Tahiti Infos

Chine: enquête sur les causes d'un incendie qui a tué 13 écoliers


Crédit GREG BAKER / AFP
Crédit GREG BAKER / AFP
Yanshanpu, Chine | AFP | dimanche 21/01/2024 - Les autorités de la province chinoise du Henan (centre) ont commencé dimanche à enquêter sur les causes d'un incendie nocturne qui a tué 13 écoliers dans un dortoir.

L'incendie à l'école Yingcai, dans le village de Yanshanpu, a été signalé aux pompiers locaux vendredi à 23h00 (15h00 GMT) et été éteint environ 40 minutes plus tard, a indiqué l'agence de presse officielle Chine nouvelle.

Treize écoliers sont morts dans le brasier et une autre personne a été blessée, selon la même source.

Des dizaines de policiers se trouvaient dimanche matin devant et à l'intérieur d'une zone fermée au public autour de l'école, ont constaté des journalistes de l'AFP.

"Une enquête est en cours à l'intérieur. Personne ne peut entrer", a déclaré à l'AFP un responsable sur les lieux. 

Plusieurs fenêtres d'un côté de l'école apparaissaient brisées, seul signe du drame survenu dans le bâtiment.

Des barres métalliques bloquent les fenêtres de l'école, dont la façade affiche un panneau avec l'inscription "Entrez heureux dans l'école maternelle et rentrez chez vous heureux", a constaté l'AFP.

Un enseignant de l'école a indiqué que les victimes étaient des écoliers de 9 et 10 ans, selon le journal Quotidien du Hebei.

Dans une vidéo partagée dimanche sur le réseau social chinois Weibo, un homme du nom de Fan – père d'un garçon décédé dans l'incendie – indique que des échantillons de sang de parents ont été prélevés pour comparer leur ADN avec celui des victimes.

"Nous, les parents, n'avons pas encore vu nos enfants (...) Nous ne pourrons les voir que lorsque les résultats seront disponibles", a écrit Fan. 

"Mon enfant a étudié très dur", a-t-il ajouté. "Je ne peux pas l'accepter".

Pas d'explication officielle 

Les magasins à côté de l'école étaient pour la plupart fermés dimanche matin, tandis qu'une petite clinique située dans une cour en ruine était vide.

Quelques habitants vaquaient à leurs occupations dans les rues et des enfants jouaient pendant que les voitures de police faisaient des rondes autour de la zone fermée.

Des passants s'arrêtaient pour observer le site.

Au moins une personne liée à l'école a été arrêtée, a rapporté samedi l'agence Chine nouvelle.

Aucune explication officielle sur la cause de l'incendie meurtrier n'a encore été fournie, alors que certains médias nationaux suggèrent qu'un appareil de chauffage électrique a pris feu.

Le village de Yanshanpu se trouve dans la périphérie de Nanyang, une ville de près de dix millions d'habitants située à environ 850 kilomètres à l'ouest de Shanghai.

Peu d'informations sur l'internat sont disponibles, à part des vidéos publiées sur les réseaux sociaux qui montrent de jeunes enfants, notamment de maternelle, portant des blouses avec le logo de l'école, ainsi que des enfants plus âgés apprenant la calligraphie.

Des responsables locaux ont tenu une réunion samedi sur l'incendie et les mesures de sécurité à prendre à l'avenir. "La vie prime avant tout et une réponse rapide est nécessaire",indique un compte-rendu de la réunion publié par la radio et télévision de Nanyang dimanche.

Les autorités se sont engagées à "apporter un réconfort émotionnel aux familles des victimes", à "les indemniser", et demandent que la cause de l'incendie soit "rapidement identifiée", selon le communiqué.

Les incendies et autres accidents mortels sont fréquents en Chine en raison de laxisme concernant l'application des normes de sécurité.

En novembre, 26 personnes sont mortes et des dizaines d'autres ont été hospitalisées après un incendie dans les bureaux d'une société de production de charbon dans la province du Shanxi (nord). 

Le mois précédent, une explosion dans un restaurant du nord-ouest de la Chine avait fait 31 morts et incité les autorités à s'engager dans une campagne nationale pour promouvoir la sécurité sur le lieu de travail.

En avril, un incendie dans un hôpital à Pékin a fait 29 morts et poussé des survivants désespérés à sauter par les fenêtres pour s'échapper.

le Lundi 22 Janvier 2024 à 07:50 | Lu 289 fois