Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Crash de l’ATR en Papouasie-Nouvelle-Guinée : les villageois se sont payés sur l’oiseau de fer



Photos by Aviation Safety Network
Photos by Aviation Safety Network
PORT-MORESBY, vendredi 25 octobre 2013 (Flash d’Océanie) – Les habitants d’un squat proche de l’aéroport de Madang (Papouasie-Nouvelle Guinée) qui avaient participé aux secours après le crash d’un ATR42-300 de la compagnie nationale Air Niugini, samedi 19 octobre 2013, se sont ensuite payés en nature en pillant la cargaison de cet avion : un stock de cigarettes appartenant à la multinationale British American Tobacco (BAT), rapporte en milieu de semaine le quotidien The National
Cet avion avait terminé sa course en flammes, dans la rivière Meiro qui jouxte le bout de piste.

Les trois membres d’équipage avaient tenté d’avorter le décollage, après avoir constaté un début d’incendie sur un des moteurs turbo-hélices.
Ce petit avion affrété par la filiale locale du géant British American Tobacco (BAT), qui possède une unité de production à Madang, ne transportait pas de passagers, mais un chargement de cigarettes à destination d’autres villes de ce pays.


Photos by Aviation Safety Network
Photos by Aviation Safety Network
Une partie de ce chargement a ensuite été retrouvé en vente à Madang et ses environs, pour une valeur jusqu’ici estimée par la police à près de trois mille euros.
« Nous avons risqué nos vies pour sauver (les trois membres d’équipage, un Australien et deux Britanniques)). L’avion aurait pu exploser (…) Donc nous avons mérité de prendre ce qui se trouvait dans cet avion, parce que je ne pense pas, de toute manière, qu’Air Niugini va nous verser des dédommagements », a confié au quotidien papou Michael Black, un habitant du squat tout proche qui affirme avoir dirigé les opérations et avoir demandé aux jeunes, une fois les trois occupants extraits, de sauver le chargement : des centaines de cartons de cigarettes.
« Ensuite, on les a vendus pas cher, moitié prix, 10 Kina (3 euros) le paquet et nos jeunes ont ainsi pu s’acheter des bicyclettes, des habits, des chaussures », a-t-il ajouté.

Le jeune chef de bande a reconnu que des agents d’une société de gardiennage, arrivés sur place, avaient bien tenté de les empêcher de piller le contenu de l’avion, mais que le groupe les avait rapidement maîtrisés.
Dans la droit ligne du « culte cargo » mélanésien, les casquettes et cartes d’identités des trois membres d’équipage avaient elles aussi été subtilisées, dans un premier temps, mais ont ensuite été restituées.

Photos by Aviation Safety Network
Photos by Aviation Safety Network
À la suite d’un début d’incendie survenu en phase de décollage, samedi aux alentours de 9h00 (locales, GMT+9), l’équipage (trois personnes) a tenté de réimmobiliser l’avion, qui avait déjà quasiment atteint sa vitesse maximale.
Toutefois, compte tenu de la vitesse de l’avion et de son positionnement, la tentative s’est soldée par une sortie de piste et l’ATR a plongé dans la rivière adjacente.
Les trois membres d’équipage s’en sont sortis avec des blessures mineures et ont depuis été évacués vers la capitale Port-Moresby.

Air Niugini a confirmé qu’une enquête avait été ouverte par les autorités compétentes afin de faire la lumière sur les circonstances de cet accident.

Il y a quelques jours, mercredi 16 octobre 2013, un ATR 72-600 exploité par la compagnie Lao Airlines, qui assurait la liaison entre Vientiane et Pakse (Laos), s’est écrasé près de sa destination, ne laissant aucun survivant parmi les 44 passagers et 5 membres de l’équipage à bord.

Cet appareil avait été livré à la compagnie en mars 2013, a précisé ATR par voie de communiqué qui cite les sources officielles précisant que « l’avion opérait dans des conditions météorologiques extrêmement mauvaises et s’est accidenté dans la rivière Mékong ».
Depuis, les opérations sur zone se concentrent sur la récupération après désincarcération des restes des victimes.
Une enquête est en cours afin de déterminer les causes de cet accident (le pire qu’ai connu Le Laos au cours des cinquante dernières années), dont les victimes sont notamment françaises (sept), australiennes (six), thaïlandaises (cinq), sud-coréennes (trois), vietnamiennes (trois), américaines (un), chinoises (un), taïwanaises (un) et malaisiennes (un)

pad

Photos by Aviation Safety Network
Photos by Aviation Safety Network

Rédigé par PAD le Vendredi 25 Octobre 2013 à 04:56 | Lu 2059 fois





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Janvier 2021 - 05:55 Un séisme de magnitude 7 au sud des Philippines

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus