Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Ce que nous réserve l’année 2020



Tahiti, le 1er janvier 2020 - Tahiti Infos  vous propose une sélection de la rédaction des événements qui marqueront l’année 2020 et des annonces faites pour l’année à venir.
 

Les élections municipales en mars 2020, Macron en avril

Les prochaines élections municipales sont programmées les 15 et 22 mars 2020 dans les 48 communes de Polynésie française.
 
Les 195 600 électeurs inscrits en Polynésie française sont convoqués les dimanches 15 et 22 mars prochains pour le scrutin des élections municipales 2020. Cette année, 1062 conseillers municipaux seront renouvelés dans les 48 communes du fenua.  
La date limite pour s’inscrire sur les listes électorales est fixée au 7 février prochain. La date limite de dépôt des candidatures est le 27 février.
Cette année, le mode de scrutin est modifié, compte tenu de la réforme du code électoral intervenue en 2016.
Pour les communes de plus de 1000 habitants, le mode de scrutin sera celui de listes avec parité stricte, à deux tours avec l’application de la règle de répartition à la plus forte moyenne.
Les sièges par commune associée seront répartis de manière proportionnelle, en fonction de la population municipale, et avec l’application de la règle de répartition à la plus forte moyenne. Autre nouveauté introduite par la loi : toutes les communes de 1 000 habitants et plus, composées de communes associées, auront désormais un mode de scrutin de liste à la représentation proportionnelle pour l’ensemble de la commune. A noter que cette liste aura dû être composée alternativement d’un candidat de chaque sexe, au sein de chaque section.
L’élection des conseillers municipaux dans les communes de moins de 1000 habitant se déroulera sur le principe du scrutin majoritaire plurinominal à deux tours.

Le mois d'avril sera ensuite marqué par la visite du Président de la République, Emmanuel Macron, puis par l'organisation d'un "One planet summit" en Polynésie française.

Les sénatoriales en septembre

Traditionnellement les élections sénatoriales se déroulent en Polynésie la même année que les municipales. Les deux prochains sénateurs du fenua seront élus jusqu’en 2026.

La date n’est pas encore officiellement fixée, mais les prochaines élections sénatoriales devraient avoir lieu fin septembre 2020, dans les deux circonscriptions de Polynésie française.
Elus lors des élections partielles de mai 2015, les sénateurs de Polynésie française sont Nuihau Laurey et Lana Tetuanui, tous deux apparentés au Tapura Huiraatira.
Les prochains sénateurs élus seront chargés de représenter la Polynésie à la chambre haute du Parlement jusqu’en 2026. Ils seront élus au scrutin uninominal majoritaire à deux tours par un collège d'élus, les "grands électeurs", issus de la circonscription qu'ils représentent. Le corps électoral sera composé des 5 parlementaires, des 57 représentants à l’Assemblée de la Polynésie française et des 1062 conseillers municipaux du fenua.

Augmentation des cotisations sociales au 1er janvier

Ce que nous réserve l’année 2020
Les cotisations sociales des salariés sont en légèrement augmentation à compter du 1er janvier 2020.
 
Les taux de cotisations sont en augmentation à compter du 1er janvier 2020. La cotisation au titre de l’assurance maladie est globalement réévaluée de 0,66% et passe de 16,29% à 16,95%. La quote-part patronale est augmentée de 0,44% pour atteindre 11,3%, tandis que la part prise en charge par le salarié augmente de 0,22% à 5,65%.
La cotisation au fonds social de retraite est augmentée de 0,03% pour atteindre 0,54%. Le taux de cotisation au titre des prestations familiales est augmenté de 0,09% dans la plupart des branches professionnelles déjà concernées pour atteindre 3,33%.
En ce qui concerne la cotisation pour le fonds de retraite de la tranche A, l’augmentation à compter de 2020 est de 0,64% pour atteindre le taux de 22% assumé pour les deux tiers par l’employeur et pour un tiers par le salarié.
En 2020, le taux de cotisation pour la tranche A est réévalué à la hausse pour la sixième année consécutive, avec une hausse globale de +3,75%.
Le taux de cotisation pour le fonds de retraite de la tranche B reste inchangé au 1er janvier  2020 à 17,43%, pour la part des salaires comprise entre 259 000 Fcfp et 518 000 Fcfp.

Hausse des durées de cotisation retraite

Comme le prévoit la réforme du système paramétrique des retraites, en application depuis le 1er juillet dernier, l’âge légal pour prendre sa retraire (tranche A) est porté à 60 ans et 6 mois dès le 1er janvier 2020. La durée de cotisation suffisante est portée de 35 ans à 35 ans et 9 mois (429 mois) pour les salariés ayant atteint l’âge de 57 ans. La durée minimale d’assurance est augmentée de 5 ans et passe de 25 à 30 ans.

​Les mobiles interdits à l’école dès la rentrée prochaine

Ce que nous réserve l’année 2020
La réglementation locale interdisant les téléphones portables dans les établissements scolaires doit entrer en application dès la rentrée scolaire d’août 2020.
 
L'utilisation par un élève des téléphones mobiles et autres équipements audio, connectés ou terminaux de communications électroniques sera interdite dès la rentrée d'août 2020 dans tous les établissements de la maternelle au collège. Outre dans les écoles et collèges, cette nouvelle réglementation adoptée en avril dernier à Tarahoi prévoit d'interdire ces équipements dans les centres d’éducation aux technologies adaptées au développement (Cetad), les groupements d’observation dispersés (GOD) et les Centres de jeunes adolescents (CJA).
Pour les élèves contrevenants, la confiscation des appareils est permise pour les personnels de direction, d’enseignement, d’éducation ou de surveillance tout en limitant la garde matérielle dans le temps. Les modalités de confiscation et de restitution des appareils devront être établies au règlement intérieur de chaque établissement. Les lycées ne sont pas concernés par cette interdiction. Chaque établissement aura la possibilité de restreindre l'utilisation de ces équipements connectés dans ses locaux par le biais de son règlement intérieur.

Quelques rendez-vous avec la justice

Procès en appel de l’affaire Barbion

Le procès de l’homme d’affaires Thierry Barbion, de Marc Ramel et Sabine Boiron aura lieu ce mois-ci devant la cour d’appel de Papeete.
Thierry Barbion a été condamné en août dernier à quatre ans de prison ferme assortis d’un mandat de dépôt, pour recours à la prostitution de mineur. L’ancienne institutrice Sabine Boiron, à laquelle il était reproché d’avoir prostitué des jeunes filles mineures auxquelles elle fournissait de l’ice, a écopé de sept ans de prison ferme. Les autres prévenus ont été condamnés à des peines comprises entre 6 mois et 6 ans de prison ferme.
Depuis ce procès, Thierry Barbion et Marc Ramel ont été libérés. Sabine Boiron est, quant à elle, restée en détention. L’affaire sera jugée en appel à la fin du mois de janvier.
 

Délibéré du procès en appel du crash d’Air Moorea

Le délibéré du procès en appel de l’affaire du crash d’Air Moorea est attendu pour le 23 janvier.
En novembre dernier, les avocats de la défense ont tous plaidés la relaxe au procès en appel du crash d’Air Moorea, en soulignant  les "incertitudes" et les "hypothèses" qui jalonnent selon eux le dossier. Après deux semaines de débats, la cour a mis son jugement en délibéré au 23 janvier.
 A l’issue d’un réquisitoire de près de 2h30 le 26 novembre, l’avocat général a demandé à la cour de reconnaître que l’accident du vol d’Air Moorea –qui rappelons-le avait causé la mort de 20 personnes le 9 août 2007– est dû à la rupture du câble de cabrage du Twin Otter, peu après le décollage. Cette défaillance matérielle est la conséquence, selon l’accusation, de "négligences" dans le système de maintenance de la compagnie aérienne.
L’avocat général a requis la condamnation pour homicide involontaire à l’encontre des huit prévenus, responsables techniques, administratifs d’Air Moorea, et des autorités chargées du contrôle à l’aviation civile, pour avoir pris part à un "schéma d’ensemble" dans lequel ils "ne peuvent pas prétendre avoir ignoré que leurs négligences faisaient courir un risque aux usagers de la compagnie".
 

Procès en appel de l’affaire Erima
 
Le procès en appel de l’affaire de la citerne de Erima aura lieu en 2020. Pour l’instant la date de l’audience n’est pas fixée.
Dans ce dossier Gaston Fosse, Edouard Fritch, et les sœurs Hilda Chalmont et Olga Anderson sont condamnés pour détournement de fonds publics ou recel de détournement. Tous ont fait appel de leurs condamnations.
Le président Edouard Fritch a fait appel de sa condamnation à 5 millions de Fcfp d’amende et 46,3 millions de Fcfp de dommages et intérêts pour "détournement de fonds publics " dans ce dossier. Avant lui, le principal prévenu de l’affaire, l’ancien président Gaston Flosse, avait sans surprise lui-aussi relevé appel du jugement du tribunal correctionnel le condamnant à 2 ans de prison avec sursis, 10 millions de Fcfp d’amende et 3 ans d’inéligibilité. L’ancienne élue Tahoeraa à l’assemblée, Hilda Chalmont, et sa sœur Olga Anderson ont décidé de contester leurs condamnations respectives à 10 et 5 millions de Fcfp en appel.
Dans cette affaire, Gaston Flosse et Edouard Fritch sont accusés, en qualité d’anciens et actuels maires de Pirae, d’avoir fait supporter la charge de la distribution en eau au domicile du leader du Tahoeraa à Erima par les administrés de Pirae.

Ce que réserve 2020 pour le Village Tahitien

Vue d'illustration (C. TNAD).
Vue d'illustration (C. TNAD).
On devrait connaître en 2020 les candidats choisis par le Pays pour la réalisation les 6 hôtels du complexe touristique Village Tahitien. Le cabinet d’architectes chargé de la conception du futur Centre des congrès sera connu fin juin.
 
Plusieurs annonces sont attendues courant 2020 dans le cadre du projet de complexe touristique Village tahitien (ex-Mahana Beach), envisagé depuis six ans sur une emprise foncière de 39 hectares, à Outumaoro, afin de renforcer l’offre d’hébergement de Tahiti, au sein d’un pôle majeur d’attraction touristique.
Après l’échec avec le groupe néo-zélandais Kaitiaki Tagaloa incapable de réunir les fonds nécessaires pour la construction des hôtels de ce complexe touristique, une nouvelle consultation a été lancée en septembre dernier pour choisir l’attributaire des six lots d’hébergements, sur les 16 du projet que compte ce projet Village tahitien.
La date limite de remise des offres étaient fixée au 16 décembre de cette année mais semble avoir été reportée au 6 janvier 2020. Après sélection par Tahiti Nui Aménagement et Développement des candidats finalistes, une phase de dialogue compétitif s’ouvrira avec à la clé le choix définitif d’un lauréat.
C’est, en attendant, courant juin 2020 que sera annoncé le choix du cabinet d’architectes chargé de la conception du Centre de congrès en projet sur le plateau de quatre hectares qui domine le littoral de Outumaoro. Le site prévoit l’aménagement de trois salles de spectacle, dont une de 3 000 places, et d’un parking de 1 500 places.

Le chantier de la ferme aquacole de Hao lancé avant juin ?

Le lancement des travaux de construction de la ferme aquacole de Hao est annoncé pour le premier semestre 2020, par les investisseurs chinois de Tahiti Nui Ocean Foods.
 
Si ce planning  est respecté cela fera huit ans que ce projet est annoncé sur l'atoll de Hao. Wang Cheng, président de la société Tian Rui International Investment (TRII), a affirmé sa détermination de concrétiser le projet de ferme aquacole à Hao au cours du premier semestre 2020, lors d’une entrevue avec Edouard Fritch, le 19 décembre dernier à Papeete.
Avec l’obtention des différents permis de construire, le président Edouard Fritch a souligné son souhait de voir le chantier débuter au plus tôt, alors que les investisseurs chinois assurent que les processus de production et de commercialisation sont désormais prêts et finalisés.
Depuis 2016, les investisseurs chinois de ce projet assurent vouloir produire à terme 50 000 tonnes de mérous d'élevage par an, à partir de Hao et des atolls voisins, pour un marché à l’exportation.
Une convention signée avec le Pays prévoit qu’à terme 90% des emplois liés à cette activité de production seront assurés par des Polynésiens. L’investissement a été annoncé à 31,9 milliards de Fcfp pour la réalisation de ce vaste projet de ferme aquacole aux Tuamotu.

​Islands Airline : concurrence dans le ciel du fenua

Ce que nous réserve l’année 2020
La compagnie Islands Airline pourrait entrer en exploitation fin 2020, en concurrence avec Air Tahiti sur plusieurs destinations aérienne de Polynésie française.
 
Selon nos informations la compagnie Islands Airline envisage d’opérer ses premiers vols intra-polynésiens dès la fin 2020.
La compagnie aérienne envisage dorénavant d’exploiter une flotte composée d’un jet Embraer E175 et de deux turbopropulseurs Bombardier Q400, lui permettant d’atterrir sur des pistes plus courtes. Elle a obtenu en novembre dernier l’autorisation de desservir Bora Bora, Raiatea et Huahine, Nuku Hiva et Hiva Oa, Rangiroa, Fakarava, Tikehau, Hao,Tubuai, Rurutu et Raivavae. Elle prévoit également l’ouverture d’une ligne régulière à destination de Rarotonga, aux îles Cook.

Afin de permettre l’arrivée de ce concurrent à Air Tahiti sans mettre en péril le modèle économique de la compagnie aérienne traditionnelle, le Pays prévoit la création d’un fonds spécial de péréquation en 2020 qui permette d’accompagner les attributaires de lignes aériennes sous obligation de service public et compenser financièrement les déficits structurels tout en favorisant le désenclavement de la population dans les îles éloignées. Ce Fonds de continuité territoriale du transport aérien interinsulaire (FCTAI) facilitera l’abaissement du coût des billets du transport aérien dans les zones où la concurrence pourrait s’exercer librement.
Dans le cas d’une mise en place de ce FCTAI en 2020, le budget estimatif minimal serait de 800 millions de Fcfp. Ce fonds sera logé dans un compte spécial ad hoc à créer dès mise en œuvre de la concurrence.

Rédigé par Jean-Pierre Viatge le Jeudi 2 Janvier 2020 à 12:00 | Lu 3449 fois





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 1 Juillet 2020 - 22:32 Flosse prône l'indépendance, Temaru n'y croit pas

Mercredi 1 Juillet 2020 - 21:30 Philip Schyle dénonce une "tricherie"

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Coronavirus