Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Condamné à 15 mois de prison ferme pour avoir tabassé sa femme enceinte



Condamné à 15 mois de prison ferme pour avoir tabassé sa femme enceinte
PAPEETE, le 23 août 2018 – Jeudi après-midi, G, la trentaine, comparaissait devant le tribunal correctionnel pour avoir tabassé sa concubine à deux reprises les 18 et 20 août dernier. Avec 30 condamnations à son actif, il a finalement écopé de 15 mois de prison ferme.

Aucun remord. G passait en comparution immédiate pour avoir tabassé à deux reprises sa concubine enceinte de 5 mois. L'homme d'une trentaine d'années a indiqué à plusieurs reprises à la barre "c'est de sa faute! Elle est jalouse!", rejetant la responsabilité de ses actes sur la victime.
Le prévenu est sorti de prison en mars 2018, après avoir vécu à Mahina un mois, ils se font chassés. Ils finissent par trouver un logement chez l'ex-belle-mère de la jeune femme. Mais le prévenu est violent. Ainsi, le 18 août 2018, la victime enceinte de cinq mois et avec un bébé de sept mois a mal au dos. Elle appelle plusieurs fois son compagnon qui est en train de boire avec des amis. Enervé par tant d'appels, il finit par la rejoindre à vélo. Il commence par la gifler, puis c'est l'escalade. Il l'étrangle, lui donne des coups de poings dans le dos. La jette au sol. La victime perd connaissance et va même jusqu'à uriner de peur. Il l'oblige à se lever et continue de la frapper.

Les deuxième faits se déroulent le 20 août 2018, le prévenu arrive de Puunui, il veut aller voir avec des copains, mais elle l'en empêche. Alors qu'elle est en train de préparer le biberon du bébé, il la "boxe dans le dos" avant de l'attraper par la gorge et de lui jeter une chaise dessus.
Dans ses déclarations à la gendarmerie, le prévenu nie tout dans un premier temps, puis il reconnait avoir giflé sa compagne, enfin il clame l'amnésie, "je ne me souviens pas, j'étais bourré".
L'homme est coutumier du fait, il a 30 condamnations à son actif, dont un certain nombre pour violences sur conjoint. D'ailleurs, un mois seulement après sa sortie de prison, il remet le couvert, et comparait pour violences conjugales en avril 2018, où il écope d'un an de prison ferme, sans mandat de dépôt.
"Que comptez-vous faire quand il sortira de prison?" demande le président du tribunal correctionnel à la victime, "je vais me remettre avec lui", répond cette dernière. "Vous avez conscience que la prochaine fois, c'est peut être avec un bébé mort qu'on vous retrouvera, ou bien morte vous-même", l'interpelle le magistrat. Un murmure parcours l'audience.
Lors de ses réquisitions le procureur indique "parfois c'est à nous de protéger les victimes malgré-elles" ; il requiert un an de prison assorti d'un mandat de dépôt et la révocation des trois sursis probatoires qu'il a accumulé avec exécution immédiate de ces peines (soit 38 mois de prison ).
Le tribunal correctionnel condamne le prévenu à 15 mois de prison ferme et ordonne la révocation du sursis probatoire de 12 mois avec exécution immédiate de la peine accordée le 27 avril dernier par le tribunal de Papeete. G devra donc exécuter 27 mois de prison ferme pour avoir tabassé une fois de plus sa compagne.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Jeudi 23 Août 2018 à 18:52 | Lu 7992 fois





Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués