Tahiti Infos

Délinquance : les violences en hausse de 18 % en 2021


Tahiti, le 8 février 2022 – Le représentant de l'État en Polynésie, le haut-commissaire Dominique Sorain, a présenté mardi lors d'un point presse les chiffres de la délinquance pour 2021. Si les vols et les cambriolages sont en “nette baisse”, le taux d'atteintes volontaires à l'intégrité physique –qui sont composées à 53% de violences intrafamiliales– a bondi de 18%. La lutte contre le trafic de stupéfiants demeure, sans surprise, l'une des autres priorités des autorités.
 
Malgré les efforts déployés ces dernières années par les autorités, la question des violences faites aux personnes reste un fléau très préoccupant sur le territoire. Lors du traditionnel point presse annuel destiné à transmettre les chiffres de la délinquance, le haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, a en effet annoncé que le taux de faits d'atteintes volontaires à l'intégrité physique –qui sont composées de violences intrafamiliales à hauteur de 53%– avait connu une hausse de 18 % en 2021. “Nous sommes l'un des territoires les plus exposés aux violences intrafamiliales” a de nouveau rappelé Dominique Sorain en insistant sur le fait que les victimes doivent “absolument porter plainte”.
 
Ce point presse, auquel ont participé le procureur de la République, Hervé Leroy, le procureur général Thomas Pison, le directeur territorial de la police nationale, Mario Banner, et le commandant de la gendarmerie, le général Saulnier, a été l'occasion mardi pour les autorités d'annoncer une “amélioration globale” de la délinquance. Une amélioration qui se traduit principalement par une baisse significative ces trois dernières années des atteintes aux biens, soit des cambriolages et des vols sans violence qui impliquent cependant de plus en plus de mineurs.
 
“Sécurité de proximité”

 
Dans les autres domaines, l'amélioration est plus difficile à percevoir. Comme l'a expliqué le haut-commissaire, le trafic d'ice –avec 12 kilos saisis en 2021– ne “faiblit pas” et reste un “sujet de préoccupation majeur”. En matière d'accidentologie, le taux d'accidents mortels a connu une hausse minime avec 30 morts en 2021 contre 29 en 2020. Sans surprise, 62% de ces accidents sont liés à l'alcool et/ou aux stupéfiants.
 
Tel que cela avait été annoncé lors de la signature du plan de prévention de lutte contre la délinquance, les autorités souhaitent à l'avenir se pencher sur la question de la “tranquillité publique”, autrement appelée “sécurité de proximité”. Dominique Sorain a ainsi indiqué que les “agressions de chiens” et la question du bruit, “le fléau des temps modernes” , étaient désormais l'une des autres priorités de l'État.
 
Enfin, si les chiffres de la délinquance exposés mardi ne comprenaient pas les chiffres relatifs aux atteintes à la probité, le haut-commissaire a affirmé que cette thématique faisait également l'objet d'une étroite vigilance.

“Nous allons renforcer nos actions contre le trafic”

Dominique Sorain, haut-commissaire de la République
 
Dans les points positifs de ce bilan, on retient notamment une baisse des atteintes aux biens avec une diminution des cambriolages notamment.

“En 2021, nous avons effectivement une confirmation de la baisse des atteintes aux biens, c’est-à-dire les vols et les cambriolages sans violences. Nous sommes à un niveau très très bas avec 12 faits pour 1 000 habitants en Polynésie alors que c'est presque 26 faits pour 1 000 habitants au niveau national. Cela montre que cette baisse est une tendance forte même s'il y en a toujours trop.”
 
Au fils des années, l'on voit que les violences intrafamiliales (VIF) et notamment les violences conjugales ne baissent pas malgré toutes les actions mises en place. Comment expliquer que l'on n'arrive pas à endiguer ce fléau ?

“C'est un gros problème. Les violences intrafamiliales sont un problème de société et de comportements qui va prendre du temps pour être réglé. Il faut le redire : nous incitons toutes les personnes et les femmes victimes de violences à déposer plainte pour se protéger. Il ne faut pas hésiter à la dire, les VIF sont une forme de délinquance. Nous avons amélioré l'accueil dans les services de police et de gendarmerie au travers du recrutement de trois intervenantes sociales qui sont venues compléter l'effectif des deux intervenantes sociales qui étaient déjà présentes sur le territoire. Cela va permettre de mieux orienter les victimes. Nous apportons aussi un appui aux foyers accueillant des femmes victimes de violences.”
 
Quelles sont les perspectives pour 2022 en matière de lutte contre le trafic de stupéfiants ?

“Les problèmes de trafic de drogues, et d'ice notamment, restent une source d'inquiétude et demeure l'une de nos priorités. Cela concerne toutes les strates sociales et la lutte va continuer. En 2021, nous avons mis en place un certain nombre d'outils tels que l'OFAST et la Cross, des chiens ont également été formés et les douanes interviennent sur les conteneurs dans le port. Nous allons donc renforcer et mieux coordonner nos actions et travailler sur la prévention avec le Pays, les communes, les associations et les confessions religieuses. Je rappelle également qu'il n'y a pas que l'ice mais il y aussi le paka qui est un souvent le début du trafic d'ice.”




Rédigé par Garance Colbert le Mardi 8 Février 2022 à 19:17 | Lu 814 fois