Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Combien valent nos lagons ?



Tahiti, le 21 janvier 2020 - Nos lagons et océans, l’eau potable, l’air que l’on respire, nos paysages, tout cela a une valeur inestimable… Ou, pour certains, aucune valeur. Un doctorant en économie de l’environnement, Léopold Biardeau, a présenté la semaine dernière les outils utilisés pour valoriser et protéger ces biens communs.

Léopold Biardeau a grandi en Polynésie, il espère pouvoir revenir au fenua une fois son doctorat en économie de l’environnement en poche.
Léopold Biardeau a grandi en Polynésie, il espère pouvoir revenir au fenua une fois son doctorat en économie de l’environnement en poche.
Léopold Biardeau a grandi entre Paea et Punaauia avant de partir faire de brillantes études supérieures à Singapour, à Science Po et désormais à l’université de Berkeley en Californie. Aujourd’hui, il passe un doctorat en économie de l'environnement. Sa recherche porte sur des sujets variés, dont la gestion des très grandes aires marine protégées. A l’occasion d’un passage en Polynésie, il a tenu jeudi dernier à l’université une conférence publique et gratuite sur le thème « Peut-on évaluer la valeur des biens communs ? ».

Un bien commun est quelque chose qui appartient à tout le monde, comme les océans, les lagons, l’eau des rivières, l’air que l’on respire, la clarté du ciel nocturne, la beauté de nos montagnes, les plages publiques… Globalement, les cadeaux que la nature nous a fait ou des services rendus par la collectivité. Mais ils sont victimes d’une tragédie : comme ils n’appartiennent à personne, bien souvent on ne prend pas soin d’eux.

Lors de sa conférence, Léopold Biardeau a donné l’exemple de l’air pur. Nous bénéficions tous d’un air non pollué, mais une usine qui rejette des gaz toxiques dans notre atmosphère n’a pas à payer le prix de la dégradation de ce bien commun. Un autre exemple est la pêche dans les eaux internationales : ces poissons appartiennent à tout le monde, mais la surpêche va rapidement épuiser les stocks. Du coup, chaque thonier est incité à se servir autant que possible tant qu’il reste des poissons à prendre, sans se soucier de préserver la ressource, puisque de toute façon les autres thoniers font pareil…

Allouer les ressources efficacement

C’est donc à la puissance publique, représentant la volonté collective, d’intervenir. Elle peut réglementer les usines qui polluent notre air et notre eau, mettre en place des quotas de pêche, des aires marines protégées ou des rāhui, créer des codes qui protègent les espèces en danger et les écosystèmes fragiles, élaborer des plans d’aménagement qui préservent la beauté de nos paysages, etc.

Mais toutes ces initiatives coûtent de l’argent. Il faut des policiers pour assurer le respect des réglementations, mettre en place et entretenir des sentiers de randonnée pour que l’on profite de la montagne, créer des parcs nationaux, financer la recherche pour savoir comment protéger les écosystèmes, lutter contre les espèces invasives… Malheureusement, l’argent de nos impôts n’est pas illimité.

Pour choisir quels projets « vaudront le coup », c’est au tour des économistes comme Léopold Biardeau d’entrer en scène. Il a présenté les outils qui permettent de mettre une valeur sur les biens communs, et ainsi de donner à l’État, au Pays ou au communes des indicateurs sur les projets prioritaires (voir encadré).

Il a lui-même reconnu que ces modèles souffrent de plusieurs faiblesses, la principale étant qu’ils ne valorisent un bien commun que par rapport à l’utilité qu’il a pour nous, les humains. Comme si la nature n’avait pas de valeur pour elle-même… Mais malgré leurs défauts, les outils de valorisation des biens communs sont largement utilisés dans les pays développés pour diriger l’action publique. Ils sont aussi utilisés par les associations de protection de l’environnement : si la valeur d’un bien commun est supérieure à la valeur d’un projet de développement économique, il est plus facile de convaincre les décideurs que la collectivité y perdra en laissant ce projet se faire...



La théorie : comment calculer la valeur d’un lagon ?

Un exemple avec des chiffres fictifs de la valorisation de la Pointe Vénus. Elle utilise la La théorie des préférences révélées, spécifiquement la méthode des coûts de déplacement
Un exemple avec des chiffres fictifs de la valorisation de la Pointe Vénus. Elle utilise la La théorie des préférences révélées, spécifiquement la méthode des coûts de déplacement
La théorie des préférences révélées étudie les usages que la population fait d’un bien commun. On estime alors sa valeur minimale en fonction de ce que les gens payent pour l’utiliser :
- On peut calculer combien les gens investissent en temps, en frais d’entrée et en moyens de déplacement pour venir profiter d’un lagon, d’une plage ou d’un parc naturel.
- On peut utiliser les méthodes du marché immobilier pour calculer combien vaudrait ce lagon, cette vallée protégée ou cette plage s’il était vendu aujourd’hui.
- Enfin, on peut calculer combien les gens paient quand ils n’ont pas accès à un bien commun comme l’eau potable (en bouteille d’eaux, filtres sur les robinets, frais médicaux, etc.).

La théorie des préférences déclarées utilise les enquêtes et sondages pour estimer combien la population pense que vaut son bien commun :
- Par exemple on peut demander aux gens combien ils seraient prêts à payer pour éviter qu’un lagon soit détruit, qu’une espèce disparaisse ou qu’une vallée indemne soit transformée en projet industriel.
- Quand on calcule cette « valeur d’existence » au niveau mondial, les chiffres montent haut : combien l’humanité serait-elle prête à payer pour sauver la forêt amazonienne ? Sans doute bien plus que ce que les agriculteurs qui la brûlent y gagnent. Un concept déjà utilisé aux Seychelles, où une fondation internationale a racheté une partie de la dette publique de ce pays en échange de la protection de son océan...

Rédigé par Jacques Franc de Ferrière le Mardi 21 Janvier 2020 à 15:10 | Lu 1855 fois






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 9 Avril 2020 - 09:40 Aucun nouveau cas dépisté jeudi

Mercredi 8 Avril 2020 - 23:14 ​Fruits et légumes, la fièvre des prix

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus