Tahiti Infos
Tahiti Infos Tahiti Infos

TAHITI INFOS, les informations de Tahiti
Facebook
Twitter
RSS
I phone App
Androïd
Newsletter
FENUACOMMUNICATION - immeuble Tutuapare - Shell RDO Faa'a - BP 40160 98 713 Papeete Polynésie française. Tel: 40 43 49 49


Brexit: "du mouvement" dans les négociations mais blocages persistants sur la pêche



Bruxelles, Belgique | AFP | lundi 14/12/2020 - Les négociations entre Britanniques et Européens ont fait des progrès permettant d'entrevoir "une voie étroite" vers un accord post-Brexit mais des blocages persistent en particulier sur le sujet hypersensible de la pêche, à deux semaines de la date fatidique du 1er janvier 2021.

"Il y a du mouvement, c'est bien", s'est réjouie lundi la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a décidé la veille d'un commun accord avec le Premier ministre britannique Boris Johnson de poursuivre les négociations, sans cette fois fixer de date limite mais sous la pression inexorable du calendrier.

Le négociateur Michel Barnier a rendu compte lundi de l'état des discussions en faisant état de "quelques progrès" notamment sur les conditions de concurrence équitable, mais signalé des divergences toujours importantes sur la pêche, une question cruciale pour certains Etats membres comme la France, les Pays-Bas et l'Espagne, selon des diplomates.

Michel Barnier a estimé qu'il était de la "responsabilité" de l'UE de donner "toutes les chances de succès" aux pourparlers, alors qu'un "no deal" aurait de lourdes conséquences économiques, s'ajoutant au choc de la pandémie.

Les discussions se concentrent sur trois sujets épineux: l'accès des pêcheurs européens aux eaux britanniques, la manière de régler les différends dans le futur accord et les conditions que les Européens exigent des Britanniques pour éviter toute concurrence déloyale.

"Tout accord doit respecter le fait que nous sommes un pays souverain, nous sommes un pays indépendant", a averti le ministre britannique en charge des Entreprises, Alok Sharma, sur Sky News.

Sur la pêche, dont les Britanniques ont fait un symbole de leur souveraineté retrouvée après le divorce, "des difficultés sérieuses persistent" et "on est encore très loin" d'un compromis, selon des diplomates. "Ca bloque sur tous les fronts" de ce sujet, a indiqué une source européenne. 

"Dégager les obstacles" 

Les questions qui coincent sont celles des bateaux battant pavillon britannique mais de propriété espagnole ou néerlandaise ainsi que la nationalité des équipages sur les bateaux britanniques, a-t-on expliqué de même source.

Sur les conditions de concurrence équitable, exigées des Européens pour offrir un accord à Londres sans tarifs ni quotas tout en protégeant les intérêts de leur immense marché, des progrès ont été faits sur le mécanisme à mettre en oeuvre en cas de divergences dans les domaines de l'environnement, du droit du travail, de la fiscalité et des aides d'Etat.

Le principe d'un tel dispositif a été accepté par Londres mais des désaccords subsistent pour qu'il soit suffisamment musclé, afin que des mesures de compensation puissent s'appliquer à titre préventif et sur le long terme, selon des sources européennes.

Après des mois de négociations intensives, "il pourrait y avoir une voie étroite vers un accord en vue si les négociateurs dégagent les obstacles dans les prochains jours", a indiqué un diplomate rapportant les propos de Michel Barnier. 

"En cas d'avancées sur la pêche, un accord serait possible dans les prochains jours", selon une source européenne.

"Concrètement, je ne pense pas qu'on va aller au-delà de la semaine qui vient, ça ne serait pas très raisonnable" car il reste peu de temps pour s'organiser, a remarqué le secrétaire d’État français aux Affaires européennes Clément Beaune.

Le ministre français de l'Économie Bruno Le Maire a estimé que les Britanniques seraient "les grands perdants" du Brexit, qui n'amputera la richesse nationale de la France que de 0,1 point de pourcentage en 2021.

Tout en acceptant une poursuite des discussions, Boris Johnson a une nouvelle fois répété dimanche que le scénario d'un "no deal", malgré ses lourdes conséquences, restait pour lui le "plus probable".

Le Royaume-Uni, qui a officiellement quitté l'UE le 31 janvier, abandonnera définitivement le marché unique et l'union douanière le 31 décembre.

Sans accord commercial, ses échanges avec l'UE se feront selon les seules règles de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), synonymes de droits de douane ou de quotas.

le Lundi 14 Décembre 2020 à 05:17 | Lu 105 fois





Nouveau commentaire :
Twitter

800 caractères maxi autorisés.
Les dispositifs mis en œuvre pour lutter contre les contenus illicites, s'agissant des contenus publiés sur les espaces de contribution personnelle des internautes , exposés par le 10° de l'article 1er du décret du 29 octobre 2009 , autorisent toute personne à signaler la présence de tels contenus et à l'éditeur de les retirer promptement ou d'en rendre l'accès impossible". Merci de nous signaler tout contenu illicites à [email protected] D'autre part, l'équipe de Tahiti-infos ne peut être tenue pour responsable de la valeur des propos qui seront entretenus dans les commentaires. Elle attire cependant votre attention sur le fait qu'elle ne pourra tolérer aucun commentaire à caractère insultant,diffamatoire, raciste, discriminatoire, infamant, pornographique ou ne respectant pas l'éthique de la personne ou les bonnes mœurs de quelque manière qu'il soit. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer immédiatement ce type de message s'il devait se présenter. Tahiti Infos se réserve le droit de supprimer l'adresse d'un site internet dans un message s'il est estimé qu'il dissimule un caractère publicitaire ou s'il a été "emprunté" de manière malveillante. Merci de votre compréhension.

Signaler un abus

Actualité de Tahiti et ses îles | Actualité de France | Actualité du Pacifique | Actualité du Monde | Actualité du Sport | Insolite | Magazine | Assistance | Appels d'offre et communiqués | Concours d'écriture - Salon du Livre 2019 | Concours d'écriture - Salon du Livre 2020 | Coronavirus