Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


« Il n’y a que la détention pour vous permettre de vous sevrer »



photo : AFP
photo : AFP
PAPEETE, le 15 février 2019. Une femme de 47 ans a été condamnée jeudi à cinq mois d’emprisonnement après deux conduites en état d’ivresse. Elle avait déjà été condamnée pour avoir conduit après avoir trop bu.

« En 1995, je suis venue en Polynésie avec un producteur pour préparer un film. » C’est ainsi que cette femme de 47 ans explique à la barre du tribunal correctionnel la raison de sa venue au fenua. Une explication énigmatique car aucun film n’a vu le jour. La prévenue assure avoir encore des nouvelles régulières de ce producteur qui serait aujourd’hui en Italie. « Le film n’est pas prêt de sortir sur les écrans, cela a l’air chaotique », commente le président du tribunal correctionnel. Ce n’est pas la première fois qu’elle vient s’expliquer devant la justice. Le procureur de la République rappellera qu’elle a « a minima neuf condamnations, dont certaines pour vol et escroquerie ».

Le 27 mai dernier, elle est arrêtée avec 1.57 g/l de sang. Le 7 janvier, elle a été de nouveau contrôlée avec 0.90 gramme par litre d’air expiré. « Vous avez commencé à boire à quel âge ? », demande le président du tribunal correctionnel. « 14 ans », répond la quadragénaire. Tout au long de sa vie, l’alcool a joué le rôle d’échappatoire pour oublier une enfance « où elle a été baladée de famille d’accueil en famille d’accueil » rappellera son avocate dans sa plaidoirie. « Elle a porté le fardeau d’une vie qu’elle n’avait pas demandée ».

Depuis 18 ans, elle prend des médicaments pour oublier ce mal-être, les suicides de son premier mari et de son frère. « Vous prenez des médicaments tous les jours ? » , s’inquiète un assesseur. « Vous avez conscience qu’en mélangeant alcool et médicaments vous êtes encore plus dangereuse pour vous et les autres sur la route ? »

Avant de passer à l’affaire suivante, le président du tribunal correctionnel s’adresse à la femme. « Il y a un malaise ambiant. Vous n’êtes pas Al Capone, Vous n’avez tué personne. En même temps on se dit qu’il n’y a que la détention pour vous permettre de vous sevrer. Il est là l’écueil. (…) L’alcool c’est cher, comment faites-vous pour l’acheter ?». « Je tire les cartes pour la voyance », répond la prévenue, qui est reconnue handicapée auprès de la Cotorep. A son tour, le procureur de la République prend la parole pour ses réquisitions. « Elle dit elle-même que le seul endroit où elle ne boit pas, c’est la prison. Un nouveau sursis ce ne serait pas raisonnable", souligne le représentant du ministère public avant de demander six à huit mois d’emprisonnement avec mandat de dépôt. Après s’être retiré pour délibérer, le tribunal correctionnel l’a condamné à cinq mois d’emprisonnement avec maintien en détention. « Vous allez continuer à vous sevrer », lui explique le président du tribunal correctionnel. « Avec cette peine de prison, on espère que vous pourrez arrêter l’alcool ».


Rédigé par Mélanie Thomas le Vendredi 15 Février 2019 à 09:42 | Lu 1096 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués


















ranktrackr.net