Tahiti Infos

Huahine se mobilise pour le rahui


Vaimiti Tripier, de l'association A Ti'a Matairea a interrogé́ plus de 100 pêcheurs de Huahine. (© A Ti’a Matairea)
Vaimiti Tripier, de l'association A Ti'a Matairea a interrogé́ plus de 100 pêcheurs de Huahine. (© A Ti’a Matairea)
Huahine, le 27 avril 2022- C’est grâce à l'initiative des acteurs locaux et d’associations qu’un projet communautaire de rahui est en train de se mettre en place dans chaque district de Huahine. Le village de Haapu l'a déjà mis en place depuis 2012. Le but commun étant de remettre en lumière cette tradition ancestrale qui vise à protéger les écosystèmes et gérer les ressources sur le long terme.
 
C’est grâce à l’engouement général de plusieurs acteurs locaux et le soutien de toutes les communes de l’île que de nouvelles associations sur le rahui sont en train de voir le jour dans chaque district de Huahine. Bien que le rahui date d’avant le XVIIIe siècle, le pionnier du rahui a été le village de Maeva en 1970, grâce notamment à ses zones d’eaux protégées et certaines autres règles de pêche. Le deuxième précurseur de cette réglementation ancestrale est le village de Haapu qui a réussi à remettre les pratiques du rahui dans son lagon depuis 2012.
 
Les origines du rahui datent d'avant la colonisation. À l'époque, les tupuna avaient un profond respect de la nature, et de grandes connaissances de leur environnement. Aidés entre autres du calendrier lunaire, ils respectaient déjà naturellement des règles sur les espèces à pêcher en fonction des saisons, des périodes de reproduction, de leur taille, etc. Les pêcheurs polynésiens étaient de vrais scientifiques de l’observation et pensaient déjà à maintenir un écosystème équilibré afin d’assurer la sécurité alimentaire pour les générations futures.
 
Diminution des espèces

© A Ti’a Matairea
© A Ti’a Matairea
À Huahine, l’association environnementale A Ti’a Matairea est un acteur moteur de ce projet communautaire grâce à un rapport technique et des analyses de données très complètes sur le rahui de Huahine où une centaine de pêcheurs ont été interrogés. C'est le cas de Hiro, 67 ans, ancien pêcheur au large et au fusil et actuel président de l’association Moruroa e tatou. “J’ai vu une diminution de toutes les espèces en 10 ans ! L’homme est un génocide à lui seul, il n’a aucun respect de la nature et de sa culture ! L’urbanisation a créé la pollution ! [...] La création d’une coopérative serait une idée pour aider les pêcheurs, mais aussi les poissons." (Extrait du témoignage du rapport de l'association A Ti’a Matairea)
 
Rahui et ZPR
 
Le rahui peut être renforcé par des lois du Pays, avec l'aide de la Direction des ressources marines pour créer des zones de pêche réglementées (ZPR) pour chaque commune. Le rôle de l'association est de faciliter les démarches et de soutenir les villages qui choisissent de créer une ou plusieurs zones rahui, ou de ZPR dans leur district. Celles-ci seront spécifiques aux besoins de chaque district en fonction de la volonté des pêcheurs, de l’état des lieux de leurs fonds marins.
 
Devant l'urgence de protéger les écosystèmes et d'assurer la sécurité alimentaire des générations futures, la mise en place de cette réglementation de pêche ancestrale apparaît comme une solution incontournable.
 
Plus d'Informations sur la page Facebook Association A Ti’a Matairea

Vaimiti Tripier, fille de pêcheur, interviewe les pêcheurs de l'île pour connaître leur avis sur de nouvelles réglementations. © A Ti’a Matairea
Vaimiti Tripier, fille de pêcheur, interviewe les pêcheurs de l'île pour connaître leur avis sur de nouvelles réglementations. © A Ti’a Matairea

Leaders dans la renaissance du rahui à Haapu depuis 2012 Pitori Gibert et Coro encouragent d'autres villages à se mobiliser pour mettre en place un rahui. © A Ti’a Matairea
Leaders dans la renaissance du rahui à Haapu depuis 2012 Pitori Gibert et Coro encouragent d'autres villages à se mobiliser pour mettre en place un rahui. © A Ti’a Matairea

Rédigé par Flora Loge le Mercredi 27 Avril 2022 à 18:08 | Lu 1287 fois