Tahiti Infos

Deux ouvriers ensevelis quatre heures sous un talus à Taravao


Tahiti, le 11 juillet 2022 – Deux ouvriers d'un chantier de construction ont été ensevelis pendant plusieurs heures sous un talus, vendredi midi à Taravao. Les deux victimes ont pu être extraites après quatre heures d'une opération “très délicate” qui a mobilisé pompiers, mutoi, gendarmes, services de la commune et du Pays.
 
“Les gars ont commencé à creuser à la main pour les sortir de là !” Le chef de centre des pompiers de Taiarapu-Est, le lieutenant Giovanni Gil, n'en revenait toujours pas lundi, trois jours après l'impressionnant accident qui s'est produit en fin de semaine dernière sur un chantier de construction à Taravao. L'alerte a été donnée vendredi entre 12 heures et 12h15, via le Centre 15, qui a contacté les pompiers de la commune de la Presqu'île. L'opérateur de la caserne a été prévenu que deux ouvriers du chantier situé en face du Carrefour de Taravao, à proximité du centre médical, avaient été ensevelis sous un talus. Les secours ont rapidement été dépêchés sur les lieux. Et à leur arrivée, ils ont découvert l'inquiétante scène et les victimes dépassant à peine de l'amas de terre.
 
“Heureusement, les deux victimes avaient leur tête à l'extérieur et pouvaient respirer”, détaille Giovanni Gil. Les deux ouvriers, âgés d'une vingtaine à une trentaine d'années, étaient en train d'étanchéifier un mur de béton de quatre mètres de haut sur huit de large avec un revêtement goudronné, dans l'interstice de moins d'un mètre les séparant d'un talus de même hauteur juste derrière eux. “C'est cette configuration qui a rendu l'intervention particulièrement difficile”, précise le chef de centre.
 
Quatre heures de sauvetage
 
Les pompiers de Taravao se sont immédiatement mis à pied d'œuvre, creusant d'abord le sol avec leurs propres mains pour extraire le premier ouvrier du tas de terre et de boue. “On a commencé tout doucement, parce que c'était très délicat. La terre continuait de s'effondrer quand on creusait.” Ciel gris et pluie fine se sont ensuite invités sur le théâtre des opérations “qui était déjà difficile d'accès”. La première victime a été sortie indemne des décombres après une heure et demie de travail.
 
Pour la seconde victime, en revanche, l'opération s'est avérée encore plus délicate. L'ouvrier, qui souffrait des jambes, comprimées par la pression de la terre, a dû être perfusé pendant l'opération. Et ce n'est qu'au bout de quatre heures d'un long et méticuleux processus que l'homme a été soulevé au moyen d'un “case” pour être sorti à la verticale. Les deux ouvriers, couverts d'un mélange de boue et de goudron, ont été immédiatement transférés à l'hôpital de Taravao. Mais fort heureusement, ils n'ont pas eu de complications liées à l'accident. Le premier est sorti au bout d'une heure de l'établissement hospitalier et le second a été gardé en observation toute la soirée pour regagner ensuite son domicile.
 
Au total, l'opération a mobilisé quatre pompiers de Taravao et leur stationnaire au standard, renforcés par un véhicule-ambulance de leurs collègues de Vairao, les mutoi pour sécuriser la zone d'intervention et dresser les constats, les services du Pays avec une équipe médicalisée constituée notamment d'un médecin, les services de l'État avec la gendarmerie pour l'enquête sur les circonstances de l'accident et les services communaux qui ont apporté le “case” nécessaire aux opérations de sauvetage. “Pour nous, c'est une première et franchement je tiens vraiment à remercier et féliciter tout mon personnel, la commune, le Pays et l'État”, insistait lundi le lieutenant Giovanni Gil. “Chapeau à tout le monde ! C'est l'efficacité et le travail en partenariat avec tous les collaborateurs qui ont fait la réussite de cette opération.”
 


Rédigé par Garance Colbert et Antoine Samoyeau le Lundi 11 Juillet 2022 à 19:32 | Lu 8715 fois