Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Fréro Delavega : "Venez au concert, ça va être un très grand moment !"



Jérémy Frérot et Florian Delavega ont été révélés par l'émission "The Voice" en 2014.
Jérémy Frérot et Florian Delavega ont été révélés par l'émission "The Voice" en 2014.
PAPEETE, le 31 octobre 2016 - Le duo d'artistes, composé de Jérémy Frérot et Florian Delavega, sera en concert samedi 19 novembre, place To'ata. Repérés par l'émission "The Voice" en 2014, ils ont sorti la même année un premier album éponyme, puis le single "Sweet Darling", certifié disque de platine, avant de nous enchanter avec "Le cœur éléphant". Les deux musiciens-chanteurs se confient avant leur venue au fenua.



Quels sont vos rôles respectifs dans votre duo ?
"On compose et on écrit tous les deux, puis on voit ce que chacun a fait de son côté. Après on se rassemble pour en faire une idée meilleure."

On ressent une certaine ambivalence dans vos chansons. La musique est douce, ça donne une impression de bonheur, et les paroles sont très nostalgiques. C’est voulu ?
"C’est nostalgique quand on parle de notre pays. Maintenant dans notre deuxième album, on est beaucoup moins nostalgiques, on est heureux d’être ce que l’on est et heureux d’avoir trouvé notre position dans ce monde, sur cette planète."

Sur certains thèmes de vos chansons, on sent que vous êtes très sensibles à l’environnement. Est-ce que l’on peut dire que vous faites de la musique bio ?
"(Rires) Je ne sais pas si c’est de la musique bio, mais en tout cas c’est de la musique qui fait plaisir, qui n’est pas pessimiste. Oui, il y a toujours quelque chose d’optimiste par rapport aux humains, à l’envie d’être meilleur et de préserver l’endroit dans lequel on est parce que c’est surtout ça qui est important. Le reste on s’en fout un peu."

Est-ce que vous êtes toujours en osmose tous les deux ?
"On n'est pas tous les jours ensemble non plus. On rentre chez nous quand on arrête parce que c’est quand même très épuisant. Mais sinon, oui. Il vaut mieux s’entendre très bien et se comprendre sans vraiment se parler pour que ça marche, effectivement."

Est-ce que vous pourriez opérer un virage radical vers un autre style de musique ?
"Non, pour l’instant non. On fait la musique que l'on aime. Le virage, je ne pense pas qu’il soit en vue, à moins de prendre beaucoup de drogue et d’avoir un accident !"

C’est quoi pour vous la musique du futur ?
"La musique du futur ? Je ne sais pas s’il y a une musique du futur. Je pense qu’il y a une musique qui se ressent au plus profond de nous. La musique du futur je n’en sais rien, en tous cas pour nous ce serait une musique sincère, toujours sincère, ne jamais mentir et être en accord avec soit même. Ce serait plutôt ça le futur."

À quoi ressemble la vie de Fréro Delavega hors de la scène ?
"Et bien, plutôt normal. Plutôt ne rien faire, profiter de nos proches, de l’endroit où l’on habite, c’est déjà pas mal."

Où en êtes-vous de vos projets professionnels, quels sont les futurs projets ?
"On va tourner à fond, on a beaucoup de dates en préparation, et du coup on se concentre pas mal là-dessus. On a sorti deux albums en deux ans, donc c’était assez violent en même temps que les tournées, donc là on a envie de profiter pas mal."

Et justement pour vos albums, quelles sont vos influences, qu’est-ce qui vous inspire ?
"C’est la vie en général. On est très influencés par ce que l’on voit, ce que l’on écoute, que ce l’on entend, ce que l’on analyse et ce que l’on ressent. Après niveau musical, c’est très éclectique. On a écouté tout et n’importe quoi depuis qu’on est nés. Moi de mon côté, j’ai pas mal écouté de musique brésilienne et africaine par mon père n’a fait qu’écouter ça. Flo pareil, il a été influencé par son père qui a écouté beaucoup de musique. Bob Marley tout ça... Du coup, on a un panel assez large, donc je pense que ça nous a influencé. Après la musique que l’on fait nous... Pour nous, ça ressemble vraiment à ce que l’on a écouté."

Et comment a débuté votre passion pour la musique ?
"Ce n’est pas nous qui avons décidé, ce sont les gens qui ont un peu décidé pour nous. On a posté une vidéo sur Internet et ça a buzzé d’un coup. Et plus ça avançait, plus les étapes avançaient dans notre projet donc il a fallu choisir entre faire de la musique et être prof. Et voilà, on a choisi la musique et on ne le regrette pas vraiment."

"Mon petit pays",  "Le chant des sirènes", "Ton visage", "Autour de moi", et bien sûr le succès de leur dernier album "Le cœur éléphant", sont autant de tubes composés par les deux amis.
"Mon petit pays", "Le chant des sirènes", "Ton visage", "Autour de moi", et bien sûr le succès de leur dernier album "Le cœur éléphant", sont autant de tubes composés par les deux amis.
La vague de Teahupoo : "On verra si on a peur ou pas"


Vous réussissez dans la musique, vous êtes beaux... Qu’est-ce qu’on peut vous souhaiter d’autre pour l’avenir ?
"D’être heureux ! Je ne sais pas si on peut nous souhaiter de faire de la musique encore, mais en tout cas être heureux c’est un bon point. Quoi que l’on fasse."

C’est la première fois que vous venez en Polynésie, comment vous appréhendez ça ?
"En fait on appréhende pas du tout. On a envie de venir parce que c’est un des endroits où on se sent, je pense, plutôt bien avec de l’eau et du sable."

Vous êtes adaptes des sports extrêmes. Quels sont ceux que vous n’avez pas encore expérimentés et qui vous tentent ?
"Ce serait plutôt des sports de pleine nature, c’est clair. Après lequel en particulier, je n’en sais rien. On est curieux pour tous."

Vous pratiquez le surf et vous devez connaître le spot de Teahupoo. Est-ce que vous allez vous y essayer ?
"Cela dépend. Je crois que c’est l'une des vagues les plus dangereuses du monde... Tout dépend de la taille. On verra bien. Déjà ça nous ferait énormément plaisir de la voir, juste de la voir. Après de la surfer, j’en sais rien. On verra si on a peur ou pas."

Vous aimez aussi les tatouages. Est-ce que vous comptez vous en faire ici en Polynésie ?
"Oui carrément, ça me tenterait bien après faut voir sur le moment. C’est un truc qui viendra sur le moment. Ce serait quelque chose d’irréfléchi je pense. Mais oui, on est assez adeptes du tatouage effectivement."

Qu’est-ce que vous allez proposer à vos fans ?
"Cela va être principalement les chansons du deuxième album, quelques reprises. On sera sept sur scène, il y aura beaucoup beaucoup d’énergie. Cela ne sera pas la même que sur l’album !"

Du coup avec votre passage dans le Pacifique, est-ce que vous réfléchissez déjà à une chanson avec une musique qui ressemble à la nôtre ?
"Je ne sais pas, on ne peut pas prévoir ce qui va se passer, les rencontres, ce qu’on peut vivre. On verra sur place."

Est-ce que vous avez un petit message à faire passer avant votre arrivée ?
"Venez au concert ! Je pense que ça va être un très grand moment d’interactivité parce que nous on réagit pas mal avec le public qui est en face de nous, ce qui peut se dire et l’ambiance qu’il y a. Venez pour passer un très bon moment et nous faire découvrir l’ambiance de Tahiti."

Infos pratiques

Samedi 19 novembre, à 19h30
Place To'ata
Tarifs : de 4 000 à 10 000 Fcfp
Billets en vente à Carrefour Arue & Punaauia, Radio 1 Fare Ute et sur www.radio1.pf

le Mercredi 2 Novembre 2016 à 09:03 | Lu 1850 fois





Dans la même rubrique :
< >

Samedi 9 Décembre 2017 - 19:41 French blue contre-attaque et casse les prix

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance