Tahiti Infos

Éric Minardi veut porter son projet d'université de la mer à Strasbourg


Tahiti, le 1er décembre 2022 – Le projet était présent dans les programmes de Marine Le Pen pour la Polynésie française depuis plus d'une dizaine d'années en Polynésie, le nouvel euro-député RN Éric Minardi entend porter le projet d'université de la mer au Parlement européen.
 
Le député européen polynésien du Rassemblement National (RN), Éric Minardi, s'envole cette semaine pour participer à sa quatrième et dernière session de l'année au Parlement européen depuis son élection en cours de mandat. Officiellement élu député européen après les dernières législatives de juin 2022, en raison du choix de certains de ses colistiers RN de conserver leur nouveau mandat national plutôt que leur mandat européen, Éric Minardi entend mettre à profit ses nouvelles fonctions pour porter un projet annoncé depuis plusieurs années dans le programme présidentiel de Marine Le Pen pour la Polynésie française. Celui d'une université de la mer au fenua.
 
“J'ai déjà porté ce projet pratiquement depuis 2007. Je parle du projet d'université internationale de la mer. J'ai déjà contacté quelques personnes à l'université (…). J'ai mis mon attaché parlementaire François Coudert sur ce dossier. Nous avons rencontré des chercheurs à Moorea. Ceci afin de pouvoir monter un vrai projet pour le présenter auprès de l'Union Européenne”, explique l'euro-député polynésien. “L'idée c'est d'avoir une université dans laquelle on pourra former des ingénieurs, des biologistes, des techniciens, mais aussi pourquoi pas des juristes par exemple… Et surtout des gens qui nous permettront de développer la pêche et de garder nos jeunes sur le territoire dans ces domaines. Notre richesse est dans l'océan et on ne l'exploite pas assez. On peut avoir des ressources alimentaires, des algues par exemple, qu'on n'exploite pas.”
 
Appui financier
 
Selon l'élu RN, l'Union Européenne est particulièrement sensible aux projets “portés sur l'écologie, l'énergie et le localisme” et pourrait constituer un premier appui financier que devront compléter l'État et le Pays. “L'idée, si on peut développer ce projet à l'échelon polynésien, c'est ensuite de le dupliquer dans les autres DOM-TOM.” Un secteur primaire dont le développement est crucial, estime l'euro-député, pour être “un peu plus indépendant en Polynésie française”.
 
Sollicité par ailleurs par le gouvernement local pour demander l'aide de l'Europe après les fortes houles de juillet, Éric Minardi avait émis ses doutes il y a quelques semaines sur l'acceptabilité d'une telle demande non précisément chiffrée par le Pays. Des doutes confortés depuis par une réponse officielle des instances européennes. “Jean-Christophe Bouissou m'a sollicité concernant la houle de juillet 2022. J'ai reçu un courrier de l'Union Européenne. Ils disent qu'il n'y a pas de problèmes, qu'ils peuvent financer. Mais à partir du moment où il y a un chiffrage précis de la protection civile, communes par communes. Là, on nous a donné un chiffrage global.” Selon l'euro-député, la demande est donc retournée au gouvernement dans l'attente d'éléments complémentaires plus précis.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Lundi 5 Décembre 2022 à 18:57 | Lu 1247 fois