Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Carnet de voyage - Les “fleurs du sel” de Fakarava (1re partie)



Carnet de voyage - Les “fleurs du sel” de Fakarava (1re partie)
FAKARAVA, le 13 août 2016. Classé “réserve de la biosphère”, l’atoll de Fakarava est un paradis pour les plongeurs, mais aussi pour tous ceux qui aiment la Nature. A travers une promenade sur cet atoll, c’est la flore des Tuamotu que Tahiti Infos vous propose de découvrir aujourd’hui et la semaine prochaine.

Pour nous suivre dans cette petite excursion, il ne vous faut pas grand-chose : une tranche d’atoll sauvage (du lagon à l’océan, sur une centaine de mètres de large ; facile à trouver à Fakarava), des sandalettes en plastique, un chapeau et un sac contenant de la crème à bronzer (fort indice de protection) et de l’eau.

Un coin sauvage du secteur

L’idéal est de vous faire poser par bateau au “secteur”, dans un coin sauvage, où vous ne risquez pas de rencontrer âme qui vive, et surtout là où la végétation est encore vierge de toute attaque humaine. Notre propos, à travers quelques photos sur ces deux pages, est de vous permettre de découvrir en famille la flore halophile, c’est-à-dire la végétation qui supporte sans mal le soleil, le vent, mais aussi et surtout le sel. Essayez d’arroser une plante d’appartement avec un seau d’eau de mer et vous verrez le résultat : la mort est assurée. Or, sur les atolls, les plantes n’ont à se mettre sous la dent qu’un cocktail d’une désespérante pauvreté et d’une terrible monotonie : du sel, du corail mort et du sable.

Chasse aux sels minéraux

Comment font-elles pour vivre dans de telles conditions, là où même le plus endurci des cactus ne tiendrait pas une semaine ?
Le secret de ces plantes est de savoir tirer de leur milieu ambiant très austère suffisamment de sels minéraux et d’humidité.

Rappelez-vous vos lectures concernant les atolls : sous le sable de leur anneau, on trouve une lentille d’eau saumâtre, pas vraiment potable, à l’odeur d’œuf pourri. C’est elle la principale source d’humidité des plantes que nous allons découvrir.

Quant aux sels minéraux, hormis le vrai sel (le chlorure de sodium), il n’y en a guère dans le sous-sol des atolls ; ou du moins il y en a, mais très peu, noyés dans le sable. Qu’à cela ne tienne, le réseau de racines de la plupart de ces plantes s’est donc considérablement allongé pour aller débusquer ces sels minéraux indispensables à la vie là où ils se trouvent. Ce qui fait que les plantes que nous vous présentons aujourd’hui sont souvent impossibles à transplanter ; on ne peut pas les déterrer, on ne peut que les arracher à leur substrat, opération qui entraîne bien souvent leur mort rapide.

Extrême déshydratation

Autre problème que ces plantes ont eu à résoudre, l’extrême déshydratation dont elles sont victimes, exposées en permanence au soleil et aux vents marins : très souvent, elles ont réduit la dimension de leurs feuilles au strict minimum (exemple le miki miki), ce qui limite l’évaporation.
Autre astuce, le développement sur leur surface d’un petit duvet appelé pilosité foliaire.

Enfin quelques-uns de ces végétaux ont recours au stockage d’eau dans leurs tiges, leurs feuilles charnues et leurs racines (un peu comme les cactus).

Votre découverte ? Partez du lagon et rejoignez l’océan. En prenant votre temps, car outre la flore à découvrir, la faune (bernard-l’hermite, kaveu, oiseaux marins) est, elle aussi, beaucoup plus riche qu’on ne l’imagine. Une seule consigne, la découvrir avec respect et humilité. Ces plantes vivant dans un milieu extrême sont un peu ce que sont les edelweiss aux Alpes et aux Européens. On regarde, on photographie, mais on n’abîme pas.

Textes et photos : Daniel Pardon

Carnet de voyage - Les “fleurs du sel” de Fakarava (1re partie)

Carnet de voyage - Les “fleurs du sel” de Fakarava (1re partie)

Des fleurs modestes

Quand vous sillonnerez votre tranche d’atoll, du lagon à l’océan, à travers une brousse souvent difficile à pénétrer, vous remarquerez que les fleurs des plantes présentes sont souvent très petites. Sur un atoll, pas d’oiseaux-mouches, peu d’insectes, pas de chauve-souris. Inutile donc, pour une plante, de produire une fleur attirante, puisqu’il n’y a rien ni personne à attirer. De plus, la force du vent est telle qu’une belle corolle n’y résisterait pas. Sans parler des embruns salés brûlants.


La semaine prochaine, 2e partie des “Fleurs du sel” avec nos bonnes adresses à Fakarava

Les plants de vaianu (Lapoertea ruderalis) forment de petits massifs verts et grenat.
Les plants de vaianu (Lapoertea ruderalis) forment de petits massifs verts et grenat.

Fleurs (très parfumées) et fruits de Guettarda speciosa, le tafano ou kahaia.
Fleurs (très parfumées) et fruits de Guettarda speciosa, le tafano ou kahaia.

L’inévitable miki miki (Pemphis acidula) capable de vivre très près de l’océan, en plein vent, les pieds dans le sel.
L’inévitable miki miki (Pemphis acidula) capable de vivre très près de l’océan, en plein vent, les pieds dans le sel.

Les petites corolles du vavai (Triumfetta procumbens), liane rampante.
Les petites corolles du vavai (Triumfetta procumbens), liane rampante.

La fleur du tou (Cordia subcordata), dont le bois fait le bonheur des sculpteurs.
La fleur du tou (Cordia subcordata), dont le bois fait le bonheur des sculpteurs.

Ces petites euphorbes (Euphorbia heterophylla) se contentent de très peu d’eau et d’un sol médiocre.
Ces petites euphorbes (Euphorbia heterophylla) se contentent de très peu d’eau et d’un sol médiocre.

Fleurs de pohue miti, appelé aussi pipi tatahi, ou liseron de mer, poussant en bord de plage (Ipomoea pes-caprae).
Fleurs de pohue miti, appelé aussi pipi tatahi, ou liseron de mer, poussant en bord de plage (Ipomoea pes-caprae).

Les fleurs de naupata ou gapata (Scaevola taccada) sont typiques, avec leur demie corolle en forme de main.
Les fleurs de naupata ou gapata (Scaevola taccada) sont typiques, avec leur demie corolle en forme de main.

Le pourpier, pokea ou aturi (Portulaca lutea) est une excellente source de vitamines.
Le pourpier, pokea ou aturi (Portulaca lutea) est une excellente source de vitamines.

L’incontournable tiare Tahiti (Gardenia taitensis) sait, dans les atolls, se contenter de sable pour sa croissance.
L’incontournable tiare Tahiti (Gardenia taitensis) sait, dans les atolls, se contenter de sable pour sa croissance.

Bosquets de fleurs de atoto (Euphorbia atoto)
Bosquets de fleurs de atoto (Euphorbia atoto)

Rédigé par Daniel PARDON le Samedi 13 Août 2016 à 20:09 | Lu 2944 fois






1.Posté par hotutea le 14/08/2016 11:26 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour Daniel et merci pour ce rappel. Ce sont surtout ces plantes et ces arbres qu'il nous faut planter le long de nos plages, tout autour de nos iles d'abord pour nous protéger de l'augmentation du niveau de l'océan et, pour la beauté de
nos plages. Te ie te ohipa faufa'a roa na o'e e, no to o'e pupu poritita ia faa oti. E tiho puta...
Merci pour la suite.

2.Posté par Le Vieux le 14/08/2016 12:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Merci Monsieur Pardon Daniel pour vos articles sur la Polynésie. Ils sont splendides et nous apprennent beaucoup. Ils m'aident a faire connaitre la Polynésie sur ma page Facebook. Encore merci. Lorsque vous nous avez fait découvrir les îles Australes, vous avez oublié (sourires) l'île de Tubuai. A moins que cela soit moi qu'y l'ai loupé. Auquel cas je m'en excuse. Merci .

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Décembre 2018 - 12:20 Carnet de voyage - Dans les cimetières de Rimatara

Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies