion, un "de ceux qui connaissaient réellement les Outre-mer et les respectait" pour Michel Magras, sénateur LR de St-Barthélemy.
L'évèque de Guadeloupe Jean-Yves Riocreux, ami proche de la famille Chirac, l'avait vu il y a encore un mois: "le dernier souvenir que j'en porte c'est son sourire que j'ai suscité en évoquant à la fois la Corrèze et l'Outre-mer et une phrase qu'il avait dite à Nouméa il y a presque 30 ans: +c'est presque aussi beau que la Corrèze+", explique-t-il à l'AFP.
Pour la présidente PS du département de Guadeloupe, Josette Borel-Lincertin, "il faisait partie des rares responsables politiques français à avoir cherché à comprendre les territoires d'outre-mer et leurs peuples, leurs cultures et leur Histoire tourmentée, comme l'esclavage".
En janvier 2006, Jacques Chirac avait fait du 10 mai, jour de l'adoption définitive en 2001 de la loi faisant de l'esclavage un crime contre l'Humanité, une "journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions".
L'ex-président, qui a foulé tous les territoires ultramarins habités, a eu plusieurs ministres d'Outre-mer: le Polynésien Gaston Flosse, co-fondateur avec lui du RPR (secrétaire d'Etat à l'Outre-mer 1986-1988), le Guyanais Léon Bertrand (ministre délégué au Tourisme 2002-2007), l'ancienne présidente du conseil régional de La Réunion Margie Sudre (secrétaire d'Etat à la Francophonie, 1995-1997) et la Guadeloupéenne Lucette Michaux-Chevry (secrétaire d'Etat à la francophonie 1986-88).
 

-"Zones d'ombre"-

 
Cette dernière souligne les actions de l'ancien président pour l'outre-mer: "l'alignement" des prestations et allocations sociales ultramarines sur celles de l'Hexagone (1996), "la défiscalisation" pour l'investissement Outre-mer (1986) et "l'ouverture de l'Outre-mer sur ses bassins régionaux."
"Il ne faisait pas de différence entre les Français de l'hexagone et ceux de l'Outre-mer", se souvient Léon Bertrand, tandis que pour Gaston Flosse, "Jacques Chirac devrait être considéré comme le metua ("guide" en tahitien, ndlr) de la Polynésie française".
Jacques Chirac a été aussi "le premier Premier ministre en exercice" à se rendre à Mayotte pour dire "que Mayotte était bel et bien française", puis "le premier président français" à y venir, rappelle le député mahorais Mansour Kamardine.
Pour l'ancienne ministre PS des Outre-mer et députée de La Réunion Ericka Bareigts, Jacques Chirac est aussi celui qui a mis en place "la différenciation législative pour les Outre-mer et leur reconnaissance" dans la constitution. 
Mais elle souligne ses "zones d'ombres", comme la reprise des essais nucléaires en Polynésie en 1995, qui avaient suscité manifestations et émeutes à Papeete. Après la fin définitive de ces essais, en 1996, il a institué une rente annuelle pour la Polynésie, toujours en vigueur. 
Autre zone d'ombre, la gestion de la crise calédonienne en 1988. À la veille du second tour de l'élection présidentielle, le gouvernement de Jacques Chirac, en cohabitation avec François Mitterrand, opte le 5 mai pour la manière forte pour libérer des militaires retenus dans une grotte sur l'île d'Ouvéa. L'assaut fait 21 morts : deux militaires et 19 kanak. François Mitterrand parle de "brutalité", Jacques Chirac adresse ses "chaleureuses félicitations" à l'armée.
Pour nombre d'observateurs politiques, Ouvéa a contribué à sa défaite le 8 mai 1988.
Mais ce fin connaisseur de la civilisation kanak, avait, lors de sa dernière visite dans l'archipel en 2003, exprimé un soutien sans faille au processus de décolonisation de l'accord de Nouméa (1998). Louis Mapou (UNI-FLNKS) se souvient notamment de son discours "avec le drapeau kanak aux côtés des drapeaux français et européen".

le Vendredi 27 Septembre 2019 à 03:47 | Lu 330 fois





Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus