Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Jacques Chirac "entre dans l'Histoire", la France prépare son hommage



Paris, France | AFP | vendredi 27/09/2019 - La France se prépare vendredi à rendre hommage à Jacques Chirac, au lendemain de la mort, à 86 ans, du cinquième président de la Ve République, qui sera inhumé au cimetière du Montparnasse.

Afin d'honorer la mémoire de l'ancien chef de l'Etat, une cérémonie populaire, en présence de la famille, aura lieu dimanche à partir de 14h00, ont annoncé l'Elysée et sa famille.
Cet hommage est lié à "la relation forte que Jacques Chirac entretenait avec les Français. Tous ceux qui l'ont aimé pourront venir" se recueillir auprès du cercueil de Jacques Chirac, a indiqué à l'AFP son gendre Frédéric Salat-Baroux.
L'ancien président sera ensuite inhumé, vraisemblablement le lendemain, dans un cadre strictement privé au cimetière du Montparnasse aux côtés de sa fille Laurence, décédée en avril 2016, a-t-il ajouté, conformément au souhait de son épouse Bernadette.
Une journée de deuil national a aussi été décrétée lundi, et un service solennel sera rendu ce jour-là à 12H00 dans l'église Saint-Sulpice à Paris, en présence d'Emmanuel Macron. Une minute de silence sera observée à 15H dans les administrations et les écoles, et un hommage particulier lui sera également rendu le week-end des 5 et 6 octobre en Corrèze, sa terre d'élection, à "la demande de la famille", selon la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye.
En ouvrant le conseil des ministres vendredi, le chef de l'Etat a une nouvelle fois "souligné l'énergie et l'humanité" de Jacques Chirac, "qu'il a qualifié de personnalité politique hors norme", a rapporté la porte-parole.
Jacques Chirac "entre dans l'Histoire et manquera à chacun d'entre nous désormais", avait affirmé M. Macron jeudi soir, à la fin d'une allocution télévisée remémorant l'action de son prédécesseur et insistant sur la personnalité d'un "homme d'Etat que nous aimions autant qu'il nous aimait".
Les portes de l'Elysée sont par ailleurs ouvertes jusqu'à dimanche pour signer les livres d'or installés devant une grande photo de l'ancien président. Près de 700 personnes y sont venues jeudi entre 21H et 2H du matin, et vendredi une file s'est progressivement formée dans la cour.
Au siège des Républicains, dans le XVe arrondissement, un "cahier du souvenir" recueille aussi les hommages de riverains ou de militants: "un chic homme, proche du peuple", "un peu comme un deuxième père", se souvient Patricia, une riveraine de 56 ans.
De son côté la Fédération de football a annoncé une minute de recueillement avant tous les matches de foot en France, ce week-end.
La mairie de Paris a diffusé dès jeudi plusieurs dizaines de photos de son premier maire, élu de 1977 à 1995, sur un écran géant installé sur le parvis. La Mairie a par ailleurs annulé le premier jour de conseil lundi, en raison de la journée de deuil national.
A l'Assemblée nationale, le débat sur l'immigration prévu lundi a également été reporté.
 

- "Vieil ami" -

L'ex-chef de l'Etat, malade depuis de longues années, s'est éteint "très paisiblement, sans souffrir" et entouré des siens jeudi matin à son domicile, rue de Tournon dans le centre de Paris.
Avec Jacques Chirac disparaît l'un des principaux acteurs à droite de la vie politique française, depuis la fin des années 60 jusqu'au milieu des années 2000. Celui qui fut également député de la rurale Corrèze -et était jugé comme l'un des siens par le monde paysan- fut deux fois président de la République, de 1995 à 2007, mais aussi deux fois Premier ministre (1974-1976 et 1986-1988), trois fois maire de Paris, fondateur de deux partis -le RPR et l'UMP - ainsi que ministre à répétition à partir de l'âge de 34 ans.
Et au fil d'évolutions parfois sinueuses, restent quelques constantes: le rejet intransigeant de l'extrême droite, le souci de la cohésion nationale, une approche gaulliste du rôle international de la France, vue comme une puissance d'équilibre devant parler à tous.
"Jacques Chirac c'était un Français au plein sens du terme, avec ses aspirations, ses contradictions, ses ambitions, ses moments peut-être à certains égards de génie (..) et puis aussi des phases plus compliquées, des hésitations, parfois des renoncements", a souligné le Premier ministre Edouard Philippe vendredi matin sur RTL.
Dernier hommage en date d'une longue série de l'étranger, le président chinois Xi Jinping a salué vendredi un "vieil ami de la Chine" qui "a apporté d'importantes contributions à l'établissement et au développement d'un partenariat stratégique global entre la Chine et la France". 

- "Souffrance" -

 
Les mandats élyséens de Jacques Chirac resteront marqués par son "non" à la deuxième guerre d'Irak, la fin de la conscription militaire, la reconnaissance de la responsabilité de la France dans la déportation des juifs, le passage au quinquennat, le cri d'alarme face à la dégradation de l'environnement ("notre maison brûle"), et une première victoire importante sur la mortalité routière.
En 2007, affaibli par un accident vasculaire cérébral qui l'a frappé deux ans plus tôt, il doit voir triompher Nicolas Sarkozy, pour lequel il est loin de manifester la ferveur indéfectible de son épouse Bernadette.
Sa dernière sortie publique remonte à novembre 2014, au Musée du Quai-Branly consacré aux Arts premiers et qui porte son nom. Le musée parisien sera d'ailleurs  accessible gratuitement pendant une dizaine de jours pour lui rendre hommage.
Particulièrement populaire depuis qu'il avait quitté le pouvoir, Jacques Chirac avait pourtant essuyé de cuisants échecs, comme lorsqu'il fut sèchement battu par François Mitterrand à la présidentielle de 1988.
Neuf ans plus tard, en 1997, la dissolution qui devait conforter sa majorité à l'Assemblée avait débouché sur une humiliante déroute de la droite, installant cinq ans de cohabitation avec la gauche de Lionel Jospin.
Il avait enfin été, en 2011, le premier ancien chef de l'État condamné au pénal, à deux ans d'emprisonnement avec sursis, pour une affaire d'emplois fictifs à la mairie de Paris.
Il a eu deux filles, Laurence, et Claude qui fut sa conseillère en communication et lui a donné son seul petit-fils, Martin, aujourd'hui âgé de 23 ans.

le Vendredi 27 Septembre 2019 à 03:21 | Lu 128 fois




Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus