Tahiti Infos

Défense : le logiciel fou Louvois désormais sous contrôle


Paris, France | AFP | mercredi 11/10/2017 - Seules 3% des soldes des militaires font encore l'objet d'erreur de calcul en raison des dysfonctionnements du logiciel Louvois, qui ont fait scandale ces dernières années, a assuré mercredi le ministère des Armées.

"Il y a certes toujours des difficultés mais la crise du logiciel Louvois est sous contrôle. Aujourd'hui 97% des 180.000 soldes calculées et versées chaque mois le sont sans avoir à effectuer des corrections", a déclaré le secrétaire général pour l'administration du ministère, Jean-Paul Bodin, lors d'une audition au Sénat.
Sur les 3% restant, 2,8% font l'objet de corrections manuelles et 0,2% nécessitent encore des "paiements manuels en dehors du logiciel", a-t-il détaillé devant la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la chambre haute.
"Ces difficultés sont nettement moindres que ce qu'elles étaient dans le passé", a toutefois assuré Jean-Paul Bodin alors que des épouses de militaires se sont encore plaintes ces dernières semaines, notamment devant le Premier ministre Edouard Philippe sur France 2, de ces dysfonctionnements.
Depuis 2011, des dizaines de milliers de militaires ont vu leurs soldes amputées, voire pas payées du tout, alors que certains d'entre eux servaient en opération extérieure, en Afghanistan ou au Mali, laissant leurs familles dans de graves difficultés.
A l'inverse, d'autres ont reçu trop d'argent qu'ils ont dû ensuite rembourser. Le total des indûs versés s'élevait à 534 millions d'euros en août, a précisé le secrétaire général pour l'administration du ministère.
Sur ce total, 344 millions d'euros ont été recouvrés. Certains des militaires concernés contestent en revanche les montants à rembourser.
"Nous avons abandonné 15% des indûs à hauteur de 78,5 millions d'euros parce qu'ils ne pouvaient pas être justifiés clairement", a également noté Jean-Paul Bodin. 
Le nouveau logiciel Source Solde, commandé par l'ancien ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian - ce dernier avait découvert les errements de Louvois après son entrée en fonctions - doit commencer à être déployé en 2018 si tous les essais sont concluants.
La "bascule" se fera d'abord dans la Marine puis dans l'armée de Terre en 2019 et l'armée de l'Air en 2020, a précisé le secrétaire général.

le Mercredi 11 Octobre 2017 à 04:20 | Lu 3977 fois