Tahiti Infos

Covid-19 : La Polynésie “temporairement immunisée”


Tahiti, le 24 novembre 2021 – La circulation “extrêmement faible” du Covid-19 en Polynésie française est à mettre sur le compte d'une “immunité temporaire” liée à la vaccination et à la contamination de la dernière vague, estiment les autorités sanitaires. L'occasion de “consolider nos défenses” par la vaccination avant la prochaine vague.
 
La plateforme Covid-19 du Pays a tenu mercredi un point presse sur la situation épidémiologique au fenua, malgré la circulation “en régression très marquée” du virus. Seules quatre hospitalisations en cours et neuf cas la semaine dernière. “C'est important de surveiller ce qui se passe dans le monde, de suivre cette maladie”, a néanmoins insisté l'épidémiologiste, Henri-Pierre Mallet.
 
L'explication la plus probable de cette absence quasi-totale de circulation du virus est aujourd'hui celle d'un grand nombre de vaccinés et surtout d'une énorme proportion de contaminés lors de la dernière vague en Polynésie. De sorte qu'une “immunité temporaire” –vaccinale et virologique– a permis aujourd'hui un arrêt de la maladie au fenua. Or si Tahiti a été très touchée, les îles l'ont moins été. D'où une vigilance toujours constante sur le risque de reprise épidémique dans les îles éloignées. “Le virus n'a pas disparu”, met toujours en garde le Dr Mallet.
 
Dose de rappel à venir
 
Pour les autorités sanitaires, cette “période inter-vague” doit être mise à profit pour “consolider nos défenses” et donc accroître la vaccination. Une vaccination qui va nécessiter un rappel, cela devient une évidence. “On y viendra assez rapidement”, a confirmé le Dr Mallet à propos de la généralisation de la dose de rappel déjà largement annoncée en métropole. Les autorités sanitaires qui ont également évoqué, dans un exercice de transparence à souligner, les cas d'effets secondaires de “myocardites” après les rappels de vaccination chez 1 personne sur 10 000. “Ce sont des effets rarissimes et des inflammations qui guérissent seules, mais ce vaccin a des effets secondaires possibles comme tous les médicaments. Il faut bien sûr le reconnaître”, a détaillé le Dr Mallet.
 

Appel aux communes pour le pass sanitaire

Le pass sanitaire pour accéder aux activités réglementées (concerts, expositions, fêtes foraines, boîtes de nuit…) sera mis en place à compter du 1er décembre au fenua. Il est déjà appliqué depuis le 22 novembre pour les déplacements inter-îles au départ de Tahiti. Le pass sanitaire est à demander via le site Internet de la Direction de la santé. Mais pour aider la population à se doter du précieux sésame, plusieurs mesures ont été prises par les autorités sanitaires.
 
A Tahiti, un guichet physique va être mis en place à compter de la semaine prochaine pour venir retirer son certificat de vaccination lorsque le demandeur n'aura pas accès à Internet. Et pour les communes de l'île de Tahiti qui le souhaiteraient, la Direction de la santé annonce qu'elle fournira “les consignes nécessaires pour épauler leurs administrés”. Dans les îles, ce sont les tāvana hau et les subdivisionnaires de santé qui sollicitent actuellement les tāvana pour que les communes puissent aider leurs administrés dans leurs démarches en ligne.
 

Légère reprise de la vaccination pour cause de “voyages”

Les autorités sanitaires notent une légère reprise de la vaccination la semaine passée, en comparaison de la situation atone de ces dernières semaines. Une hausse liée, selon la plateforme Covid-19 du Pays, à des patients déclarant souhaiter “voyager”. A l'approche des vacances de Noël, les restrictions en vigueur pour les voyages à l'international et l'obligation du pass sanitaire pour les îles ont visiblement convaincu quelques récalcitrants à la vaccination… “Il est également possible que nous ayons une proportion de personnes qui avaient contracté le Covid lors de la dernière vague et ne pouvaient se faire vacciner”, explique Daniel Ponia, le “Monsieur vaccination” de la plateforme Covid.
 
Pour ce week-end, le vaccinodrome de la présidence sera fermé, mais le centre de vaccination de l'Institut Mathilde Frébault sera ouvert de 7h30 à 12h samedi, tout comme le “vaccimobile” installé cette fois-ci vallée Tiamao à Papara, sur le terrain sportif côté montagne.
 

Les chiffres clés de la seconde vague

La plateforme Covid-19 du Pays a présenté mercredi lors de son point presse hebdomadaire un premier bilan chiffré de la dernière vague épidémique de Covid-19 en Polynésie française, sur la période de juillet à novembre 2021. Premier chiffre “à prendre avec d'énormes pincettes” : 29 000 cas ont été confirmés par un test antigénique ou PCR positif pendant cette période. Chiffre “largement sous-estimé” par rapport au nombre de cas réels, précise la plateforme. Si lors de la première vague, il fallait multiplier ce chiffre par 4 pour obtenir une estimation de la contamination réelle, la rapidité de propagation et la stratégie de tests différente pour cette seconde vague changent la donne. Les chiffres réels pourraient être “4, 5, 6, 7 fois supérieurs”, explique l'épidémiologiste de la plateforme Henri-Pierre Mallet. Une étude de séroprévalence doit être menée pour se donner une idée de la contamination réelle au fenua, mais vu la décrue extrêmement rapide de l'épidémie il y a de forte chance pour que la quasi-totalité de la population ait été contaminée…
 
Toujours côté chiffres, l'âge moyen des cas dépistés positifs est de 38 ans. On dénombre 1 759 patients hospitalisés pour des cas Covid dont 1 480 au Centre hospitalier de Taaone. L'âge moyen des personnes hospitalisées est de 55 ans, parmi lesquels 88% de non vaccinés. Le bilan de la mortalité, qui doit lui aussi être affiné avec les morts du Covid à domicile non recensés, fait état de 414 décès de patients Covid à l'hôpital. Leur âge moyen était de 68 ans et 91% d'entre eux étaient non vaccinés…
 

Rédigé par Antoine Samoyeau le Mercredi 24 Novembre 2021 à 23:10 | Lu 2109 fois