Tahiti Infos

Deux ans ferme pour un chauffard


Tahiti, le 17 juin 2021 - Un homme de 56 ans a été condamné en comparution immédiate à une peine mixte de quatre ans de prison, dont deux ferme. En juillet 2020, il avait violemment percuté une femme aux abords de la cathédrale Notre-Dame de Papeete. Le tribunal a ordonné un mandat de dépôt à son encontre.

 

Le 26 juillet 2020, aux alentours de minuit, deux femmes traversent le passage piéton près de la cathédrale de Papeete, au niveau de la Banque de Polynésie. Alors que la rue est éclairée et qu’elles traversent au vert, un imposant pick-up Dodge Ram 2500 passe de la droite à la gauche en heurtant l’une d’elle de plein fouet, alors qu’elles atteignent presque le trottoir. La victime est entendue le lendemain. Elle écope de 45 jours d’ITT, en raison d’une double fracture au tibia gauche. “En réalité, j’ai eu 90 jours d’ITT et j’ai dû rester 10 mois à la maison à cause des séquelles”, témoigne-t-elle à la barre jeudi après-midi.
 

Le mis en cause avait ajouté délit de fuite à ses actes et réussi à rentrer chez lui, à Pamatai Hills. C’est son cousin, directeur d’une compagnie de transport maritime, qui le retrouve endormi dans la voiture complètement saoul, et qui l’amène à la DSP. Il avait plus de 2,5 grammes d’alcool dans le sang. “Comment vous en arrivez à avoir trois grammes d’alcool dans le sang ?”, lui demande le président. L’homme répond qu’il a bu quatre verres double-dose de whisky dans un bar du centre de Papeete, en avouant plus tard avoir avalé deux digestifs avant de prendre la route. Une femme, présente au même moment dans l’établissement, décrit aux enquêteurs l’avoir vu boire de la bière également.
 

Délinquance sévère et problèmes routiers”
 

Le prévenu se défend au motif que les Polynésiens boivent beaucoup d’alcool. “Encore heureux que tous les Polynésiens ou tous les Bretons n’ont pas déjà trois condamnations pour conduite sous emprise d’un état alcoolique”, lui rétorque le président avec ironie. Des condamnations, il en a aussi eu pour trafic de cocaïne en 2007 et trafic d’ice en 2010. Un profil que le magistrat qualifie de mix entre la “délinquance sévère et les problèmes routiers.”
 

L’avocat de la partie civile réclame 300 000 Fcfp pour le préjudice moral de la victime : “Ces deux femmes respectables s’étaient organisées pour ne pas boire et conduire. Elles traversent au vert, tandis que lui traverse la voie pour les percuter, comme si c’était fait exprès.”
 

En défense, l’avocate plaide que son client avait le visage tuméfié et les dents cassés en garde à vue. Elle conserve l’hypothèse qu’il avait rencontré un groupe de jeunes sur le chemin, que certains étaient montés et auraient pu l’agresser, voire prendre le contrôle du véhicule à sa place. Le procureur contrecarre en lisant les déclarations d’un témoin oculaire, avec un conducteur relativement âgé et d’origine asiatique, ce qui correspond au prévenu.
 

Si le parquet requiert 36 mois de prison dont 12 avec sursis, le tribunal ira plus loin en condamnant le chauffard à une peine mixte de quatre ans dont deux ans assortis d’un sursis probatoire. Un mandat de dépôt est prononcé. Les escortes de la DSP emmènent le condamné pour qu’il purge sa peine immédiatement à Nuutania.
 
 


Rédigé par Valentin Guelet le Vendredi 18 Juin 2021 à 03:01 | Lu 2736 fois