Tahiti Infos

Huit espoirs de l'athlétisme à l'assaut des Gymnasiades


La délégation tahitienne qui participera à partir de samedi aux Gymnasiades, en Normandie. (photo : FAPF)
La délégation tahitienne qui participera à partir de samedi aux Gymnasiades, en Normandie. (photo : FAPF)
Tahiti, le 12 mai 2022 - Huit athlètes en herbe prendront part du 14 au 22 mai aux Gymnasiades, qui se tiendront en Normandie. Cet événement, organisé depuis 1974, est considéré comme les Jeux olympiques scolaires et réunira 3 500 athlètes, âgés entre 15 et 18 ans, issus de 80 nations et qui s'affronteront dans 19 disciplines. 

En attendant les Jeux olympiques de Paris en 2024, la Normandie accueillera à partir de samedi une nouvelle édition des Gymnasiades, l'équivalent des JO mais pour les scolaires qui sont organisés tous les quatre ans, depuis 1974, par la fédération internationale du sport scolaire. Et pour la première fois, une délégation de jeunes espoirs tahitiens prendra part à cet événement qui rassemblera pendant huit jours 3 500 athlètes, âgés entre 15 et 18 ans, venant de 80 nations. Une grande fête du sport à laquelle participeront donc huit Polynésiens qui concourront dans les épreuves d'athlétisme.  Du côté des filles : Vaimiti, Maylee, Malia et Estelle. Et d'autres part les garçons avec Kilian, Herearii, Teriitaumatatini et Raitea. ne délégation tahitienne complétée par la jeune juge-arbitre, Kiara, qui officiera pendant les épreuves d'athlétisme qui seront organisés à Caen. 

 

"On n'attend pas de performance particulière mais juste qu'ils profitent à fond"

(de gauche à droite) Kilian, Teriitaumatatini et Raitea, mardi au stade Pater où ils ont effectué une dernière séance d'entraînement avant de s'envoler, mercredi soir, pour la métropole.
(de gauche à droite) Kilian, Teriitaumatatini et Raitea, mardi au stade Pater où ils ont effectué une dernière séance d'entraînement avant de s'envoler, mercredi soir, pour la métropole.
Le petit groupe a été constitué il y a un peu plus de deux mois à la suite d'une compétition inter-lycée. Depuis les jeunes espoirs se sont consacrés à leur préparation avec jusqu'à cinq séances d'entraînements par semaine. Et mardi soir au stade Pater, Kilian, spécialiste du saut en hauteur, et les sprinters, Raitea et Teriitaumatatini, ont donc effectué leurs derniers réglages avant de s'envoler mercredi soir pour la Normandie. Tous sont évidemment conscients de l'opportunité qui va s'ouvrir à eux pendant les cinq jours de compétition.

"On est tous super contents de pouvoir participer à cette compétition et on est conscient de la chance que l'on a", indique Kilian. "Après, on sait que le niveau, là-bas, il n'a rien à voir avec ce qu'on a l'habitude de retrouver sur les compétitions à Tahiti", ajoute Raitea. "Sur le sprint, par exemple, aux 100 mètres, j'ai un record personnel en 12 secondes, et pour les Gymnasiades il va falloir que je cours aux alentours des 10 secondes pour vraiment avoir une chance de gagner quelque chose. Mais l'objectif, pour moi, ça sera de battre mon record personnel, déjà. Le reste, c'est que du bonus pour revenir encore plus fort."

Même mot d'ordre du côté de la présidente de la fédération d'athlétisme de Polynésie française, Cécile Gilroy, qui accompagne le jeune groupe aux côtés de Thomas Slowinsky, responsable athlétisme à l'USSP. "On n'attend pas de performance particulière de leur part, d'autant plus que certains se sont mis à l'athlétisme il y a seulement quelques mois", explique la dirigeante. "S'ils peuvent battre déjà leur record perso pendant la compétition, ça serait déjà un bon point pour nous. On veut juste qu'ils profitent à fond de cette opportunité parce qu'ils ne revivront peut-être plus jamais un moment pareil."

Les cérémonies d'ouverture et de clôture pendant lesquelles la délégation tahitienne défilera aux côtés des autres grandes nations sera évidemment un moment qui restera gravé à jamais dans la mémoire de ces jeunes athlètes.

 

Rédigé par Désiré Teivao le Jeudi 12 Mai 2022 à 17:01 | Lu 1090 fois