Tahiti Infos

Dix-neuf groupes en lice pour le retour du Heiva


TAHITI, le 24 mai 2022 - En 2020, le Heiva i Tahiti a été annulé, en 2021, un festival a été organisé. Le concours de chant et de danse est enfin de retour dans sa forme classique et verra dix-neuf groupes en scène. En parallèle de ce temps fort, le heiva ce sont aussi beaucoup d'autres activités culturelles auxquelles la population est invitée à participer.

Attendu chaque année par les Polynésiens de tous les archipels, le Heiva i Tahiti est l’expression vivante de la culture, des langues et des légendes. Ce concours est un spectacle vivant, mêlant danse et musique, organisé depuis 1881. Au cours de son histoire, il a été annulé à plusieurs reprises comme l’a rappelé Heremoana Maamaatuaiahutapu, le ministre de la Culture lors de la conférence de presse ce mardi matin. Lors de l’épidémie de grippe espagnole, lors des deux guerres mondiales qui ont marqué le XXe siècle et en 2020, en raison de l’épidémie de Covid. "Cela a été une décision très difficile à prendre", rapporte le ministre qui rappelle qu’en 2021, le spectacle était de retour sans le concours. Il se réjouit, comme les organisateurs et artistes du grand retour du Heiva i Tahiti dans son format classique.

Cette année, 19 groupes sont inscrits. Ils seront neuf pupu ‘ori (trois en catégorie hura ava tau ou amateur, six en hura tau ou professionnelle) et dix pupu hīmene (quatre en tārava Tahiti, deux en tārava Raromata’i et quatre en tārava Tuha’a Pae). Pas moins de 2 500 artistes vont faire vibrer To’atā pendant deux semaines, du 1er au 16 juillet. Ils se préparent depuis des mois. "Entre 4 et 12 mois pour les groupes de chant et entre 7 et 18 mois pour les groupes de danse", précise Yann Teagai, directeur de la Maison de la culture. Ils se relaieront lors de cinq soirées de concours. Il y aura en plus une soirée de remise des prix et deux soirées des primés.

Manouche Lehartel présidente du jury

Un jury composé de neuf personnalités du monde de la culture, élues pour l’occasion, départageront les lauréats. Il compte des experts en tārava, en reo, en danse et sera présidé par Manouche Lehartel. Lui aussi travaille depuis plusieurs mois. En effet, il assiste en amont à de nombreuses réunions préparatoires, dont des séances sur les critères de notation. Les fiches de notation modifiées ont été présentées aux groupes et ont remporté leur aval. Le jury mène par ailleurs une tournée à la rencontre des groupes afin de répondre à leurs questions sur le règlement sans pour autant donner d'appréciation artistique. Pour les amateurs, cette visite est obligatoire, elle est sur demande pour les professionnels et hīmene tumu. De plus, le jury assure les auditions des groupes, qui permettent aux chefs de groupe, auteurs et costumiers notamment de présenter leurs thèmes, leur message et d’expliquer leurs choix concernant l'approche artistique. Il assiste enfin à toutes les répétitions générales des groupes afin de se faire une première idée du travail réalisé et de signaler à l'organisateur de l'événement tout problème lié au bon fonctionnement des spectacles.

Tous les arts À la fête

Tout commence le 23 juin avec le umu tī, la marche sur le feu menée par le tahua Raymond Teriierooiterai Graffe. Elle se déroule au Mahana Park. Il est le maître de cette cérémonie depuis le 23 juin 1983. Il se rappelle la première marche sur le feu, la plus grande qu’il ait jamais réalisée dans les jardins du musée de Tahiti et des îles. Le feu s’étendait sur une surface de 10 mètres par 3, sur un mètre de profondeur. C’était quelques mois seulement après le dévastateur cyclone Veena. Depuis ce temps, Raymond Teriierooiterai Graffe ouvre les festivités du Heiva i Tahiti. Son fils est désormais à ses côtés, la relève est assurée.

Du 30 juin au 17 juillet se tiendra le Heiva Rima’ī qui réunit des artisans des cinq archipels. Nathalie Teariki, présidente du comité Tahiti i te Rima rau insiste sur les temps forts : l’élection de miss qui fait son grand retour, mais aussi les démonstrations et ateliers "qui sont l’occasion de transmettre savoirs et savoir-faire". L’élection est prévue le 28 juin. Elle est organisée entre artisans exposants et organisateurs et elle permet d’élire la représentante de cette 33e édition du Heiva Rima’ī. Les candidates doivent être âgées de 40 à 60 ans pour se présenter et répondre à différents critères, comme démontrer leurs talents d’artisane et effectuer un passage en robe traditionnelle. La nouvelle miss sera présente à l’ouverture du salon.

Les 2 et 3 juillet aura lieu à Mataiea le Heiva Va’a. Il est ouvert à tous les licenciés polynésiens. Du V1 au V16, les rameurs vont devoir parcourir entre 2 500 mètres et 93 kilomètres, au-delà de la passion, les concurrents devront donc surtout faire preuve d’endurance.

40 athlètes au Tū’aro Mā’ohi

Les Tū’aro Mā’ohi sont prévus du 3 au 17 juillet. Ils démarreront par une régate de va’a holopuni à la Pointe Vénus. Suivront les courses de porteurs de fruits, "hautes en couleurs et en senteur", selon Leilanie Laughlin, secrétaire de la Fédération ‘Āmuitahira’a Tū’aro Mā’ohi, puis les lanceurs de javelots, lutteurs, décortiqueurs de coco, leveurs de pierre (jusqu’à 150 kg)… Quatre cent athlètes de Tahiti et des îles s’affronteront. Une délégation de Hawaii et une autre de Nouvelle-Zélande seront aussi de la partie. Le 12 juin et les 10 et 31 juillet, des courses hippiques sont par ailleurs annoncées dans le cadre du Heiva i Tahiti.

Enfin, rendez-vous est donné au marae Arahurahu. La troupe Tahiti ia ruru tu noa dirigée et mise en scène par Olivier Lenoir présentera : Pi’ifenua, l’appel de la terre. Ce spectacle est le fruit d’un travail de recherches sur la légende du site. Il reprend un extrait de cette légende, adapté par Mirose Paia. "Une reconstitution historique, en toute humilité, qui plongera le public dans un certain passé" selon Olivier Lenoir.

Pratique

Concours de danse et de chant du 1er au 16 juillet. Cérémonie du rāhiri le 1er juillet.
Soirée de remise de prix le 13 juillet, soirées des podiums le 15 et le 16.
Tarif à partir de 500 Fcfp pour les PMR, en vente à partir du 30 mai à 9 heures.
À la billetterie dans le hall du Grand théâtre et en ligne.
 

Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 24 Mai 2022 à 16:15 | Lu 939 fois