Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Intempéries : "On est vraiment dans un cas où aucune alerte préalable n’a été donnée" (Solia)



PAPENOO, lundi 14 décembre 2015 – Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, a fait un point de situation ce lundi après-midi, en présence d’une partie du gouvernement, sur le site de Fa'aripo, à Papeno’o, suite aux dégâts dus aux intempéries du samedi 12 décembre.
Le ministre de l’Equipement, Albert Solia, parle des moyens qui vont être mis en œuvre par le Pays pour remédier aux dommages, suite à la catastrophe.

Faatere Hau, 800 millions vont être débloqués par le Pays. Quand est-ce que ces fonds seront-ils disponibles ?

Albert Solia : 800 millions c’est pour le logement et pour la partie infrastructure, on n’est pas loin des 700 millions et ça représente des protections sur les rivières, remettre les lits en place, rétablir les voies de circulation, réparer certains ouvrages.

Les rivières en crues ont causé beaucoup de dégâts. Est-ce que selon vous, le curage de ces rivières finalement est une nécessité ?

Albert Solia : Quand on voit les dégâts, je dirai que le curage des rivières est vraiment une nécessité, c’est un besoin immédiat.

Vous allez procéder aux curages des rivières, à présent pour éviter que cela se reproduise ?

Albert Solia : Ce matin, le Président a déclaré une situation de calamité qui permet d’intervenir dans ces zones-là uniquement, d’une manière immédiate, pour curer, remettre en état et remettre en service les voies et les rivières et c’est ce que nous faisons.

Comment prévenir face aux prochaines intempéries ?

Albert Solia : On est vraiment dans un cas où aucune alerte préalable n’a été donnée donc c’est pour cela qu’on n’a pas réagi à la minute, mais dans les heures qui ont suivi nous étions sur le terrain avec les entreprises privées parce qu’elles ont des moyens importants. Comment prévenir que des troncs d’arbres, qui étaient en amont en grosses quantité, sont descendus pour barrer ensuite les accès. On appelle cela des embâcles, c’est-à-dire, tout ce qui est flottant et qui vient barrer les ponts et qui ont fait que la rivière ne pouvait plus passer à cet endroit. Donc elle est sortie de son lit et est venue dans les habitations.

On a l’impression que les troncs d’arbres que l’on retrouve dans les rivières ont été coupés au préalable ?

Albert Solia : En effet, nous allons faire des enquêtes parce qu’on retrouve cela dans toutes les vallées et ça n’est pas acceptable.
Dans la prévision, je trouve que les services ont été très réactifs. Quand on a reçu les premières alertes, le temps de faire venir le matériel et d’aller chercher les gars samedi et de les mettre sur des camions et ensuite d’arriver, parce que la circulation était bloquée. On a fait appel à la gendarmerie pour que nos moyens puissent arriver jusqu’aux endroits où la route était barrée, donc, si on avait eu une alerte préalable, le matériel serait prédisposé
.

Rédigé par Corinne Tehetia le Lundi 14 Décembre 2015 à 16:53 | Lu 2251 fois






1.Posté par TAAHOA le 15/12/2015 07:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Exacte Mr SOLIA, METEO FRANCE n'a rien vu venir. Il faut leur faire payer une partie des frais de reconstruction.

2.Posté par soufflot le 15/12/2015 10:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et ceux qui sous couvert d'écologie ont retardé les travaux de l'équipement, on les fait payer aussi ?

3.Posté par Viniura le 15/12/2015 11:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Post 2 : retardé les travaux sous couvert d'écologie et faire payer ?
Et les ravages des rivières et des berges avec des études bidons et des travaux sans suivi réel ni concertation ? C'est la solution ? Ou ces "retards" ont peut être réduits les dégâts ? Si ces rivières avaient été aménagées en ligne droite, sans rien comprendre, quels auraient été les dégâts ? Et les curages qui se transforment en pillage et baisse du lit et destruction des berges ?
Qui est responsable aujourd'hui de rivières massacrées et de mise en danger sous des prétextes démagogiques et électoraux ? Pas sur que ce soient les écologistes retardeurs.
Le renforcement des pluies avec le changement climatique est un phénomène connu et présenté au Pays. Il est connu. Ce n'est pas en créant des caniveaux à la place des rivières que les dégâts vont disparaitre. Bien au contraire si on en croit les retours d'expérience ailleurs.

4.Posté par tutua le 15/12/2015 12:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ça suffit les reproches il y a mieux à faire dans ces conditions plutôt que de toujours chercher des responsables

5.Posté par Mc ICE le 15/12/2015 15:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les guignols écologique ils sont ou?

6.Posté par fiututafé le 17/12/2015 10:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mister MC ICECREAM..trouves une autre cible, les guignols écolo, comme tu les appelles, ont au moins les c......s pour dénoncer les conneries, non pour réparer les conneries quand elles sont commises...OKAY!!! prend pas trop de Ice, çà floute le cerveau...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Décembre 2017 - 15:07 Un feu d'artifice à Paea le 21 décembre

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance