Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Hiro et Orama Ou Wen fidèles au rendez-vous



TAHITI, le 9 décembre 2019 - Comme tous les ans, Hiro Ou Wen et sa fille Orama présentent leurs créations en duo à la salle Muriāvai. Eux qui ont l’habitude de réaliser de grandes pièces mettent l’accent en 2019 sur des parures plus petites pour rendre accessible leur art.

Ils sont connus pour marier, sur de grandes parures, des matériaux locaux comme la nacre, l’os, le bois, les perles. Cette année, Hiro Ou Wen et sa fille Orama ont décidé de changer, ou plutôt d’étendre leur offre.

"On a mis l’accent sur des pièces plus petites", reconnaît Hiro Ou Wen. "On veut rendre plus accessible ce que l’on crée." La minutie des ouvrages, elle, reste inchangée. La patte des artistes est toujours là.

Ensemble, ils présentent des pièces réalisées dans l’année à l’occasion d’un rendez-vous devenu régulier. "Depuis 16 ou 17 ans, on vient là, salle Muriāvai", indique le créateur. Le public le sait et en profite pour suivre l’évolution des bijoux façonnés.

Hiro Ou Wen a longtemps travaillé au musée de Tahiti et des îles. À Papeete d’abord, puis après le déménagement de 1974, à Punaauia. "Je crois que j’ai eu entre les mains toutes les pièces de l’établissement", indique-t-il. Il était responsable de collections.

Il a eu le temps d’observer les détails des objets conservés, de découvrir leur histoire, de comprendre leur réalisation.

En parallèle, il a mis à profit son savoir-faire et ses connaissances (il a suivi une formation en restauration dans les ateliers du Louvre à Paris) réalisant le costume du deuilleur pour le musée. Il fait aussi, sur demande, des copies d’objets anciens et d’ornement pour des musées par exemple.

Seconde vie

Hiro Ou Wen s’est lancé dans l’artisanat à la fin des années 1990. Il a pris sa retraite en tant que responsable de collections en 1998, "ou 1999, je ne sais plus", précise-t-il. Il faisait des petites pièces à l’époque, des pendentifs notamment.

Une tante, présidente d’une association d’artisans à Punaauia, l’a invité à tenir un stand au Tahiti Te Rimarau. "C’était un salon bien connu à l’époque qui durait près d’un mois."

Une copie d’hameçon en particulier, qu’il avait fabriqué pour lui d’abord, avait un jour séduit Bobby Holcomb. "Il m’a demandé d’en faire un pour lui, l’a porté et cela a fait parler de moi."

Lors de sa première exposition officielle, au Tahiti Te Rimarau, Hiro Ou Wen a rencontré un vrai succès. "Tout a été vendu rapidement et j’ai dû fabriquer des pièces supplémentaires pendant l’événement pour répondre à la demande." Au total, une centaine de bijoux a trouvé preneur. Sa nouvelle voie était toute trouvée.

Une nouvelle façon de travailler

Hiro Ou Wen s’est lancé dans la bijouterie d’art avec de nouvelles idées. Il a décidé de travailler non pas l’extérieur des nacres comme tout le monde avait l’habitude de le faire, mais l’intérieur. Plus difficile, mais aussi plus subtile.

Pourquoi la nacre ? "Car un jour, j’étais sur un chantier de fouilles à Huahine avec une équipe du Bishop Museum et nous avons découvert des hameçons, des leurres et des ornements en nacre qui avaient mille ans d’âge, mais qui étaient dans un excellent état de conservation."

Au fil du temps, le créateur a trouvé son identité. Il a rapidement opté pour de grosses pièces auxquelles personnes ne croyaient au début. Pourtant, lorsqu’il les a présentées à un premier salon, il a été en rupture de stock quelques heures après l’ouverture de l’événement.

Aujourd’hui, le relais est passé. Sa fille, Orama, est à ses côtés, exprimant sa propre identité. "Je suis très fière d’elle", répète Hiro Ou Wen. "Elle sait très bien dessiner, je l’ai accompagnée au début, j’ai ajusté quelques croquis, maintenant on crée ensemble." La transmission importe au créateur.

Pour ce nouveau rendez-vous, Hiro et Orama Ou Wen mettront en lumière, en plus de leurs propres œuvres, le travail d’une photographe, Ueva. "Ses clichés sont très réussis."

Pratique

Du mardi 10 au samedi 14 décembre à la salle Muriāvai.
Horaires : de 9 heures à 17 heures du lundi au vendredi et jusqu’à midi le samedi.
Vernissage mardi à 18 heures.

Contacts

Tél. : 40 54 45 44

Rédigé par Delphine Barrais le Lundi 9 Décembre 2019 à 14:45 | Lu 1183 fois

Tags : hiro ou wen





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Janvier 2020 - 19:00 Stockage dernier cri à la centrale d’Uturoa

Mardi 28 Janvier 2020 - 18:53 L’abattoir de Raiatea se débat

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019