Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49



Cancer de la peau: l'ablation des ganglions n'a pas d'effets bénéfiques



Washington, Etats-Unis | AFP | mercredi 07/06/2017 - Retirer les ganglions à proximité de la tumeur chez des malades atteints d'un mélanome, un cancer agressif de la peau, ne prolonge pas leur durée de vie, indique une étude clinique publiée mercredi dans la revue médicale américaine, New England Journal of Medicine.

Actuellement, dès le diagnostic de mélanome établi, les ganglions autour de la tumeur sont souvent enlevés et font l'objet d'une biopsie pour déterminer si le cancer a commencé à se propager.

Cette étude, menée avec plus de 1.900 malades atteints d'un mélanome, est la plus étendue faite à ce jour pour évaluer cette procédure et son impact sur les chances de survie, comparé aux patients n'ayant pas subi cette intervention.

"Les résultats de cette étude vont se traduire par une nette diminution du nombre d'interventions dans le monde pour retirer les ganglions près de la tumeur", prédit le Dr Mark Faries, co-directeur du programme sur le mélanome et de chirurgie du cancer associé à l'Institut de recherche du centre médical Cedars-Sinai, à Los Angeles.

"Ces résultats vont probablement affecter dans l'avenir la conception d'un grand nombre d'essais cliniques sur le mélanome ainsi que des thérapies contre ce cancer", a-t-il ajouté.

"Cette nouvelle approche va permettre aux malades d'éviter des effets secondaires importants résultant de cette intervention chirurgicale et clarifie aussi les choses pour la mise au point de nouveaux traitements", estime le Dr Omid Hamid, patron de la recherche en immuno-oncologie et co-directeur du programme des cancers cutanés au centre médical Cedars Sinai.

Le Dr Faries relève toutefois que l'ablation des ganglions peut avoir certains avantages cliniques en permettant aux médecins de mieux évaluer avec une biopsie l'étendue de la propagation de la tumeur et déterminer la durée pendant laquelle le cancer cesse de se propager.

Près de 25% des patients subissant une ablation des ganglions souffrent de lymphœdème, un gonflement d'une partie plus ou moins importante du corps à la suite d'une accumulation de liquide lymphatique dans les tissus conjonctifs, alors que la proportion n'est que de 6% dans le groupe des malades qui n'ont pas fait l'objet de cette opération, montre cette étude.

js/kal


Rédigé par () le Mercredi 7 Juin 2017 à 15:36 | Lu 505 fois




Culture et Patrimoine | carnets de voyage | Journal des enfants | Les recettes | People | Actualité Santé | Environnement | Technologies