Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Chikungunya: près de 875.000 cas dans les Caraïbes et les Amériques



Chikungunya: près de 875.000 cas dans les Caraïbes et les Amériques
Paris, France | AFP | samedi 22/11/2014 - Près de 875.000 personnes seraient touchées par le chikungunya dans 40 territoires des Caraïbes et des Etats d'Amérique (centrale et du Sud) ainsi que les Etats-Unis, a-t-on appris samedi auprès de la Cellule interrégionale d'épidémiologie (Cire) de l'Institut de Veille sanitaire (InVS).

Généralement centrée sur les départements français, la Cire offre dans son dernier bulletin, avec des données jusqu'au 18 novembre, un bref tableau de la situation dans l'ensemble de la zone géographique. Le bilan global recense "près de 875.000 cas cliniquement évocateurs dont au moins 14.704 confirmés biologiquement".

Si l'épidémie est partie de Saint-Martin en décembre 2013, elle a, en moins d'un an, gagné toutes les îles de la mer des Caraïbes et pris pied sur le continent: la Floride (Etats-Unis), tous les états de l'Amérique centrale et les pays d'Amérique du Sud ayant une façade maritime avec la Caraïbe ont recensé des cas autochtones c'est-à-dire transmis localement et on plus seulement "importé" par une personne revenant d'une zone d'épidémie.

"Le Mexique rapporte pour la première fois cette semaine un cas autochtone dans le sud du pays", signale l'InVS.

Pour les cinq territoires français, où la surveillance épidémiologique est étroite grâce aux système hospitalier et au réseau de "médecins sentinelles", la situation est contrastée. Au total, plus de 165.000 personnes ont été touchées par ce virus et 138 sont mortes de la conjonction du chikungunya et d'autres pathologies qui les avaient affaiblies.

En Guadeloupe, "les indicateurs montrent une décroissance généralisée du nombre de cas de chikungunya" qui s'élèvent à 80.962 (et 59 décès) depuis le début de l'épidémie.

La Martinique est aussi "en phase de décroissance de l'épidémie". 70.860 cas ont été enregistrés ainsi que 76 décès.

A Saint-Martin, "la circulation virale reste active mais modérée" avec un total de 4.564 cas enregistrés et 3 décès.

"Depuis trois semaines, le nombre de cas vus par les généralistes est en augmentation", note la CIRE. "L'activité médicale ayant été perturbée par le cyclone Gonzalo, il est possible que la diminution observée pendant cette période soit liée à cet événement" qui a frappé l'île le 13 octobre, souligne l'Institut.

A Saint-Barthélemy également, Gonzalo pourrait avoir créé une "diminution provisoire" du nombre de nouveaux cas. Ces derniers augmentent les deux dernières semaines et "dépassant les valeurs atteintes depuis le mois de mars", souligne la CIRE. L'île totalise à ce jour 1.156 cas et aucun décès.

En Guyane, territoire touché en dernier, l'épidémie se poursuit et les derniers chiffres communiqués il y a une semaine faisaient état de 7.500 cas soit 3% de la population.

Comme annoncé par les autorités, les pulvérisations de malathion ont débuté mardi. Cet insecticide controversé car étant un neurotoxique doit permettre de tuer les moustiques adultes, vecteurs du virus.

"Pour l'instant, les villes concernées ont été celles de Cayenne, Kourou, Matoury, Rémire-Montjoly et Saint-Laurent du Maroni", a indiqué à l'AFP Sandrine Chantilly, directrice de la démoustication et des actions sanitaires au Conseil général de Guyane.

"Cette situation évoluera parallèlement à l'évolution des indicateurs épidémiologiques géolocalisés", a précisé Mme Chantilly.

Quant à la formation des agents chargés de l'épandage, la responsable a rappelé que "le malathion ayant été utilisé pendant de très nombreuses années en Guyane et ailleurs en France (..) les agents ont donc déjà toutes les connaissances requises pour l'utilisation d'un tel produit".

De plus, "des sessions de réactivation des connaissances ont été réalisées", a-t-elle assuré, ainsi que des "sessions pratiques avec du malathion".

La population est informée du passage de la "baygonneuse", nom donné localement au véhicule d'épandage

Rédigé par () le Samedi 22 Novembre 2014 à 08:11 | Lu 359 fois






Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Décembre 2020 - 04:54 Covid-19: 2021, stop ou encore ?

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies