Tahiti Infos
Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION, Fare Ute, immeuble SAT NUI BP 40160 98 713 Papeete Polynésie Française. Tel:40 43 49 49


Budget outremer : la dotation de l'Etat pour la Polynésie (DGA) remonte "à son niveau initial"



PARIS, le 28 septembre 2016 - La ministre Ericka Bareigts a présenté ce mercredi à Paris son projet de budget pour l'outremer en 2017. Un "équivalent fonds vert" sera créé pour financer la lutte contre le réchauffement climatique.

A l’approche de la campagne présidentielle, Ericka Bareigts s’est montrée combative lors de la présentation, ce mercredi à Paris, de son premier budget en tant que ministre des Outremer. "Chez moi, il n’y a que des bonnes nouvelles", a-t-elle résumé. Globalement, elle présente son budget comme "volontaire malgré les contraintes budgétaires" et en soutien à l’activité économique et à l’investissement. Elle souligne que son budget dépasse les deux milliards d’euros (238,6 milliards de Fcfp), ce que "le quinquennat précédent n’avait jamais fait", en ciblant Nicolas Sarkozy.

Pour la Polynésie, ce budget honore d’abord une promesse du président de la République. Lors de son discours prononcé à Papeete le 22 février dernier, François Hollande avait annoncé que la Dotation globale d’autonomie (DGA), serait "sanctuarisée dans le Statut" et rétablie à plus de 90 millions d’euros, alors que le ministère du Budget l’avait diminuée depuis quelques années. C’est confirmé, ce dotation au titre de la "dette nucléaire" après la fin des essais nucléaires en 1996, sera ramené "à son niveau initial", soit 90,5 millions d’euros (10,8 milliards de Fcfp).

Le budget alloué à la Polynésie augmente donc de 10 millions d’euros, "en lien avec la reconnaissance du fait nucléaire". Pour Ericka Bareigts, c’est "un geste fort et important que fait le gouvernement vis-à-vis des Polynésiens".

Ce projet de budget 2017 vient aussi confirmer un engagement pris lors de la Cop21, en décembre dernier. Le président de la Polynésie Edouard Fritch avait beaucoup milité auprès de l’Etat pour qu’un fonds Vert soit ouvert aux outremer français pour leur permettre de financer les investissements nécessaires pour faire face au réchauffement climatique et à la montée des eaux. L’ex ministre des Outremer, George Pau-Langevin avait émis des réserves, rappelant que ce fonds devait venir en aide aux pays en développement. Finalement, Ericka Bareigts a annoncé aujourd’hui "la création d’un équivalent Fonds vert" que l’Etat va abonder de 25 millions d’euros, ce qui doit permettre à l’AFD (Agence française pour le développement) de proposer 100 millions d’euros (12 milliards Fcfp) de prêts qui "devront permettre de lutter contre les effets du réchauffement climatique, et je pense en particulier à la Polynésie".

Nommée ministre il y a tout juste un mois, Ericka Bareigts va donc défendre un budget très largement préparé par sa prédécesseur George Pau-Langevin, les arbitrages ayant été rendus durant l’été. Mais elle précise à Tahiti-Infos qu’elle est parvenue à y apposer sa "touche" personnelle, en particulier sur la question de "l’équivalent Fonds vert".

La Polynésie pas éligible au Fonds vert de l’ONU

Le Fonds vert pour le climat est un mécanisme financier de l'Organisation des Nations unies, rattaché à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Il a pour objectif de réaliser un transfert de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables afin de mettre en place des projets dans le cadre de la lutte contre les effets des changements climatiques.

Le problème étant pour la Polynésie française, qu’en tant que collectivité française ultramarine, elle ne peut prétendre au bénéfice de cette aide, bien qu’avec ses 118 îles réparties sur une zone économique exclusive marine de 5 millions de km2, le Pays d’outre-mer se trouve directement exposé aux effets du changement climatique, et notamment l’élévation du niveau océanique. Cette situation se pose dans des termes similaires, vis-à-vis des règles du Fonds vert, pour le Groenland. Ce vaste territoire de l’Atlantique nord, directement atteint par les effets du changement climatique, victime d’une fonte massive de ses glaciers, est également pénalisé par un statut lui donnant des compétences élargies mais le liant encore aujourd’hui au royaume du Danemark, un pays considéré comme "développé" et donc non bénéficiaire du Fonds vert.

Un rapport publié en octobre 2015 par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) a évalué à 61,8 milliards de dollars les financements publics et privés mobilisés en 2014 pour le Fonds vert. Ce fonds constitué par les pays développés en faveur d’actions climatiques dans les pays en développement, a été créé en 2010 à l’issue de la conférence de Cancun et prévoit de mobiliser 100 milliards de dollars US (10644 milliards Fcfp au taux de change actuel, NDLR) par an d’ici à 2020. JPV

Rédigé par Serge Massau avec JPV le Mercredi 28 Septembre 2016 à 05:01 | Lu 2577 fois






1.Posté par paku le 28/09/2016 06:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

encore un mensonge de l'etat francais, la dotation initial est de 18 milliards cfp pas 10,8 milliards la france grosse menteuse c'est comme sa bombe propre selon de gaulle pompidou destaing mitterrand chivrac sarkozy le geullois et hollande pour la dga

2.Posté par emere cunning le 28/09/2016 07:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Hohoho "que des bonnes nouvelles" !!! Encore des promesses en ces veilles d'élections présidentielles, sans compter que cette dotation, désormais "sanctuarisée", n'a plus rien à voir avec celle initialement prévue et surtout dédiée à l'investissement. Bravo Temaru, GTS, Fritch-Laurey & co. Toutes ces balades à Paris pour ça !
90,5 MILLIONS D'EUROS contre 54 MILLIARDS D'EUROS pour leurs seuls 1244 comités "théodule" (re-remerci mon général), encore qu'il faille caser les petits copains avant les élections et qu'ils en créent en veux-tu-en-voilà sous le nez de leur Cour des comptes qui ne trouve rien à redire ou si peu.

3.Posté par Faut pas pousser! le 28/09/2016 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La France avec l'Europe (et d'autres grands pays) principaux responsables du dérèglement climatique, font monter le niveau des océans chez nous et nous permettent d'EMPRUNTER leur argent pour réparer leurs dégâts???? C pas génial ça !!!!

4.Posté par Oti le 28/09/2016 09:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Arrêter de râler, la France ne vous doit rien et finance depuis 50 ans à coup de milliard ce pays ... Aller bosser au lieu de toujours mendier, vous faites pitié..

5.Posté par FTHE le 28/09/2016 16:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mr OTI!!! ça se voir que tu n'as rien dans ton crâne, que les coups de milliard versé par la France, exemple lorsque tu fait un crédit a la banque il te demande des garanties, alors si tu n'as toujours rien compris, les milliards déversés depuis 50 ans... viens de la garantie de la Polynésie "Tahiti c'est plus jolie", que l'état français a octroyé aux européens... voilà l'histoire de tes milliards donc tu as le droit de réclamer, crâne vide..

6.Posté par Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER le 28/09/2016 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les baisés (autonomisés et autres colonisés français de "la Polynésie française" proscrits du DROIT au RSA) comptez-vous hohohohohoho "Le problème étant pour la Polynésie française, qu’en tant que collectivité française ultramarine, elle ne peut prétendre au bénéfice de cette aide, bien qu’avec ses 118 îles réparties sur une zone économique exclusive marine de 5 millions de km2, le Pays d’outre-mer se trouve directement exposé aux effets du changement climatique" rollstahiti@gmail.com

7.Posté par tutua le 29/09/2016 07:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

P2 tout ça ce sont des histoires d'autonomistes, Temaru n'est pas dans cette affaire ...

Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Octobre 2018 - 18:16 Pe'ape'a à l'embarquement de l'Aremiti

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués