Tahiti Infos

Confluences Océanes, nouvelle revue littéraire au fenua


De gauche à droite : Jean-Luc Bodinier, Riccardo Pineri et Daniel Margueron (président de l’association Tāparau).
De gauche à droite : Jean-Luc Bodinier, Riccardo Pineri et Daniel Margueron (président de l’association Tāparau).
TAHITI, le 29 mars 2022 - L’association des auteurs, illustrateurs et compositeurs Tāparau vient de lancer sa revue littéraire. Intitulée Confluences Océanes, elle rassemble les écrits en lien avec la littérature, les arts mais également la philosophie et l’histoire. Le premier numéro de cette revue annuelle comporte un cahier central sur l’épidémie dans la littérature et les arts.

Portée par l’association d’auteurs, illustrateurs et compositeurs Tāparau la nouvelle revue intitulée Confluences Océanes vient de paraître. "Au moment où, dans l’histoire du monde, les images médiatiques semblent bâtir une nouvelle culture régie par la fascination de l’instantanéité et priver la parole de tout contenu de sens au profit d’une efficacité immédiate, Confluences océanes veut affirmer la confiance renouvelée dans la dimension d’ouverture à la vérité de la parole et de la création artistique", explique Riccardo Pineri, le rédacteur en chef.

Références et réflexions actives

Voilà une dizaine d’années que le projet muri. "Cette revue faisait cruellement défaut en Polynésie", indique le rédacteur en chef qui souhaite mettre à disposition des lecteurs "références et réflexions actives" dans les domaines de la littérature, les arts, la philosophie et l’histoire.

Les contributeurs de tout bord sont invités à se manifester. Un comité de rédaction se charge ensuite de recevoir les textes, les sélectionner et, au besoin, les faire évoluer. La revue contient un cahier central qui, pour la première édition, se concentre sur l’épidémie dans la littérature et les arts. À travers des extraits de textes et des documents iconographiques, ce cahier essaie d’analyser "la persistance de l’interrogation de la société humaine sur ses destinées que la maladie suscite et donne à penser dans la tradition occidentale, mais également dans la tradition orale et les récits du XXe siècle concernant les épidémies dans les îles polynésiennes".

Ainsi Daniel Margueron traite-t-il, par exemple, des mémoires des épidémies dans la littérature polynésienne, Jean-Christophe Shigetomi revient sur l‘épisode de variole qui, il y a 157 ans, décimait les îles de Nuku Hiva et Ua Pou, Denis Paul détaille les visions et héritages des épidémies.

Des contributions diverses complètent le cahier central, ainsi que des textes sur un écrivain du Pacifique (en l’occurrence Epeli Hau’ofa) et des notes de lecture. Jean-Marc Regnault notamment signe un texte sur "Le prince qui a fendu les océans", le président Valéry Giscard d’Estaing et l’Océanie entre 1974 et 1981.

Première étude et photos rares

À ce propos, Daniel Margueron, auteur, président de Tāparau et membre du comité de la revue, précise : "Il s’agit de la première étude consacrée au président Valéry Giscard d’Estaing dans le Pacifique, la Polynésie française mais aussi la Nouvelle-Calédonie ou encore les Nouvelles-Hébrides". Ce texte est illustré "de photographies rares", note Jean-Luc Bodinier lui aussi membre du comité.

Cette revue paraîtra tous les ans. Ouverte aux contributeurs du Pacifique, elle entend élargir son champ aux contributeurs d’autres espaces dans les années à venir : l’Océan Indien, Atlantiques, les Antilles, l’Europe. "Faisant de la langue française le lieu de cette convergence, la revue entend développer une ‘pensée-nomade’, ouverte aux esprits bienfaisants et aux saveurs salines du vent océanique."

Toutefois, elle ne refusera pas d’autres langues, "et notamment l’anglais pour la réalité océanienne, signes des épreuves de l’histoire et si contraste du Pacifique et des autres pays d’outre-mer, mais elle essaiera d’abord de les penser".

Le prochain cahier central sera consacré à Segalen, "le père tutélaire de la nouvelle culture tahitienne". Le personnage Joseph Kabris et à travers lui la question du tatouage, des arts graphiques et de l’esthétique contemporaine aura aussi une place.

La revue est également disponible en version numérique.

Contacts

FB : Association des auteurs, illustrateurs et compositeurs – Tāparau
Tél. : 87 77 34 98
Site internet de l'association.



Rédigé par Delphine Barrais le Mardi 29 Mars 2022 à 17:55 | Lu 794 fois