Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49

Bureau de Veille sanitaire : la leptospirose en légère hausse



Bureau de Veille sanitaire : la leptospirose en légère hausse
PAPEETE, le 19 février 2018 - Avec les fortes pluies arrivent généralement toute une série de maladies, virus et infections, ainsi le bureau de veille sanitaire livre son rapport pour les semaines du 29 janvier au 11 février et constate une légère hausse du nombre de cas de leptospirose.

Les pluies actuelles et leurs conséquences sur la salubrité des habitats (inondations, boue, détritus, coupure d’eau…) sont favorables à la transmission d’agents infectieux pouvant être responsables de la dengue, de la leptospirose, de gastro-entérites. Ces risques persistent même après l’amélioration des conditions climatiques.

RECOMMANDATIONS GENERALES
• Ne marchez pas pieds nus dans la boue et dans des eaux susceptibles d’être souillées
• Ne vous baignez pas à la rivière ou aux embouchures
• Désinfectez rapidement toute blessure au niveau de la peau
• Lavez-vous les mains fréquemment, gardez une peau propre
• Assurez-vous que l’eau que vous consommez est potable :
o buvez de l’eau embouteillée
o faites bouillir l’eau du robinet pendant 10 à 15 minutes
o si vous récupérez de l’eau des fontaines publiques ou chez des personnes, utilisez des contenants propres et uniquement pour contenir de l’eau (bouteilles, bonbonnes d’eau…). Ces eaux doivent être bouillies pendant 10 à 15 minutes avant de les consommer.
• Cuisez bien les aliments avant de les consommer
• Contre les piqûres de moustiques, appliquez un répulsif cutané efficace. Utilisez des diffuseurs insecticides, des raquettes électriques, des moustiquaires de lits…
• Recherchez et éliminez les gîtes larvaires au moins une fois par semaine : eaux stagnantes, seaux à boutures, vases, souspots, récipients, pneus, gouttières, caniveaux…
• En cas de fièvres brutales, de douleurs musculaires ou articulaires, n’attendez pas pour consulter un médecin.
Redoublez de vigilance pour les personnes fragiles : personnes âgées, bébés et enfants, femmes enceintes, malades chroniques.


LEPTOSPIROSE

Dix cas ont été déclarés durant les semaines 5 et 6. Cinq d’entre eux ont pu être investigués : à chaque fois le facteur de risque identifié était le jardinage ou le fa’a’apu. Les cas déclarés se trouvaient à Tahiti, Moorea, Raiatea, Tahaa et Huahine.

Recommandations –
-le jardinage / fa’a’apu est un facteur de risque de la leptospirose.
-Porter des gants et des chaussures fermées, surtout lorsqu’il pleut
-porter des bottes / cuissardes lors de la pêche en eau douce
-protéger les plaies avec un pansement imperméable
- limiter tous les contacts avec la boue et l’eau douce trouble : ne pas marcher pieds-nus ou en savates dans les flaques et eaux stagnantes, ne pas se baigner en eau trouble et aux embouchures des rivières
- dératiser et contrôler la pullulation des rongeurs par la gestion des déchets
- après une exposition à risque, laver et désinfecter les plaies - consulter un médecin en urgence dès les premiers signes.

DENGUE

Le nombre de cas confirmés par les laboratoires s’élevait à 34 (17 cas en semaine 5 et 17 cas en semaine 6). Les cas confirmés étaient localisés à Bora Bora, Raiatea, Tahiti. Un cas a été diagnostiqué à Rurutu mais a été possiblement contaminé à Tahiti. Parmi ces 34 cas confirmés :
- 44 % étaient des enfants de moins de 15 ans
- 21 cas ont été sérotypés DENV-1
- aucun n’a été hospitalisé.

Lutte contre la dengue
– élimination des gîtes larvaires en supprimant ou protégeant toute zone de stagnation d’eau douce une fois par semaine
- utilisation de moyens de protection individuelle : répulsifs anti-moustiques, moustiquaires…
Prévention du sérotype 2
En Polynésie Française, la dernière épidémie liée au sérotype 2 date de 1996, puis ce sérotype a ensuite circulé jusqu’en 2000. Une grande partie de la population n’est donc pas immunisée contre le virus. La réintroduction du virus au Fenua pourrait entraîner une épidémie.
La Polynésie française est actuellement à risque particulier d'introduction de la dengue de type 2 du fait que ce virus circule dans plusieurs îles du Pacifique.
La Direction de la Santé invite les personnes à consulter rapidement un médecin en cas de fièvre supérieure à 38,5°C d’apparition brutale et de douleurs musculaires et articulaires. La consultation permettra de confirmer le diagnostic et de déclencher l’ensemble des mesures de lutte contre les moustiques porteurs du virus sur le terrain.


DIARRHEE

Le nombre de cas déclarés s’élève à 109 (63 cas en semaine 5 et 46 cas en semaine 6) dont 37 % d’enfants de moins de 4 ans. L’activité est stable par rapport à la quinzaine précédente.
Les toxi-infections alimentaires collectives (TIAC) doivent être déclarées au Bureau de veille sanitaire (BVS).

Recommandations
- lavage des mains fréquent, et notamment après être allé aux toilettes.
- dans l’entourage d’une personne malade, nettoyage et désinfection des toilettes et des poignées de portes chaque jour.-
- en cas diarrhées et/ou vomissements, réhydrater la personne et consultez un médecin.

GASTRO-ENTERITE A SALMONELLE

Durant cette quinzaine, 3 cas confirmés de salmonellose ont été déclarés.

Recommandations
- Hygiène : lavage des mains après être allé aux toilettes.
- La consommation de plats préparés doit respecter les chaînes du chaud (maintenir à +65°C avant de les servir) et du froid (entre +0°C et +4°C).
- Les volailles doivent être consommées bien cuites.
- Les oeufs doivent être consommés de préférence bien cuits. Les préparations à base d’oeufs non cuits doivent être réalisées avec des oeufs dont la provenance est connue, le moins longtemps possible avant leur consommation et maintenues à +4°C.


GRIPPE

L’épidémie de grippe A(H3N2) est terminée. En semaines 5 et 6 ont été rapportés :
- 83 cas par les médecins du réseau sentinelle
- 1 prélèvement positif de grippe B.
L’épidémie de grippe A(H3N2) qui a pris fin en semaine 2 s’est étendue sur 15 semaines et a comptabilisé 1 420 syndromes grippaux déclarés par le réseau de médecins sentinelles et 197 cas confirmés par les laboratoires.

Recommandations –
Tenir les personnes fragiles (âgées, en ALD = carnet rouge, obèses, femmes enceintes) à distance des personnes malades
- Dans les lieux publics, à proximité d’une personne visiblement malade, se détourner si elle tousse ou éternue
- Eternuer dans sa manche ou en se couvrant la bouche avec un mouchoir
- Se moucher dans un mouchoir à usage unique, puis le jeter à la poubelle
- Se laver les mains fréquemment, notamment après avoir éternué ou s’être mouché, et après être passé par des lieux très fréquentés (bus, salle d’attente…).

OTITE

Suite à des déclarations spontanées de cas groupés d’otite, le BVS a demandé aux médecins sentinelles de déclarer les otites vues en consultation à partir de la semaine 2. Durant cette quinzaine, 25 cas d’otites moyennes aiguës (OMA) et 2 cas d’otites externes ont été déclarés. Taravao recensait la majorité des cas d’OMA.

Prévention de l’otite

L’otite externe : bonne hygiène des conduits auditifs : éliminer le cérumen qui a coulé avec une simple mèche de coton.
-Ne jamais introduire de coton-tige ou d’instrument dans le conduit auditif lui-même.

L’otite moyenne aiguë: parfaite hygiène des fosses nasales : lavage au sérum physiologique, aspiration des mucosités chez le bébé.
- traitement efficace des allergies respiratoires qui favorisent les otites à répétition.

MENINGITE A EOSINOPHILE

Durant cette quinzaine, aucun cas n’a été confirmé.

Prévention de la méningite à éosinophile
- Eradiquer l’escargot Achatina fulica
- Contrôler la pullulation des rongeurs (rats) par la gestion des déchets.
- Eviter de consommer les crustacés crus et non préalablement congelés : chevrettes (notamment dans le Taioro), escargot, mollusque d’eau douce. Ils doivent être cuits ou congelés plus de 24 heures avant d’être consommés.
- Surveiller ce que les enfants mettent dans leurs bouches en évitant qu’ils jouent avec des escargots ou des limaces.
- S’assurer que les enfants se lavent les mains après avoir joué par terre.
- Laver soigneusement les végétaux et tout ce qui aurait pu être souillé.

Rédigé par Marie Caroline Carrère le Lundi 19 Février 2018 à 14:58 | Lu 1664 fois





Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués