Tahiti Infos

Economie : Le confinement a plombé le moral des ménages


Tahiti, le 10 octobre 2021 – Une étude des Comptes économiques rapides pour l'outre-mer (Cerom) s'est penchée sur le moral des ménages lors du second confinement en août dernier. Des familles très pessimistes pour l'avenir, qui prévoient de dépenser moins et d'économiser plus… Sauf pour l'automobile et l'immobilier.
 
Les statisticiens de l'IEOM, l'AFD et l'ISPF regroupés au sein des Comptes économiques rapides pour l'outre-mer (Cerom) ont publié la semaine dernière les détails d'une deuxième étude menée durant la dernière quinzaine d'août sur les effets du second confinement sur le moral et le porte-monnaie des ménages polynésiens. Après la première étude menée en février 2021, le Cerom entend dresser un suivi de l'évolution du moral des ménages sur ces six mois sur les plans de la “situation personnelle”, des “aspirations” et de “l’environnement économique dans lequel ils évoluent”.
 

44% des ménages estiment que les prix ont “fortement augmenté”

Pas très joyeuse, l'étude du Cerom démarre sur le constat d'une “vision d'ensemble” des ménages “teintée de pessimisme”. En février dernier, la moitié des ménages polynésiens interrogés s'attendaient à une dégradation de la situation économique du Pays dans les six mois à venir. Cette fois-ci, l'étude menée fin août montre que désormais ce sont les deux-tiers des ménages qui voient l'avenir en noir. Même constat pour ceux qui imaginaient une amélioration de la situation économique : 22% en février contre 11% en août…
 
Parmi les préoccupations des ménages, l'emploi reste une source d'inquiétude. Les deux-tiers des sondés estiment que le marché du travail va se dégrader, principalement chez les cadres, professions intermédiaires et employés. Et là aussi, les optimistes sont moins nombreux : 11% contre 16% six mois plus tôt.
 
Enfin, autre indicateur renforçant ce pessimisme ambiant, les ménages disent majoritairement avoir ressenti une hausse notable des prix sur les derniers mois. Pour la moitié des ménages polynésiens interrogés, le sentiment est que les prix ont “fortement augmenté”. Une impression “nourrie par les difficultés exprimées par les professionnels et des commerçants face aux retards et aux ruptures dans les chaînes d’approvisionnement et de transport international”, précise le Cerom. Et c'est vrai, si l'on regarde les derniers chiffres publiés par l'ISPF, l'évolution de l'indice des prix à la consommation a effectivement augmenté entre février et août 2021. Précision cependant, cet indicateur de l'évolution des prix au fenua s'est retrouvé au plus haut en juillet 2021 au même niveau qu'en 2019… Il avait au contraire fortement baissé sur l'année 2020.
 

17% des familles ont du mal à payer leurs charges

Interrogés sur leur “situation financière” à la fin du mois d'août dernier, un quart des ménages polynésiens ont indiqué que celle-ci s'était dégradée durant les six derniers mois. Des ménages qui sont relativement nombreux, 17% des sondés, à déclarer avoir des “difficultés à payer les charges courantes” de logement, téléphone ou assurances… En revanche, les familles interrogées affirment toujours majoritairement vouloir épargner “par précaution” pour l'avenir. En février dernier, elles étaient 66% à déclarer vouloir se constituer une épargne durant les six prochains mois. Elles sont finalement 46% à avoir pu faire ces efforts…
 

55% des ménages prévoient de réduire leurs achats

Sans surprise, cette situation de tension financière et cette volonté d'épargne pèsent sur la consommation. “Sur les six prochains mois, 55% des ménages prévoient encore de réduire leurs achats de biens et services”, indique l'étude du Cerom. Des prévisions qui ne varient pas selon le type d'achat, qu'il s'agisse d'équipement du foyer, de matériel numérique ou de voyages.
 
Seules prévisions d'achats qui restent “inchangées”, les voitures et les véhicules au sens large. Le Cerom précise qu'entre janvier et avril 2021, près de 2 400 voitures neuves ont été immatriculées, un niveau record depuis 2008 “qui traduit notamment un effet de rattrapage suite à la diminution des ventes en 2020”.

​L'immobilier, un secteur qui fait plus que résister

L'immobilier en revanche reste un secteur extrêmement dynamique, avec près de 10% des ménages polynésiens qui envisagent d'acheter ou de faire construire dans les six prochains mois, dont 5% de manière “certaine”. Par ailleurs 16% des foyers interrogés ont déclaré prévoir des travaux de rénovation et d'aménagement dans cet avenir proche. Des prévisions globalement partagées par tous les ménages des îles du Vent, quelle que soit leur zone de résidence (zone urbaine ou rurale de Tahiti, Moorea) ou leur catégorie socioprofessionnelle. Et pour le Cerom, les taux d’intérêt historiquement bas et les dispositifs publics incitatifs, tels que l’aide à l’investissement des ménages (AIM), ne sont pas étrangers à cette dynamique.
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Dimanche 10 Octobre 2021 à 17:30 | Lu 1416 fois