Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Graviers de Hao : Edouard Fritch demande à Rikitea de lui faire confiance



Le président Fritch a enregistré jeudi matin une intervention télévisée pour appeler la population de Rikitea à la raison : "Je demande aux habitants de me faire confiance. Moi aussi je suis pleinement soucieux de votre sécurité et de votre protection", insiste-t-il alors qu'un vent de contestation persiste sur place après l'arrivée de 122 mètres cubes de gravier en provenance de Hao.
Le président Fritch a enregistré jeudi matin une intervention télévisée pour appeler la population de Rikitea à la raison : "Je demande aux habitants de me faire confiance. Moi aussi je suis pleinement soucieux de votre sécurité et de votre protection", insiste-t-il alors qu'un vent de contestation persiste sur place après l'arrivée de 122 mètres cubes de gravier en provenance de Hao.
PAPEETE, 3 novembre 2016 - Le président Edouard Fritch appelle les habitants des Gambier à la raison alors que la section locale de l’association 193 continue d'exiger du maire de l’archipel l’évacuation de Rikitea des 122 mètres cubes de graviers débarqués vendredi en provenance de Hao.

Le président Fritch a enregistré jeudi matin une intervention télévisée pour appeler la population de Rikitea à la raison : "Je demande aux habitants de me faire confiance. Moi aussi je suis pleinement soucieux de votre sécurité et de votre protection", insiste-t-il en substance alors qu'un vent de contestation persiste sur place après l'arrivée de 122 mètres cubes de gravier en provenance de Hao, pour les besoins d'un chantier de travaux publics sur l'île. TNTV prévoit de diffuser cet enregistrement lors du journal télévisé de jeudi soir.

Dans un courrier adressé la veille à Vai Gooding, le maire des Gambier, la section Mangareva de l’association 193 demande le "rapatriement" de ce concassé "et l’arrêt définitif de tous gravats qui viennent de Hao".

En attendant, depuis bientôt une semaine ces matériaux débarqués vendredi dernier du Nukuhau sont maintenus bloqués à quai par quelques activistes. "On n’acceptera pas que ces sacs soient déplacés", prévenait mercredi Jerry Gooding, le président de la section locale de l’association 193, tandis que plusieurs membres du collectif manifestaient aux abords de la gare maritime de Rikitea.

"Ils reçoivent leurs ordres de Tahiti", a accusé jeudi matin le maire des Gambier, Vai Gooding, en précisant que la mairie souhaite malgré tout "privilégier le dialogue" et "attend que le président s’exprime sur le sujet", étant entendu que les travaux routiers dont il est question sur place "sont de compétence Pays".

Contacté jeudi matin, le frère Maxime, du bureau de l’association 193, était également dans l'attente d'une réponse d'Edouard Fritch. Mais si l’édile des Gambier a sollicité le secours de l’exécutif pour débloquer la situation sur place, du côté de l’association 193, on est ferme : "Nous avons demandé l’envoi à Rikitea d’une concasseuse pour faciliter les travaux en cours. On demande aussi la non-utilisation des graviers actuellement à quai et leur rapatriement".

"Je l’affirme : les graviers sont dénués de pollution"

"Lors de mon dernier passage à Mangareva, j’ai été interpellé par le maire sur l’urgence de la rénovation de la route de ceinture de Rikitea", explique Edouard Fritch dans son appel à la raison enregistré jeudi matin. "Sur cette route, la population, les bus transportant des enfants, roulent chaque jour dans des conditions qui sont inacceptables. Cette situation scandaleuse dure depuis plus de 10 ans. J’ai rapidement trouvé et mis en place des moyens pour répondre à cette urgence. Aujourd’hui, en voulant répondre aux besoins légitimes des habitants de Rikitea, on nous reproche de vouloir faire du mal à cette population. Je l’affirme : les graviers sont dénués de pollution. Cela est attesté par un laboratoire sérieux et indépendant. La rénovation de la route de ceinture de Rikitea peut donc se faire dans des conditions de sécurité normales. J’appelle donc la population de Rikitea à la raison. Je demande aux habitants de me faire confiance. Moi aussi, je suis pleinement soucieux de votre sécurité et de votre protection. Toute la polémique engagée sur cette affaire repose sur des fondements autres que l’intérêt de la population de Rikitea".

En jeu, depuis bientôt deux semaines que dure cette polémique, la rénovation d’une portion d’un kilomètre de route, à 4 kilomètres du village principal, dans la baie de Gatavake à Mangareva. La voie est actuellement dans un état "calamiteux" selon le maire de l’archipel, avec "des trous partout". Empruntée quotidiennement par les transports scolaires, cette section routière dessert aussi la plupart des fermes perlières de l’île. Le chantier de rénovation de cette voie, décidée par le Pays en janvier dernier à la demande de la commune, prévoit son bétonnage après des travaux de remblai. Un apport de 1300 mètres cubes de gravier sera nécessaire pour les travaux.

En l’absence de concasseuse opérationnelle sur place, les matériaux nécessaires doivent être importés de l’extérieur. En début d’année, une première livraison de concassé avait été acheminée de Tahiti situé à 1700 kilomètres, avant que l’option d’un prélèvement dans l’important gisement de Hao, près de 6 fois moins coûteuse parce que plus proche (800 km) et très abondante, ne soit choisie par la direction de l’équipement.

Débarqués à Rikitea, un mètre cube de concassé de Hao revient à 5000 Fcfp, alors qu’il en coûte 28000 Fcfp en provenance de Tahiti. Un premier envoi de 84 mètres cubes a été organisé il y a quelques semaines avant l’affrètement des 122 m3 actuellement au cœur de la polémique.

Les matériaux prélevés sur l’atoll de Hao sont issus du concassage des gravats de démolition de l’ancienne base militaire de l’île, base arrière du Centre d'expérimentation du Pacifique (CEP) pendant 30 ans. L’association 193 y redoute la présence de polluants d’origine industrielle de type polychlorobiphényles (PCB), hydrocarbures aromatiques polycycliques et métaux lourds et s’oppose à son transfert. Une crainte jugée sans fondement du côté de la présidence : "Ces polluants sont dans les sols, pas dans les murs".

Mercredi matin à Papeete, une délégation de l’association 193 a été reçue par le ministre de l’équipement, Albert Solia, en présence de Bruno Barrillot, le responsable local de la Délégation au suivi des conséquences des essais nucléaires. "Pour apaiser et arriver à une vérité" le délégué de la DSCEN a proposé qu’à la demande du maire, de nouvelles analyses des matériaux déchargés à Rikitea soient faites afin de lever toute ambiguïté sur la nature de ces concassés.
A Rikitea, les graviers livrés de Hao sont maintenus bloqués à quai depuis vendredi dernier.
A Rikitea, les graviers livrés de Hao sont maintenus bloqués à quai depuis vendredi dernier.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Jeudi 3 Novembre 2016 à 14:03 | Lu 2520 fois






1.Posté par REY Ethode le 03/11/2016 16:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'ai un frère et deux soeurs ainés qui sont décédés de cancers (ceux reconnus par la loi Morin)
Je veux bien entendre "l'appel à la raison" de Monsieur Edouard Fritch
Mais raisonnablement et par principe de précaution, ça coûte quoi de faire analyser ces concassés
Un de nos anciens présidents, ardent défenseur des essais atomiques propres, a avoué récemment
ON NOUS A TROMPES
Alors, tirons la leçon !!!

2.Posté par Mathius le 03/11/2016 17:02 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Pour savoir qui a intérêt de parler de pollution des graviers voir Galenon qui,cherche sa place sur la liste de l'upld aux. Prochaines élections pour quelques t'auras de plus .et lles 'eglises qui fut responsable des complicités avec l'état pour les essais nucléaires. Au nom de qui ils étaient ã l'ONU avec le tavini pour etre acridité ã prendre la parole en assemblée générale de cette dernière?. Pourquoi aucun journaliste ã posé la question évidente pour une véritable information objective?

3.Posté par PIROMIMI le 03/11/2016 17:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

MERCI PRÉSIDENT
il y a un concasseurs a vendre a saint emilie
le pays l’achète a l'armée , ou se le fait donner
pour le franc symbolique ( c'est le lot numéros 6 )
Lot RIMAPP-6 : Concasseur cribleur sur chenille POWERSCREEN, 2010 n°G000023
l’envoie a GAMBIERS
et plus de pea pea

4.Posté par turamarama le 03/11/2016 22:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le même qui disait "essais propres" au temps où il était encore aux ordres du gourou... @mathius, ils ont parlé au nom du nuna'a ! celui qui a silencieusement accepté ce chancre en pensant que c'était pour son bien, et qui cherche aujourd'hui la vérité.

E pa'i ! ça coûte quoi d'apporter la preuve irréfutable que ces gravats sont propres ?! Mr le Président a l'air sûr de lui, sûr de ses paroles, qui le prouve dans ce cas.

5.Posté par Ramanui Mozz le 04/11/2016 06:15 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Je l’affirme : les graviers sont dénués de pollution. Cela est attesté par un laboratoire sérieux et indépendant." il suffit d''envoyer le rapport à l''association qui devra alors soit arrêter de bloquer la situation soit demander une contre expertise

6.Posté par Ariitaia le 04/11/2016 09:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voilà comment l'association 193 est en train de perdre toute crédibilité.
Quand on cri "au loup" pour rien, il ne faut pas se plaindre le jour ou plus personne ne vous écoute.
Quelle perte de temps et d'énergie, alors qu'il y a tant à faire pour développer notre pays.
Mais je suis bête, un pays développé ne rêve plus d'indépendance !

7.Posté par simone grand le 04/11/2016 09:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans un projet de route classique, le gravier ou gravats est indispensable. Où les trouver? Dans le cas présent soit de Hao, soit en sacrifiant une partie de l'environnement de Rikitea que les actuels défenseurs de l'environnement devront préserver de toutes leurs forces dès qu'un site d'extraction sera choisi.

8.Posté par ZÉRO LA BARRE ! le 04/11/2016 09:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les églises sont en perte de vitesse, tout du moins de "clients".
Ils se mettent donc au goût du jour : faire le buzz !
Ainsi ils existent, qui pourrait le leur reprocher ?
Et là ils font fort, superbes retombées médiatiques. Très fort même, juste pour quelques sacs de cailloux !

Quel que soit le résultat des analyses, c'est 100% gagnant.

À défaut de vouloir adapter leur rhétorique, ils nous prouvent tout de même qu'ils savent vivre avec leur temps.
Mais seulement quand cela les arrange .....

9.Posté par PARAPUHI le 04/11/2016 10:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute cette polémique n'est que politique, l'association 193 n'est qu'une antenne de celle de Holdam qui n'est qu'un affabulateur donnez leur une subvention conséquente et ils fermeront leur gueule chose qu'avait faite Président Temaru en 2004 si je m'en souviens a été d'une vingtaine de millions, ce ne sont que des arrivistes, on a nos anti farani protestants et pour ne pas se faire distancer on a maintenant nos anti farani catholiques et dire que grâce à ces religieux protestants et catholiques que nous sommes toujours à la recherche de notre identité.

10.Posté par REY Ethode le 04/11/2016 11:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ Simone
Rikitea est une île haute, Hao est un atoll (île basse)
Avec le réchaufement climatique, le niveau de la mer va monter
La logique ne voudrait-elle pas que l'île haute remblaie l'île basse,
et non pas l'inverse !
Autrement, pourquoi ne pas faire venir ces concassés de Hao à Tahiti pour faire nos routes plutôt que de procéder à des extractions sauvages dans nos rivières

11.Posté par K. Tetuanui le 04/11/2016 12:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

dormez, dormez… faites moi confiance !

tu dors pas ? non ? bon, est-ce qu'une subvention permettrait d'acheter ma confiance ???
nan, j'peux plus embaucher le cousin de ta belle-sœur qui est faamu avec le voisin du magasin…

12.Posté par Lebo RORO le 04/11/2016 13:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lebororo
Un contrôle est important, si propre, il faut se dépêcher de travailler à la rénovation pour la route de ceinture de Rikitea pour notre peuple.

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 11 Décembre 2017 - 17:29 Un premier bilan mitigé pour le Téléthon

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance