Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Coronavirus: des milliers de croisiéristes bloqués sur leurs paquebots en Asie



Yokohama, Japon | AFP | jeudi 05/02/2020 - Des milliers de voyageurs et membres d'équipage étaient condamnés à rester sur deux navires de croisière en Asie jeudi, empêchés de débarquer après la découvertes de cas du coronavirus qui a tué des centaines de personnes en Chine et sème l'anxiété à travers le monde.

Sur le Diamond Princess, maintenu en quarantaine au large de Yokohama près de Tokyo, le nombre de cas déclarés à bord a doublé jeudi, à 20. Pour des milliers d'autres passagers la croisière de luxe prenait un tour ennuyeux, avec confinement en cabine pour une durée qui pourrait atteindre 14 jours.
Les médecins ont testé 273 personnes parmi les plus de 3.700 personnes à bord, après que la maladie eut été détectée chez un homme qui était descendu de ce même paquebot à Hong Kong en janvier.
Mercredi, 31 résultats avaient été obtenus, dont 10 positifs.
"Maintenant nous avons 71 résultats supplémentaires de test au coronavirus, dont 10 sont positifs", a déclaré le ministre de la Santé Katsunobu Kato devant le Parlement. Il a précisé que les personnes nouvellement diagnostiquées seraient elles aussi hospitalisées.
Environ la moitié des passagers du navire sont Japonais. Parmi les autres on compte notamment des Russes, des Australiens, des Britanniques, des Philippins. Les 10 nouveaux cas constatés affectent des Japonais, Américains, Canadiens, un Néo-zélandais et un Taïwanais, a précisé le ministère de la Santé.
Une responsable du ministère a précisé jeudi que la quarantaine était considérée comme lancée mercredi et qu'elle durerait jusqu'au 19 février au plus tard.
Le Diamond Princess, qui avait jeté l'ancre au large de Yokohama lundi soir, a eu le droit jeudi de venir à quai se ravitailler et débarquer les nouveaux passagers malades.
L'opération a donné lieu à de fortes mesures de précaution, les responsables accueillant ces patients vêtus de combinaisons les protégeant entièrement, masque sur la bouche et casque sur la tête.
Les passagers qui sont descendus l'ont fait par une passerelle recouverte d'une toile blanche, apparemment pour préserver leur anonymat.
 

- "Prison flottante" -

 
Des passagers, informés qu'ils devraient peut-être rester à bord deux longues semaines même si leur test s'est révélé négatif, se sont montrés à leur balcon, certains saluant les caméras, tandis que d'autres prenaient des photos.
Interrogés par les médias, plusieurs ont décrit une certaine confusion à bord, et un fort ennui, car ils sont contraints de rester dans leur cabine pour éviter de croiser des malades.
"Nous sommes confinés ici à plein temps", a dit en direct sur une vidéo postée sur Facebook un Britannique, David Abel. "Les repas ont complètement changé. Nous ne sommes plus du tout dans une croisière de luxe! (...) Ça va ressembler à une prison flottante", a-t-il ajouté.
Pendant ce temps à Hong Kong, d'autres voyageurs et membres d'équipage subissaient un sort similaire: quelque 3.600 personnes ont passé la nuit bloquées à bord du navire de croisière World Dream, dont trois anciens passagers ont été testés positifs. Le bâtiment était retourné à Hong Kong après avoir été refoulé par Taïwan.
Les responsables sanitaires de la ville ont averti que les passagers ne seraient autorisés à sortir que quand les tests seraient tous réalisés. L'équipage doit être examiné en premier, suivi jeudi des passagers.
Hormis les 20 cas du paquebot, le Japon en a enregistré 25, dont la grande majorité ont touché des personnes passées par Wuhan, la ville chinoise d'où est partie l'épidémie.
Les autorités japonaises ont évacué plus de 500 ressortissants de Wuhan, opération après laquelle le gouvernement a été critiqué pour son approche jugée trop laxiste de la quarantaine.
Il y a eu des cas apparents de transmission du virus sur le territoire japonais, comme ceux d'un guide touristique et d'un chauffeur de bus qui avaient escorté des personnes venues de Wuhan, et qui eux-mêmes ne s'étaient pas rendus en Chine ces derniers mois.

le Jeudi 6 Février 2020 à 06:53 | Lu 266 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus