Tahiti Infos

Haere pō réédite les “Mythes, légendes et traditions des Polynésiens”


Les éditeurs Robert et Denise Koenig à droite, avec Jean Kape, de l’association culturelle Te Reo o te Tuāmotu et de l’académie paumotu kāruru vānaga.
Les éditeurs Robert et Denise Koenig à droite, avec Jean Kape, de l’association culturelle Te Reo o te Tuāmotu et de l’académie paumotu kāruru vānaga.
TAHITI, le 12 octobre 2021 - Eugène Caillot a recueilli, traduit et commenté des mythes, légendes et traditions de l’archipel paumotu. Il s’est servi de son oreille musicale pour consigner ce qui est considéré aujourd’hui comme un “trésor”. Les éditions Haere pō rééditent aujourd’hui le manuscrit du musicien, les premiers exemplaires parus en 2010 étant tous épuisés.

L’auteur du livre “Mythes, légendes et traditions des Polynésiens” qui vient d’être réédité par la maison d’édition Haere pō avertit au début de son manuscrit : “les mythes, légendes et traditions que je publie dans ce livre, étaient tous inédits jusqu’à ce jour : je les ai recueillis, traduits en français et commentés durant le nouveau voyage d’exploration que je viens de faire en Polynésie pendant les années 1912 et 1913 ; ils m’ont été rapportés par les indigènes des Tuamotu, Tahiti et Mangareva”.

Eugène Caillot a effectué un premier voyage en Polynésie au début des années 1900, s’intéressant à l’histoire des contacts entre Polynésiens et Occidentaux à Tahaa et Raiatea, notamment. Puis, il est revenu pour un second voyage.

Il était non pas anthropologue, ethnologue, archéologue mais “musicien”, insiste l’éditeur Robert Koenig. Il s’intéressait aux musiques françaises, notamment à celle du compositeur Jules Massenet et allemandes, avec notamment Richard Wagner. Mais il a aussi focalisé son attention sur la musique japonaise : “Il avait l’oreille musicale, il était très ouvert aux sonorités, il n’était pas prisonnier de sa langue maternelle comme d’autres avant lui”, précise l’éditeur.

Des îles déjà transformées

Les textes sont tous bilingues et proviennent principalement, pour les Tuamotu, de Hao, Raroia et Makemo. On y retrouve le récit des ancêtres d’Hao, la légende de Pau, le récit des ancêtres de Makemo. Il y a également une pièce de théâtre qui a déjà été jouée à Raroia et que l’éditeur espère voir remontée un jour, en paumotu ou en français ! Elle est intitulée “Le parler de Tutepoganui, roi des mers ou “Te reko no Tutepoganui, te ariki ko te moana”.

Nous ne savons pas comment ni dans quel contexte les textes ont été recueillis mais l’auteur a annoté certains d’entre eux”. Les îles des Tuamotu à l’époque avaient déjà connu de grandes transformations. Les habitants mélangeaient parfois l’ancien et le nouveau paumotu. De nombreux cocotiers avaient été plantés et la christianisation de la population avait eu lieu.

Certains textes font référence par exemple au déluge. Est-ce en lien avec le déluge de la Bible ou bien les tsunamis passés ? “Difficile à dire”, répond Robert Koenig. “Ce qui est sûr c’est que les mythes, légendes, traditions sont de toute façon en lien avec le quotidien. Derrière l’extraordinaire il y a la réalité.

Faire revivre les écrits

L’objectif de l’ouvrage est de “redonner aux gens d’aujourd’hui, un siècle après, leurs textes, non pas pour les étudier, les analyser mais les faire vivre voir revivre, pour réveiller les mémoires”, indique Robert Koenig. Cet objectif est partagé par l’association culturelle Te Reo o te Tuāmotu et l’académie paumotu kāruru vānaga, présidée par Jean Kape.

L’ouvrage présenté aujourd’hui recèle des trésors”, résume Jean Kape qui rappelle que des deux livres, édités par Haere Pō ont déjà mis en lumière la culture et la langue paumotu. Il s’agit de Tuāmotu te kāiga, langue et culture en 2001 et Nāku teie hakari, le cocotier aux tuāamotu en 2006. La collaboration entre l’association culturelle paumotu et l’éditeur ne date donc pas d’hier. Et elle devrait se poursuivre. Jean Kape a émis l’idée d’actualiser les textes d’Eugène Caillot en paumotu “d’aujourd’hui”. En effet, de nouvelles règles d’écriture ont été introduites. Il s’agirait alors de proposer un nouveau texte possiblement étudiable en classe, “un texte qui ne heurterait pas l’action des enseignants”. D’autres projets de valorisation de la langue paumotu pourraient se concrétiser.

Mythes, légendes et traditions des Polynésiens
  • Mythes, légendes et traditions des Polynésiens
  • Tuāmotu te kāiga, langue et culture paru en 2001 chez Haere pō.
  • Nāku teie hakari, le cocotier aux tuāamotu paru en 2006 chez Haere pō.
Contact

Pour plus d'informations, rendez-vous sur le site internet de la maison d'édition.

Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 12 Octobre 2021 à 15:08 | Lu 1218 fois